Berlin, Madrid et Paris mettent plus de 8 milliards d'euros pour financer le SCAF jusqu'en 2027

L'Allemagne, l'Espagne et la France ont signé l'accord intergouvernemental pour la poursuite du programme SCAF (Système de combat aérien futur) jusqu'au premier vol du démonstrateur en 2027 (phases 1B et 2).
Michel Cabirol

2 mn

Berlin, Madrid et Paris vont financer à hauteur de 3,6 milliards d'euros la phase 1B (2021-2024), soit 1,2 milliard chacun, selon le cabinet de Florence Parly.
Berlin, Madrid et Paris vont financer à hauteur de 3,6 milliards d'euros la phase 1B (2021-2024), soit 1,2 milliard chacun, selon le cabinet de Florence Parly. (Crédits : Airbus)

A quelques semaines des élections fédérales allemandes (26 septembre), l'Allemagne, l'Espagne et la France ont signé lundi soir à Paris l'accord intergouvernemental pour la poursuite du programme SCAF (Système de combat aérien futur) jusqu'au premier vol du démonstrateur en 2027 (phases 1B et 2). Cet accord, qui est un prérequis à la signature des contrats entre les industriels concernés et la Direction générale de l'armement (DGA), prévoit les modalités et les financements nécessaires aux études devant mener à un démonstrateur en vol du SCAF. Au cabinet de Florence Parly, on attend la signature des contrats entre la DGA et les industriels dans "les prochaines semaines".

"On n'identifie pas de point dur mais il y a toujours des discussions", notamment sur la propriété intellectuelles et la répartition des travaux entre les différents acteurs, selon cette source.

L'accord a été paraphé par la ministre des Armées, son homologue allemande Annegret Kramp-Karrenbauer et la secrétaire d'État espagnole à la Défense Esperanza Casteleiro LLamazares. Les trois pays avaient annoncé le 17 mai dernier s'être mis d'accord sur la phase 1B du programme SCAF, qui comprendra un avion de combat accompagné de drones (remote carriers). Par ailleurs, les chefs d'état-major des trois armées de l'Air ont également signé lundi le document fixant les exigences et les conditions d'utilisation opérationnelles communes (CORD) du SCAF.

8,6 milliards : le coût du SCAF entre 2021 et 2027

Les trois États vont financer à hauteur de 3,6 milliards d'euros la phase 1B (2021-2024), soit 1,2 milliard chacun, a-t-on assuré au cabinet de Florence Parly, qui évalue la durée de cette phase entre 32 et 40 mois, selon les piliers (le programme SCAF a été découpé en 7 piliers). Elle correspond aux études détaillées en vue d'aboutir à la définition d'un démonstrateur. Elles portent également sur des travaux de maturation technologique. Les discussions financières sont terminées, a-t-on expliqué au sein du cabinet de Florence Parly. "Nous sommes satisfaits", a-t-on affirmé.

En outre, le montant prévu par les trois gouvernements pour la phase 2 (2024-2027) s'élève à 5 milliards d'euros maximum à répartir entre les trois pays, précise-t-on également au cabinet de la ministre. Une phase qui correspond à la réalisation du démonstrateur, qui doit voler en 2027. Ces deux phases marquent un véritable changement d'échelle par rapport aux sommes jusqu'ici dépensées par les trois pays. Depuis 2017, ils n'ont dépensé que 250 millions d'euros. "C'est un cap extrêmement important que nous avons franchi", a-t-on assuré au cabinet.

Michel Cabirol

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 01/09/2021 à 16:51
Signaler
L allemagne utilise l Espagne en l intégrant dans tout les projets pour obtenir une majorité et l Espagne se fait financer par l ue .la France paie pour se faire dépouiller L Espagne est payé pour dépouiller la France pour l Allemagne

à écrit le 01/09/2021 à 14:22
Signaler
La France est dans les dettes jusqu'au cou, nos enfants vont souffrir de cela pendant des années ... arrêtez les conneries ... arrêtez avions et porte-avion qui ruinent les Français les plus pauvres ...

à écrit le 31/08/2021 à 16:15
Signaler
Les allemands attendent de voir ce qu'ils pourront piller dans ce programme. Le reste n'est que du blabla.

le 31/08/2021 à 19:55
Signaler
Ils chercheront à en faire 80%, pour faire tourner leurs industries (y a une certaine logique, les projets sont bons quand on en a une (très) grosse part sinon à quoi bon se décarcasser ?).

le 03/09/2021 à 8:02
Signaler
la destruction de notre industrie continue avec le soutien de m macron et les verts qui ne veulent plus d'entreprise sur le sol francais mais qui sont favorable au remplacement avec leurs ami du qatar

à écrit le 31/08/2021 à 16:12
Signaler
Ça augmente le coût d’un non pour le prochain gouvernement, mais on ne peut pas appeler ça un oui. En tous les cas, le calendrier commence à sentir mauvais. Les Chinois testent les transports ferroviaire vers la Russie. A voir combien de troupes Chin...

à écrit le 31/08/2021 à 15:07
Signaler
A l'heure actuelle, pour avoir une insdustrie de l'armement, il faut, se créer de toute piece des ennnemis, ce qui demande plus de marketing que de politique!

à écrit le 31/08/2021 à 14:40
Signaler
Pour le moment, c’est juste une étape politique avant les élections allemande et française. La mise allemande « pour voir les cartes » n’engage absolument pas le vainqueur des élections. Accessoirement, c’est un joker allemand pour négocier avec Bid...

à écrit le 31/08/2021 à 9:02
Signaler
Je serai plus prudent sur l'avenir du Scaf. Les élections allemandes vont peut-être réserver des surprises avec la coalition qui va gouverner.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.