Bonne nouvelle pour Toulouse : Airbus réactive la création d'une ligne d'assemblage d'A321 NEO

C'est une énième bonne nouvelle pour la Ville rose, frappé de plein fouet par la crise aéronautique engendrée par la crise sanitaire. Airbus vient d'annoncer officiellement l'arrivée d'ici fin 2022 d'une nouvelle ligne d'assemblage dédiée à l'A321. Succès commercial, ce programme pourrait créer 500 emplois à Toulouse.

6 mn

Airbus vient d'annoncer l'arrivée prochaine d'une nouvelle ligne d'assemblage dédiée à l'A321, à Toulouse.
Airbus vient d'annoncer l'arrivée prochaine d'une nouvelle ligne d'assemblage dédiée à l'A321, à Toulouse. (Crédits : Airbus)

"Toulouse peut être la ville européenne championne de la relance", disait récemment à La Tribune le président du Medef Haute-Garonne, Pierre-Olivier Nau. Au regard des bonnes nouvelles qui s'accumulent pour le territoire, cela semble en prendre le chemin... Après le déblocage de l'État de 200 millions d'euros pour la future troisième ligne de métro, l'arrivée prochaine d'une usine de production de biomédicaments portée par Evotec contre 150 millions d'euros, c'est désormais au tour d'Airbus d'officialiser l'installation à venir dans la Ville rose d'une future chaîne d'assemblage d'A321 NEO, la version la plus grande de la famille A320. Celle-ci avait été suspendue à cause du Covid-19 en avril 2020 moins de trois mois après l'annonce de son de son lancement fin janvier.

Lire aussi : Airbus : la création d'une usine d'A321 Neo à Toulouse bien partie pour être relancée

"Airbus a relancé son projet de modernisation des capacités industrielles pour les appareils de la famille A320 à Toulouse. Cette décision va permettre à Airbus d'accroître la flexibilité de son système global de production afin de répondre à la reprise du marché et à la demande future", fait savoir l'avionneur européen dans un communiqué, publié en tout début de matinée, mercredi 12 mai.

Si la mairie de Toulouse disait avoir "reçu quelques bons signaux en ce sens" ces dernières semaines, cette officialisation est sans aucun doute un ouf de soulagement pour les élus locaux, la présidente du conseil régional d'Occitanie, Carole Delga, et le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, en tête.

"Relancé, à la faveur d'une reprise du marché qui se dessine"

Depuis le début de la crise sanitaire, ces deux élus locaux ont multiplié les prises de position face au risque que la région Occitanie puisse perdre ce projet industriel, dans un territoire touché de plein fouet par la crise sanitaire.

Lire aussi : L'étude qui démontre comment l'aéronautique tire vers le bas l'économie d'Occitanie

"Je suis très heureux de cette décision qui, bien qu'annoncée début 2020, avait été remise en question par la crise. Il y a environ un an, comme bien d'autres, je m'étais mobilisé pour la confirmation de ce projet", réagit Jean-Luc Moudenc, auprès de La Tribune.

Soutenu par plusieurs syndicats de salariés d'Airbus et organisations consulaires, le député de Haute-Garonne Mickaël Nogal avait effectivement lancé au cours de l'été passée une campagne de communication dénommée "L'avenir se construit ici", autrement dit à Toulouse. Après avoir envoyé de bons signaux auprès de la quatrième ville de France, qui accueille déjà des milliers de salariés du groupe, Airbus n'a jamais caché que la pandémie mondiale a rabattu les cartes.

Cette nouvelle chaîne d'assemblage d'A321 s'ajoutera à celles d'Hambourg et de Mobile aux États-Unis, les deux seuls sites aujourd'hui à assembler la plus grosse version de la famille A320, désormais disponible en version long-courrier avec l'A321 LR et XLR. Pour l'usine toulousaine, qui construit aujourd'hui 16 A320 par mois, mais pas d'A321, cette nouvelle chaîne d'assemblage permet de surfer sur un segment de marché qui a le vent en poupe. Les ventes d'A321 deviennent de plus en plus importantes par rapport à l'A320. Avant crise, l'A321 représentait 40% du carnet de commandes des avions de la famille A320. Cette nouvelle ligne d'assemblage va contribuer à accompagner le retour progressif des cadences de production d'avant crise. Après avoir diminué la production de 40% en juin dernier (à 40 par mois), l'avionneur prévoit de remonter à 43 en juillet, puis 45 avant la fin de l'année. Les cadences continueront de remonter en 2022 et 2023 où, si les plans de production sont respectés, elles ne seront pas loin des niveaux d'avant-crise (60 par mois). En termes de capacité industrielle, cette nouvelle ligne pourra à elle seule produire une vingtaine d'avions par mois.

"Les projets initiaux visant à introduire des capacités de production pour l'A321 à Toulouse avaient été mis en pause au début de la crise COVID-19, suite à la décision de réduire la production d'avions commerciaux d'environ 40%. Ce projet est aujourd'hui relancé, à la faveur d'une reprise du marché qui se dessine et d'un retour potentiel aux cadences de production d'avant-crise prévu entre 2023 et 2025 pour les avions monocouloirs", confirme Airbus dans son communiqué.

