Aviation d'affaires : le 10X et le 6X seront-ils les moteurs de la reprise de Dassault Aviation ?

Dassault Aviation lance le Falcon 10X, un avion d'affaires à large cabine. Cet appareil permet à l'avionneur tricolore de compléter sa gamme face à la concurrence sur le créneau des appareils à très long rayon d'action. Surtout, il va lui permettre avec le 6X, d'engranger de nouvelles ventes pour garnir son carnet de commandes pratiquement à plat.
Michel Cabirol

5 mn

Selon Dassault Aviation, la cabine du 10X peut se diviser en quatre espaces de longueur égale, mais chaque client pourra la configurer pour créer un intérieur vraiment personnalisé, avec par exemple une salle à manger ou de conférence élargie, un coin détente dédié avec grand écran, une chambre avec un grand lit ou une suite privative avec une douche.
Selon Dassault Aviation, "la cabine du 10X peut se diviser en quatre espaces de longueur égale, mais chaque client pourra la configurer pour créer un intérieur vraiment personnalisé, avec par exemple une salle à manger ou de conférence élargie, un coin détente dédié avec grand écran, une chambre avec un grand lit ou une suite privative avec une douche". (Crédits : Dassault Aviation)

New York/Shanghai, Los Angeles/Sydney, Hong Kong/NewYork ou Paris/Santiago. Le futur nouveau avion d'affaires de Dassault Aviation, le Falcon 10X dévoilé jeudi, pourra relier sans escale ces routes à une vitesse maximale de Mach 0,925. Cet avion destiné au marché très haut de gamme devrait entrer en service fin 2025. Mais bien après deux autres appareils qui visent ce segment de marché de l'aviation d'affaires le plus convoité : Global 7500 de Bombardier en 2019 et le G700 de Gulfstream fin 2022. "Aujourd'hui, nous présentons la nouvelle référence des jets d'affaires, a estimé le PDG de Dassault Aviation. Éric Trappier veut à la fois casser l'image de Dassault Aviation s'enfermant sur une niche de marché selon les observateurs, et, surtout, bousculer le duopole sur ce marché.

Dassault Aviation a visé juste tout comme ses rivaux. Car, selon l'étude d'Honeywell qui est référente dans le milieu de l'aviation d'affaires (octobre 2020), les clients de ce type d'appareils veulent des jets avec de plus grande cabine et des avions à très long rayon d'action (range). Ce marché devrait représenter plus de 70% des dépenses de nouveaux avions d'affaires au cours des cinq prochaines années, selon Honeywell. L'avionneur n'a pas lésiné sur les moyens pour bousculer ses deux rivaux. Selon Dassault Aviation, le Falcon 10X disposera de la cabine "la plus spacieuse et la plus confortable du marché". Sa cabine mesurera 2,03 m de haut et 2,77 m de large. "Elle sera donc presque 20 cm plus large et 5 cm plus haute que la cabine du plus grand des jets d'affaires en service actuellement", précise l'avionneur. La question est de savoir si ce biréacteur, qui sera propulsé par Rolls Royce (Pearl® 10X), va donner un coup de vieux au Global 7500 et G700.

Le Falcon 10X "offrira la plus grande modularité dans sa catégorie, avec un choix de plusieurs configurations intérieures. La cabine du 10X peut se diviser en quatre espaces de longueur égale, mais chaque client pourra la configurer pour créer un intérieur vraiment personnalisé, avec par exemple une salle à manger ou de conférence élargie, un coin détente dédié avec grand écran, une chambre avec un grand lit ou une suite privative avec une douche", a expliqué l'avionneur dans son communiqué.

