Avion de combat du futur : l'Allemagne et la France défient l'hyperpuissance des Etats-Unis

 |   |  1865  mots
La clause de solidarité de l'Otan s'appelle Article 5, pas l'article F-35, avait rappelé en mars la ministre des Armées, Florence Parly lors de son intervention auprès de l'Atlantic Council, un think tank américain.
"La clause de solidarité de l'Otan s'appelle Article 5, pas l'article F-35", avait rappelé en mars la ministre des Armées, Florence Parly lors de son intervention auprès de l'Atlantic Council, un think tank américain. (Crédits : DR)
En dépit des négociations difficiles, la France et l’Allemagne vont atterrir d’ici à la fin de l’été pour faire décoller le système de combat aérien du futur (SCAF). Face à la volonté des Etats-Unis de torpiller ce projet, Etats partenaires et industriels y ont le même intérêt, la réussite d’un programme hors norme pour l’Europe en général, et l’Europe de la défense, en particulier. Ce sera l'un des thèmes abordés lors du Paris Air Forum, organisé par La Tribune et qui se déroulera le 14 juin à la Maison de la Mutualité. Le Délégué général pour l’armement Joël Barre, le Chef d’état-major de l’Armée de l’air, le général Philippe Lavigne et le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, débattront sur le thème "Puissance aérospatiale : la France face aux enjeux du futur".

Le SCAF (Système de combat aérien du futur) sera-t-il la star du 53e salon aéronautique du Bourget ? En clair, la France et l'Allemagne d'un côté, Dassault Aviation et Airbus de l'autre, vont-ils "toper" pour signer des contrats portant sur les études technologiques du SCAF aussi complet que possible d'un des programmes les plus structurants pour l'Europe de la défense ? Pas sûr... Les négociations entre les deux industriels ont été logiquement dures. "Oui cela discute fermement et cela frotte un peu. Il ne fallait pas s'attendre à ce que des grands industriels comme Dassault et Airbus s'embrassent sur la bouche au bout d'une semaine", fait valoir une source proche du dossier. L'optimisme reste donc de mise, l'intérêt de tous étant le même, la réussite des négociations. Les réunions hebdomadaires entre Paris et Berlin se dérouleraient d'ailleurs dans un bon esprit.

"C'est un projet qui avance, a souligné le 15 mai dernier le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Philippe Lavigne, lors de son audition à l'assemblée nationale. Un projet porteur de nombreux enjeux : opérationnels, technologiques et aussi de souveraineté ».

Le contrat devrait être plutôt signé à la fin de l'été, estime-t-on de source proche du dossier, même si tout a été tenté avant pour parvenir à une signature au moment du salon du Bourget. Car au-delà du retentissement politique et médiatique que pourrait donner à ce projet le salon aéronautique, le SCAF va structurer pour plus de 30 ans une bonne partie de l'industrie aéronautique militaire européenne. Ce système de systèmes devrait décoller à l'horizon 2040. Il n'est donc pas question de galvauder des discussions pour une simple annonce au salon du Bourget. Ce que confirme une source proche des négociations : "On ne va pas brader des négociations et faire n'importe quoi juste pour le plaisir d'une annonce au moment du salon du Bourget. Ce sont des sujets sérieux qui vont nous engager sur des montants conséquents et des périodes importantes. Autant bien poser les choses avec l'Allemagne".

Un démonstrateur à l'horizon 2026

La France, qui est la nation leader du programme SCAF, souhaite donc lancer et figer l'ensemble des études nécessaires pour développer les technologies utiles pour la réalisation de ce futur système de combat aérien sur quatre des cinq volets du programme : avion de combat, moteur, remote carriers (drones, missiles...) et connectivité des systèmes. Un cinquième volet est plus spécifiquement dédié à la coordination d'ensemble du système. Paris ne veut pas de contrats séparés. "S'il y a notification, ce sera tout d'un bloc", assure-t-on de source proche du dossier. Le contrat, dont le montant devrait s'élever autour de 160 millions d'euros à se partager à parts égales entre la France et l'Allemagne, devrait s'étaler sur deux ans. Ces études vont compléter le contrat d'architecture et de concept du SCAF, signé début février (65 millions d'euros). Par ailleurs, le ministère des Armées a confié un PEA (programme d'études amont) d'un montant de 115 millions d'euros à Safran. Ce qui permet au motoriste de lancer enfin des études sur le développement technologique d'un moteur de future génération dont la température devra grimper à 2.100 degrés (1.850 degrés actuellement pour le M88 qui motorise le Rafale).