Pour appuyer ses propos, l'avionneur européen n'hésite pas à mettre en avant le bon bilan commercial de cet avion. "La famille A320 est l'avion commercial le plus vendu au monde, avec plus de 15 500 appareils vendus à plus de 320 clients, et plus de 5 650 appareils en carnet de commandes", souligne l'avionneur. D'ailleurs, sur le bilan commercial du mois d'avril, le groupe européen a reçu 48 commandes d'avions, dont la très grande majorité appartient à cette famille d'appareils.

Une bonne nouvelle après la fin du programme de l'A380

Au regard du dynamisme sur ce segment de marché, "c'est du travail en perspective pour les Airbusiens toulousains, d'autant plus nécessaire après l'arrêt de la chaîne de l'A380", commente Jean-Luc Moudenc.

Pour mémoire, en février 2019, Airbus avait annoncé la fin du programme de l'A380, faute de commandes suffisantes. Seulement, cette production mobilisait 700 personnes au sein de l'usine Lagardère de Colomiers (Haute-Garonne), à proximité de Toulouse.

Le constructeur d'aéronefs ne précise pas s'il s'agit d'une compensation, mais cette nouvelle ligne d'assemblage dédiée à l'A321 sera installée au sein de cette même usine, et "devrait être opérationnelle d'ici fin 2022". Au début de l'année 2020, Airbus avait fait savoir que ce projet industriel pourrait engendrer la création de 500 à 600 emplois dans la Ville rose. Un chiffre absent du communiqué du jour, peut-être en raison du climat social au sein de l'entreprise qui sort d'une réorganisation des effectifs importante.

Lire aussi : Aéronautique : le Sud-Ouest perd près de 9.000 emplois en un an

"Nous serons vigilants sur cette question de l'emploi, mais il ne faut pas se tromper. Ce qui fera de l'emploi, c'est la montée des cadences. Et aujourd'hui, en raison de la vétusté de cette usine qui dispose d'un outil industriel de la fin des années 70, Toulouse n'a pas la capacité de produire des A321. Or, aujourd'hui nous savons que cet avion va devenir le best-seller de la gamme car les compagnies aériennes vont progressivement s'orienter vers celui-ci. Donc au-delà de moderniser notre outil de production, cette annonce positionne Toulouse et son usine Lagardère pour les 10 à 20 prochaines années alors que c'était un site qui était en train de mourrir depuis l'arrêt du programme A380. Cette officialisation est donc un vrai bol d'air pour Toulouse", réagit auprès de La Tribune Dominique Delbouis, le coordinateur FO chez Airbus Group.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 14/05/2021 à 10:24
Signaler
Découvrez comment la Chine a dépecé un Airbus A320 pour le copier au profit de son avion commercial, lisez "L'empreinte du Dragon" de Jean Tuan chez C.LC. Editions. Une lecture édifiante et jubilatoire ! Disponible sur amazon.fr et fnac.com

à écrit le 13/05/2021 à 14:56
Signaler
L'A380 s'est crashé, Airbus Toulouse a des locaux libres et des bras disponibles. C'est donc contraints et forcés, et bien obligés, que les dirigeants d'Airbus (totalement noyautés par l'Allemagne) ont accepté, pour une fois, qu'une capacité nouvelle...

le 13/05/2021 à 17:25
Signaler
@Pense_Libre, ce n'est pas Enders le responsable mais bien les français, et à tous les niveaux. Être allemand et défendre les intérêts de l'Allemagne, c'est être patriote. Être français et défendre les internets de la France, c'est être facho...

le 13/05/2021 à 23:33
Signaler
Mon cher Pepito, "défendre les intérêts de son pays" c'est effectivement louable, mais tricher et utiliser des moyens déloyaux quand on est des partenaires, c'est haïssable. Or les Allemands font ça tout le temps, face à des Français très naïfs. Un ...

le 14/05/2021 à 7:18
Signaler
Bah le deal était les suivants : Hambourg s'occupait majoritairement de la gamme des A320 avec 4 lignes de production et Toulouse s'occupait de la gamme des A350, A330, des A380 et d'une ligne de A320. Malheureusement, le programme A380 s'est planté....

à écrit le 13/05/2021 à 11:01
Signaler
Ds un tel contexte de pandémie encore présente mais déclinante à l'W, le rebond de l'aérien est fortement prévisible sur ttes les configurations ( court et long courrier). Et l'A321 LR est l'atout maître de ce rebond, puisque performant sur ttes ces ...

à écrit le 12/05/2021 à 10:13
Signaler
Est ce que ça compense l'arrêt de la chaine A380 ? Quel bilan à l' effectif Airbus ?

le 12/05/2021 à 22:08
Signaler
Voila une bonne nouvelle

le 13/05/2021 à 10:30
Signaler
L'arrêt de la production des A380 ne s'est traduit par aucune réduction d'emplois ceux-ci ayant été redistribués, en particulier vers la production des A320. Si 500 emplois sont créés cela aidera surtout à compenser partiellement les effets du PSE su...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.