Vendre des Falcon à tout prix

Dassault Aviation a abattu toutes ses cartes, sauf à avoir caché la copie. Car aujourd'hui la priorité des priorité de Dassault Aviation est de retrouver très rapidement le chemin des commandes pour ses avions d'affaires Falcon. Le constructeur tricolore n'a réussi à vendre que seulement 15 avions d'affaires Falcon en 2020 (40 en 2019). Résultat, il n'avait plus que 34 Falcon dans son carnet de commandes fin 2020 (53 au 31 décembre 2019). Dans ce contexte, l'arrivée sur le marché du 6X, qui avait déjà la plus large et la plus haute sous plafond du marché, et le marketing du 10X coïncident en principe avec une reprise du marché de l'aviation d'affaires. Selon Honeywell, 30% des prévisions d'achat de nouveaux appareils au cours des cinq prochaines années, devraient se concrétiser lors des deux prochaines années. En 2021, Dassault Aviation a prévu de ne livrer que 25 Falcon (34 en 2020).

"S'il y a une reprise économique, les ventes repartiront très naturellement. Si c'est un petit peu plus compliqué, ça prendra un petit peu plus de temps. Et deuxièmement, ce qui nous concerne Dassault et les Falcon, c'est l'arrivée des nouveaux avions, le 6X et le futur avion (le 10X, ndlr) que nous allons présenter bientôt, qui seront aussi des moteurs pour repartir vers un marché plus actif en ce qui nous concerne", avait expliqué début mars Eric Trappier au cour de la présentation des résultats de 2020.

L'étude d'Honeywell prévoit jusqu'à 7.300 nouvelles livraisons d'avions d'affaires d'une valeur de 235 milliards de dollars entre 2021 et 2030. Dassault Aviation va dégainer deux armes importantes pour capter une partie de ce marché. Outre le 10X, il fait aussi du Falcon 6X, un avion 5500 nautiques, une priorité commerciale. Le 6X, qui a déjà engrangé des commandes, a eu le 8 décembre à Mérignac le premier e-roll out de l'histoire . La mise en service de ce nouvel appareil est toujours prévu en 2022. "Il y a eu des retards, principalement les grands ensembles et en particulier au début de la crise, ça a été difficile pour tout le monde, mais in fine et on a réussi à tenir ce programme à peu près dans la perspective d'une entrée en service fin 2022, et ça reste toujours l'objectif, même s'il est évidemment difficile compte tenu de la situation, qui reste délicate avec la sous-traitance", avait assuré Eric Trappier.

Michel Cabirol

5 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 09/05/2021 à 9:07
Signaler
Tant que les "vols en avion d'affaire" ne seront pas strictement interdits, la lutte contre le réchauffement climatique restera une vaste blague qui ne concerne que la populace et épargne les élites qui voyagent en jet privé.

le 15/05/2021 à 9:55
Signaler
vous préfèrez l'ecolos hulot que se déplace en hélico c'est mieux lui personne ne le contre dit

à écrit le 08/05/2021 à 15:39
Signaler
Que c'est beau l'écologie des élites... pour rejoindre sa résidence secondaire dans un paradis fiscal.

à écrit le 08/05/2021 à 9:05
Signaler
Les moteurs sont développés chez Rolls-Royce Allemagne à Berlin en plus. Ils sont quand-même capables ces allemands.. Ils en sont où avec le Silvercrest de Safran?

le 10/05/2021 à 5:01
Signaler
Les bureaux d'études sont en Angleterre, si il y a des parties allemandes dans ce moteur, elles sont très minoritaires. Concevoir un moteur d'avion fiable, facile à entretenir et efficace est horriblement complexe et coûteux et il n'y a que les brita...

à écrit le 07/05/2021 à 22:10
Signaler
Quel dommage que le « Sylvercrest » n’ai pu être mis au point ,malgré les millions d’euros dilapidés. Parce que les moteurs représentent 20 pour cent de la valeur totale de l’avion et conditionnent ses performances.

à écrit le 07/05/2021 à 21:42
Signaler
"Aviation d'affaires : le 10X et le 6X seront-ils les moteurs de la reprise de Dassault Aviation ?" Je vois ou vous voulez en venir, ou envenimer ! Les moteurs de la reprise sont en l'occurence des Rolls Royce suite aux déboires du silvercrest de ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.