Pour affiner la maturation technologique du programme SCAF, la France et l'Allemagne souhaitent passer par des démonstrateurs. Notamment les deux pays partenaires visent un démonstrateur pour l'avion de combat à l'horizon 2026. Il permettra de valider les choix technologiques en vue d'avoir un appareil de sixième génération qui volera en 2040. Dans ce cadre, on prévoit en France une phase de développement technologique qui va s'étaler jusqu'à 2030. Ce qui permettra à Paris et à Berlin d'échelonner les paiements consacrés à ce programme monstrueux. "C'est normal que l'Etat ne soit pas capable d'engager tout, tout de suite, à la fois parce que ce programme représente des milliards et, à la fois, parce que nous avons besoin de savoir ce que vont donner les études pendant deux ans avant de passer à une étape plus importante", confie-t-on dans l'entourage de la ministre française. Au total, la France devrait consacrer au SCAF un peu plus de 2 milliards d'euros tout au long de la loi de programmation militaire 2019-2025, selon nos informations.

Organisation industrielle, qui fera quoi

Ce qui se joue actuellement est donc la mise en place de l'organisation de toute la base industrielle et technologique d'un programme réalisé en coopération entre la France et l'Allemagne, qui ont été rejointes par l'Espagne. Madrid a accepté sans sourciller les conditions et l'organisation des deux pays partenaires. "Nous avons rapidement convergé sur les besoins opérationnels communs, d'abord en franco-allemand, puis avec l'Espagne", a confirmé le chef d'état-major de l'armée de l'air. Dans ce contexte, il est possible dès lundi lors de l'ouverture du salon du Bourget que la France, l'Allemagne et l'Espagne organisent un événement médiatique pour confirmer que Madrid monte à bord du SCAF. La ministre de la Défense espagnole Margarita Robles, ainsi que son homologue allemande, Ursula von der Leyen, seront présentes lundi à Paris.

S'agissant de l'organisation industrielle, Dassault Aviation et Airbus vont s'occuper de l'avion de combat de sixième génération et collaboreront sur le démonstrateur. Le moteur de nouvelle génération va reposer sur les capacités de Safran et du motoriste allemand MTU. S'agissant des remote carrier, ce volet impliquera Airbus en Allemagne et le missilier européen MBDA en France. Enfin, sur le combat collaboratif connecté, Airbus et Thales devront trouver un terrain d'entente pour coopérer. Enfin, les industriels espagnols attendent logiquement du retour industriel.

France, la question de la souveraineté

Tout en menant une politique de coopération assumée, la France a également à cœur de préserver ses intérêts souverains en matière de développement d'avion de combat. Dit autrement, "la France voudra toujours garder la capacité à concevoir de A à Z un avion de combat, explique une source proche du dossier. Mais ce n'est pas pour cela qu'on ne peut pas échanger et partager avec un industriel étranger (Airbus, ndlr) qui sait également faire des avions de combat". La France souhaite garder une résilience face aux évolutions politiques dans 50 ans. "On ne va pas jeter aux orties ce qu'on a mis des décennies à construire patiemment", fait-on valoir. D'ailleurs, la revue stratégique de défense a préconisé de conserver la maîtrise de la conception d'un avion de combat.

Sur les commandes de vol par exemple, Airbus et Dassault n'ont rien à apprendre l'un de l'autre même si leurs technologies diffèrent. A travers leurs échanges qui devront être transparents - conditions sine qua non d'une bonne coopération -, les deux industriels pourront peut-être développer la meilleure commande de vol de demain. L'objectif ne serait donc pas de transférer des savoir-faire français en Allemagne mais d'échanger des informations. Ainsi, toute proportion gardée, la France a été capable de participer à la réalisation d'un missile air-air longue portée Meteor dans le cadre d'une coopération européenne et, en même temps, elle est en train de développer sur le plan national un missile air-air moyenne portée MICA NG.

Les enjeux opérationnels du SCAF

Le SCAF aura pour objet de faire fonctionner en réseau les systèmes le constituant : avions, drones de combat, moyens spatiaux, futurs missiles de croisière et autres armements, système de commandement et de contrôle, de renseignement. Le système aérien du futur devra être "un système de systèmes, avec différentes plateformes en réseau : Il n'y aura plus un avion mais une patrouille mixte avec des avions, des drones - de combat ou de reconnaissance -, des missiles hypervéloces et quelque part un AWACS ou le successeur de l'AWACS", selon la DGA. Un avion de combat reste dépendant des informations dont il dispose : cela va nécessiter de combiner des capteurs, des armements, des moyens de surveillance, des moyens et des normes de communication souvent à très longue distance mais aussi l'appui du ravitaillement en vol, des moyens de détection aéroportés...

Ainsi, ce système de systèmes complet ne pourra fonctionner que s'il partage complètement toutes les informations et s'il est capable de mettre en place un véritable combat collaboratif. La connectivité va devenir encore plus essentielle qu'auparavant. Le SCAF ouvre sur ce point de grandes perspectives car, "pour gagner la guerre des opportunités, il va falloir communiquer et transférer rapidement des informations et des données dont le volume sera de plus en plus important", a expliqué le général Philippe Lavigne. Ce système pourra décider en fonction de la menace ou de l'évolution de la situation quelle plateforme va attaquer (drone, missile) et celle qui reste en arrière. La guerre du futur consistera plus à une bataille "d'un réseau face à un réseau", précise-t-on à la DGA.  L'armée de l'air n'attend ni le SCAF, ni l'année 2040 pour commencer à augmenter la connectivité de ses systèmes. C'est en particulier le sens du projet Connect@aéro développé au sein de l'armée de l'air, qui prend en compte les systèmes existants, qu'il s'agisse du satellite Syracuse 4 ou du système de navigation Oméga, ou bien du Rafale F4 pour lequel la brique connectivité est très importante.

Enfin, le SCAF devra dialoguer avec les avions de combat d'autres armées de l'air dans le cadre d'interventions dans des coalitions internationales, notamment le F-35. Avec les Américains, des discussions pour parvenir à des convergences sur les protocoles de connectivité entre le SCAF et le F-35, ont lieu dans le cadre de l'Otan. Sans succès jusqu'ici. "Le défi est bien là", a convenu le général Philippe Lavigne. "Le développement d'un protocole de connectivité convergent est évidemment un des enjeux du SCAF", a-t-il précisé. Car il est nécessaire de développer en Europe un système intéropérable, avec les autres aéronefs des alliés. Ainsi, "ce système sera, tel le système d'exploitation mobile Android, un système ouvert dont le protocole pourra être partagé rapidement avec les Américains afin de communiquer et d'être interopérable immédiatement", a fait valoir le chef d'état-major de l'armée de l'air. Avant de décoller définitivement en 2040, le SCAF devra éviter les missiles et les leurres des Etats-Unis, dont la volonté est de "descendre" coûte que coûte ce programme européen ambitieux mais fragile. "La clause de solidarité de l'Otan s'appelle Article 5, pas l'article F-35", avait rappelé en mars la ministre des Armées, Florence Parly lors de son intervention auprès de l'Atlantic Council, un think tank américain spécialisé dans les relations internationales. Un joli tacle dans le jardin de l'hyperpuissance américaine...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2019 à 11:40 :
Ce projet est bien tardif.
La France est capable a ce jour de concevoir et fabriquer des bricoles terriblement efficaces, tellement que les bedouins s'en servent a qui mieux mieux sur des civils.
L'Allemagne agit comme a son habitude en sous main pour ses interets en propre, mais n'a pas a ce jour l'equivalence francaise, mais sont pret a tout pour voler ce savoir-faire.
L'avance technologique US est estimee a plus de vingt annees, meme les chinois et russes reunis sont a la peine. Alors un projet europeen ?
Réponse de le 14/06/2019 à 7:28 :
Ah! Esprit de la collaboration tu n'es donc pas mort!!! C'est quoi ce dénigrement de la France pour se coucher devant le puissant du moment (usa)?? D'où vient ce ridicule (20ans d'avance)? Je passe sur le reste.
Réponse de le 15/06/2019 à 16:10 :
@didier
"C'est quoi ce dénigrement de la France pour se coucher devant le puissant du moment (usa)??"
Bah comme son pseudo l'indique (matins calmes), il vit en Corée du sud, totalement à la botte des USA et qui accueille 7 bases militaires US. La Corée du sud achète les F35, non pas parce qu’ils ont 20 ans d'avance mais pour que les américains maintiennent leur parapluie. L'épave du F35 écrasé au large du japon n'a pas été retrouvé, les russes ou les chinois l'ont peut-être déjà en leur possession. Enfin bref tout ça pour dire que si la Corée du sud voulait construire son propre avion, il serait immédiatement face au chantage d'un retrait US, ce pays ne peut pas faire et ne pourra jamais faire ce que la France a réussi à faire seul.
a écrit le 13/06/2019 à 7:59 :
L’Aeronef Drone Avion Navette existe déjà : www.3d-spirit-paris.com
Après l’apocalypse vient le temps où l’accès au Paradis des exoplanètes aura tout son sens. Entretuez vous en 6ème génération d’abord, parce que vous le valez bien. Tous ceux qui veulent se battre pour saigner des vies de femmes et d’enfants, atomiser et tuer pour conquérir n’ont pas la sagesse propre à la paix entre plusieurs planètes. Alors continuez, puisque c’est écrit. Continuez puisque 2 guerres n’ont pas suffit. Continuez...
Réponse de le 14/06/2019 à 7:30 :
Ah! Esprit de la collaboration tu n'es donc pas mort!!! C'est quoi ce dénigrement de la France pour se coucher devant le puissant du moment (usa)?? D'où vient ce ridicule (20ans d'avance)? Je passe sur le reste.
a écrit le 12/06/2019 à 22:57 :
Il y aurait encore aujourd'hui 80 ans après la fin de la 2eme guerre mondiale 50 000 soldats US sur le sol allemand. Ca parait invraisemblable et pourtant c'est vrai.

Les US dominent la tech mondiale depuis le debut de cette meme periode, période j'ai envie de dire...
Toujours à pleurer, ouinnnnn les americains y veulent pas qu'on se developpe, y font rien qu' a nous empecher... gnagnagna

L'europe à t'elle développé, inventé, l'amplificateur operationnel, le transistor, le thyristor, les stores venitien (il y a un piege), fut elle pionnière dans la conquete spatiale ? A-t-elle été leader en matériaux composites ? En méthode des éléments finis ? Le 1er gafa US c'est Oracle ! dans les années soixante dix, seul SAP fut à peu près au niveau mais des années après.
L'Europe à t-elle été en pointe au niveau des tech internet ? gnagnagna le Cern, ouin Tim berner's lee ==> don't forget il était anglais ! Et la DARPA avait deja mis au point les 1ers protocole d'échanges de données en réseau.

L'europe fut elle en pointe sur les technos des processeurs chip ? si on exclu les anglais pas de Arm sur le continent, anglais qui sont le 51 eme état unis, comme le pastis.
L'europe à t-elle developpé des Intel, qualcomm, nvidia, amd, citrix ?
La furtivité, à part fantomas ?
Les langages informatiques maintenant, C, C++, java, javascript ça vient d'ou ? d'europe?

Ca sert à rien de pleurer quand on est nul part to be found...

Alors laissez moi rire avec les dupont et dupont, freres ennemis à l'origine des massacres de grande ampleur voire d'empereur couvrant les 19emes et 20 èmes siecles dont les cultures sont parfaitement étanche l'une à l'autre prétendre : nous allons défier l'amérique sur l'une des armes clef de voute de la domination militaire à savoir la force aéro spatiale, qui synthétise ce qui se fait de mieux au sein d'une nation.
La route est droite mais la pente est forte !
Permettez moi d'avoir de gros doute et de coter cet attelage 1 contre 51

A moins que jean marc Roeder nous crée l'internet des OVNIS pour harasser les carriers de l'empire yankee, je pense qu'on va bien rigoler...
Réponse de le 12/06/2019 à 23:23 :
Je ne comprends pas le sens de votre commentaire? C’est un appel à relever un défi ou un appel à s’endormir parce que les choses seraient toujours ainsi?
On a fait des choses très bien en France. Avec les Italiens, on fait des microprocesseurs. Seul, on fait des rafales. Pour ce qui est de la conquête spatiale, la France fait partie des leaders. L’europe est un appui. Il y a 1000 manières d’inventer un avenir politique à notre pays. Reste à savoir quelle sera la plus efficace.
a écrit le 12/06/2019 à 21:20 :
Chaque fois que Nous. Somme d'accords sur un développement commun ' ou une avancer notoire dans les defense commun àu. Niveau europeen , nous avons immédiatement tous les fougue americaine contre nous ...
Cela confirme qu'ils souhaitent nous maintenir dans une dépendance a l'hyperpuissance américaine.... De bon petit vassau A l'impérialiste américain...
Réponse de le 12/06/2019 à 23:24 :
Et donc? C’est juste de la logique. Le petit veut devenir grand, le grand ne veut pas de challenger.
a écrit le 12/06/2019 à 19:08 :
A l'attention des euro-béas, restons calmes, ce programme n'a rien à voir avec l'UE...
a écrit le 12/06/2019 à 15:41 :
BonjourM. Cabirol. La température des parties chaudes du M88 pack CGP est de 1850K et non de 1850° (ajouter environ 270 pour les °C).La température visée par le PEA est de 2100 K, soit environ 2370 °C.
Réponse de le 14/06/2019 à 13:37 :
Il semble qu'un expert en plantes m'ait réondu. Oui j'ai inversé il faut soustraire 273. Et non le F-135 ne fonctionne pas à2250K (le °k n'existe pas) mais 1980K
a écrit le 12/06/2019 à 10:54 :
avec quoi La France va payer ces programmes ,,, 2,5 billions euro de dette, .... cela fait rigoler à toute la planète
Réponse de le 12/06/2019 à 14:45 :
Bah alors pourquoi les américains veulent couler le programme ? Je vais vous l'expliquer simplement: si l'Europe trouve un moyen de détecter le F35 et en plus de faire un meilleur avion, alors l'Europe peut offrir la supprématie aérienne au pays qui en a les moyens. Les retombées économiques peuvent être phénoménales et l'ordre géopolitique en serait totalement chamboulé. Donc le coût d'un tel programme, on s'en moque.
Réponse de le 12/06/2019 à 15:20 :
La planète ne rigole plus quand la France vend des rafales. Par ailleurs le pays le plus endetté au monde lui permet de faire des les avions les plus chers au monde sans forcément être les plus performants. L'Europe a le droit d'avoir son indépendance et en a les moyens.
a écrit le 12/06/2019 à 10:02 :
C'est moins des usa que de l'allemagne dont il faudrait se méfier : depuis des décennies nos "voisins" progressent aux dépens de l'europe et de la France: ils recupèrent des compétences sur le dos de leurs partenaires sous pretexte qu'en payant ils peuvent demander ce qu'ils VEULENT faire.
Pour airbus ils ont récupéré des compétences historiquement confiées à la France ( fuselage, composites et FAL), et dans le même temps ils diluent le workshare de la France avec des patenaires tiers sortis de leur chapeau (cf: le cas Spirit sur l'A350xwb). Un management français qui s'efface au fil du temps... L'indifférence de nos décideurs politiques m'inquiète un peu pour les décennies qui viennent.
Réponse de le 12/06/2019 à 15:31 :
Le comité exécutif d'airbus est constitué de 40% de français et le reste étant des allemands, anglais... La France et l'Allemagne ont chacun 40 000 salariés dans leur usines de production sur les 90 000. Pouvez vous argumenter ?
Réponse de le 13/06/2019 à 10:30 :
Contrairement à ce qui est indiqué dans l'article l'Allemagne n'a que des compétences extrêmement limitées dans le domaine de l'aéronautique militaire...et c'est très bien ainsi. Souvenons nous tous les jours de ce qui s'est passé il y a quatre-vingt ans.
Il est fondamental que la France garde sa souveraineté dans tous les domaines même si nous sommes obligés de collaborer pour des raisons financières. Dassault Aviation et la DGA devraient s'acquitter parfaitement de cette mission.
a écrit le 12/06/2019 à 9:48 :
C'est pour attaquer qui ? Dans quel but ? Sous les ordres de Glucksman en remplacement de BHL ?
a écrit le 12/06/2019 à 9:26 :
Super ,mais un peut tard. Car nous n'avons plus rien à protéger.... Toutes nos entreprises ont été vendues à des groupes étranger....
Réponse de le 13/06/2019 à 8:51 :
Selon les chiffres insee de 2018 le stock total des investissements francais dans le monde est de 625 milliards€ et le stock des invesyissements etrangers en France de 661 milliard €. Nous sommes dinc tres attratifs pour attirer plus e flux financiers que nous n'investissont. Votre argument ne tient pas.
Réponse de le 13/06/2019 à 9:56 :
Sur la forme vous avez peut être raison...Sur le fond , Nos investisseurs sont étrangés. Donc qu'ils fassent garder << leurs installations >> à <<leurs frais >>.
a écrit le 12/06/2019 à 9:09 :
C'est vrai qu'il y a énormément de choses à mettre au point en amont avec l'Allemagne : gestion des brevets et des licences d'exportations, propriété intellectuelle, location des centres de recherches...etc...même s'il faudra faire des concessions, la France doit garder son avance dans ces domaines et faire attention aux USA qui vont s'empresser de torpiller ces programmes...plus que jamais, nous avons besoin d'une CE forte qui pose les structures politiques entre les différents états partenaires : France, Allemagne, Espagne, mais aussi d'autres qui viendront se joindre aux programmes....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :