Bruxelles veut sa place à la table des grandes nations spatiales

 |   |  1281  mots
La commissaire européenne au marché intérieur et à l'industrie, Elżbieta Ewa Bieńkowska, considère que seule l'Europe est capable de lancer des programmes majeurs emblématiques comme Galileo
La commissaire européenne au marché intérieur et à l'industrie, Elżbieta Ewa Bieńkowska, considère que seule l'Europe est capable de lancer des programmes majeurs emblématiques comme Galileo (Crédits : © STR New / Reuters)
Sous l’impulsion de la commissaire européenne Elżbieta Bieńkowska, l’Europe est en train de devenir un géant de l’espace sur le plan politique. Elle seule a le poids et les moyens pour boxer dans la même catégorie que Washington, Pékin et Moscou. Ce sera l'un des débats du Paris Air Forum qui se tiendra le 16 juin à la Maison de la Chimie en présence de Tomasz Husak, chef de cabinet de la commissaire européenne au marché intérieur et à l'industrie, de Jean-Yves Le Gall, président du CNES, et de Jean-Loïc Galle, PDG de Thales Alenia Space et président d’Eurospace.

Inéluctablement, Bruxelles va devenir l'une des plus grandes puissances spatiales mondiales aux côtés de Washington, Pékin et Moscou. Une révolution? Non, plus surement une évolution qui va dans le sens de l'histoire. Mais il fallait d'abord que la Commission européenne en prenne conscience et surtout se décide à piloter vraiment la politique spatiale européenne pour ne pas rester qu'un simple carnet de chèques au profit de l'ESA (Agence spatiale européenne). Et comme très souvent, le changement ne peut venir que d'une personnalité forte, capable de faire bouger les blocs. Dans le cas présent, c'est la commissaire européenne au marché intérieur et à l'industrie, la polonaise Elżbieta Ewa Bieńkowska, qui a pris le taureau par les cornes jugeant le spatial stratégique pour l'Europe.

"Les applications spatiales changent notre vie, notre économie et notre industrie. L'espace est un secteur industriel clé dans l'économie européenne, et un atout stratégique favorisant l'indépendance d'action de l'Europe sur l'échiquier mondial", avait expliqué en octobre 2016 la commissaire européenne. En outre, elle considère que seule l'Europe est capable de lancer des programmes majeurs emblématiques comme Galileo. "Aucun pays européen n'aurait pu à lui seul réussir cet exploit", avait-elle affirmé en décembre dernier lors de la mise en service partielle du système mondial de radionavigation par satellite de l'Europe. "L'Union s'est progressivement muée en principale force d'impulsion politique du spatial européen, aux côtés de l'Agence spatiale européenne et des Etats membres", confirme le président du CNES, Jean-Yves Le Gall. Cette dynamique a culminé avec l'adoption en octobre 2016 d'une stratégie spatiale pour l'Europe".

Un match ESA/UE?

La révolution de velours a été officiellement lancée le 26 octobre dernier avec la publication de la stratégie spatiale européenne. Un domaine jusqu'ici réservé à l'ESA avec qui la Commission entretient des relations d'un grand pragmatisme en raison des coopérations programmatiques mais qui se sont compliquées, voire complexifiées, au fil de la montée en puissance de Bruxelles sur les questions spatiales. "La co-intervention de la Commission européenne et de l'ESA reste un sujet sensible et parfois source de tensions", confirme la Cour des Comptes.

Ainsi, sur les horloges atomiques en panne sur la constellation Galileo, l'ESA a par exemple clairement tenté de minimiser, voire de cacher à la Commission l'étendue du problème. Ce qui a particulièrement tendu les relations entre l'ESA et l'entourage de la commissaire censés pourtant travailler main dans la main. "Nous surveillons de près la situation, avait expliqué en janvier à Bruxelles Elżbieta Ewa Bieńkowska, agacée. Du coup, elle avait décidé "de mettre en place un groupe de pilotage présidé par la Commission, avec les industriels et l'ESA pour examiner la situation, la stratégie à suivre et les recommandations industrielles afin d'éviter la répétition d'une telle situation à l'avenir". Bang sur les mains de l'ESA...

Pourquoi ces tensions entre les deux? Outre bien sûr des problèmes d'ego, il existe des dysfonctionnements liés aux règles d'attribution des marchés complètement contradictoires entre l'UE et l'ESA. "La difficulté, explique la Cour des Comptes, tient notamment à ce que, malgré la maîtrise d'ouvrage globale d'un programme comme Copernicus confiée à la Commission européenne, le financement de la composante spatiale (qui représente plus de 75 % de l'investissement total) reste éclaté entre l'Union européenne et l'ESA".

Apportant de l'ordre de 900 millions d'euros sur un budget de 5,5 milliards d'euros pour la période 2014-2020 sur ce programme, l'ESA conduit selon ses propres règles, des projets de développement spécifiques. "Il s'ensuit notamment que son principe du juste retour industriel va continuer de s'appliquer concurremment aux règles d'attribution des marchés appliquées par la Commission, compliquant les relations entre la Commission et l'Agence et rendant plus difficile l'optimisation des appels d'offres auprès des industriels", note la Cour des comptes.

Graph spatial

Un graphique de notre partenaire Statista

Une vision stratégique

A travers ce document, Bruxelles propose une série d'actions afin de permettre aux Européens de tirer pleinement parti des avantages qu'offre l'espace, de créer un écosystème idéal pour la croissance des start-up dans le domaine spatial et d'accroître sa part sur les marchés spatiaux mondiaux. Surtout, ce document est une arme en vue de "promouvoir sa position d'acteur de premier plan de l'Europe dans l'espace". Car en tant qu'acteur mondial, l'Europe revendique sa place à la table des grandes nations spatiales.

Car Elżbieta Ewa Bieńkowska estime qu'aucun Etat membre ne peut le faire à sa place. Bruxelles souhaite goûter au parfum de la souveraineté et de l'autonomie de décision en s'assurant de son accès à l'espace (lanceur). "La stratégie place surtout l'Union au cœur des enjeux internationaux, prenant acte de la double menace concurrentielle posée par les émergents, au premier rang desquels se placent la Chine et l'Inde et par la révolution du NewSpace aux Etats-Unis", décrypte jean-Yves Le Gall.

Par ailleurs, Bruxelles souhaite également préserver une industrie européenne, voire une base industrielle et technologique dans le domaine de l'espace à l'échelle européenne, notamment dans les composants spatiaux critiques. Avec l'objectif de rester ou de devenir indépendant sur le plan technologique des autres puissances spatiales. "Equilibré et ambitieux, le document entend faire de l'Union un acteur spatial complet couvrant tout le spectre des activités spatiales, de la R&D aux applications, en passant par l'accès à l'espace et la défense", résume Jean-Yves Le Gall.

Bruxelles ne part pas de zéro

La Commission ne part pas de zéro pour conquérir le leadership spatial. Ainsi l'Union européenne (UE) doit investir 12 milliards d'euros sur la période 2014-2020 pour développer des projets spatiaux emblématiques comme Galileo/Egnos et Copernicus. Le système de navigation par satellite de l'Europe est partiellement opérationnel depuis fin 2016. Extrêmement précis, ce système permet à l'Europe d'affirmer son autonomie stratégique, en particulier par rapport au GPS américain.

 "L'offre de services initiaux de Galileo est une avancée majeure pour l'Europe et le premier aboutissement de notre récente stratégie spatiale", avait d'ailleurs souligné fin décembre Elżbieta Ewa Bieńkowska. Début janvier à Bruxelles, elle se félicitait : "l'Europe est là. Nous avons rejoint le club fermé des fournisseurs de services de navigation".

Le système européen de navigation par recouvrement géostationnaire (EGNOS) fournit quant à lui des services de navigation de sauvegarde de la vie aux utilisateurs maritimes, terrestres et de l'aviation dans la plus grande partie de l'Europe. Ces deux programmes de radionavigation européens (Galileo et EGNOS) vont coûter sur la période 1994-2020, "plus de 13 milliards d'euros, dont 2,45 milliards" pour la France, selon des estimations de la Cour des comptes.

Par ailleurs, le programme Copernicus (8,4 milliards d'euros dont 1,5 milliard à la charge de la France), l'un des principaux fournisseurs de données d'observation de la terre à travers le monde, contribue déjà à sauver des vies en mer, améliore la réactivité des secours après des catastrophes naturelles telles que les tremblements de terre, les incendies de forêt ou les inondations, et permet aux agriculteurs de mieux gérer leurs cultures. Copernicus a par exemple aidé à la gestion des inondations de juin 2013 en Europe centrale, ou au calcul de scénarios de marée noire lors du naufrage du navire Costa Concordia en janvier 2012. Comme quoi l'Europe spatiale est loin d'être inutile...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/06/2017 à 9:22 :
Bruxelles est une NATION ?????? Sans blague !!!
a écrit le 01/06/2017 à 2:08 :
Pour info, "notre" conquête spatiale est soumise à l'otan. Aussi.
a écrit le 01/06/2017 à 0:09 :
Nous sommes sous domination de l'otan, ne l'oublions pas...
a écrit le 31/05/2017 à 20:11 :
MdR. Encore une fois la CE veut se mêler de sujets où elle est strictement incompétente.
L'Europe dispose de l'ESA qui a largement fait ses preuves. La CE peut au mieux donner des orientations mais il serait souhaitable qu'elle s'en tienne là. Les règlements ESA sont déjà assez compliqués à gérer pour les industriels sans que la CE vienne en rajouter une couche. Quant aux déboires de Galileo j'encourage les lecteurs à essayer de trier les responsabilités entre la CE, l'ESA et les industriels...Empiler les couches et engluer ce qui marche n'est pas un signe de progrès.
a écrit le 31/05/2017 à 18:05 :
L'Europe puissance, est-elle une forme de veulerie ou de vœuterie ? Fait-on des lanceurs et des mirages économiques?
On publie en numérique que la production industrielle depuis le dernier trimestre 2010 inclus à fin Mai 2017 aurait augmenté de préférence à progressé puisqu'on peut progresser en offensive nivelle pour rien avec de mauvais chefs, de -0,8% contre pour les USA +13,3%. On publie par ailleurs pour la consommation des ménages, une hausse de 22,4% aux USA sur la même période, contre un indice des ventes au détail relié à la consommation de +7,5 en Europe. Existe-t-il un déficit de performance, d'expertise, de doctrine économique ou de coordination, si on parle d'une gestion par l'offre, existe-t-il une culture du résultat? Le PMI de l'UE sur la période serait négatif à 21 reprises contre 10 aux USA relativement à l'ISM, 54 en France, 12 en Espagne et 19 en Italie. La consommation des ménages français serait publiée à 4,9% sur la période pour une production industrielle à -0,2%. La masse monétaire est-elle efficace et l'Etat a-t-il la culture du résultat?
LIEN https://www.forexagone.com/outils-forex/calendrier-economique-forex/production-industrielle-francaise-184
LIEN https://www.forexagone.com/outils-forex/calendrier-economique-forex/2017/mai/
a écrit le 31/05/2017 à 16:08 :
Bruxelles est nuisible aux Européens
Réponse de le 31/05/2017 à 16:44 :
on dit aussi que la vieillesse est un naufrage papy
Réponse de le 01/06/2017 à 17:00 :
Je suis d'accord. Les interventions de la commission Européenne sont souvent contre productives.
Accessoirement sur le spatial l'Europe s'est bien débrouillée avec l'ESA et je ne vois pas pourquoi le commission devrait mettre son nez là-dedans et compliquer les choses, comme elle le fait toujours.
a écrit le 31/05/2017 à 13:41 :
Que l'Europe ait de l'ambition, n'est-ce pas naturel? Par ailleurs, si dans les traités on parle de 75% de taux d'emplois, le chômage en Europe serait publié comme étant le double des USA. Et il y aurait un pib qualifié de constant par habitant et en ppa qui entre 2007 et 2015, serait passé aux USA de 51011,4 après une baisse en 2009 à 48557,9 puis aurait augmenté à 52704,2 en 2015, mais pour la zone euro on passerait de 38032,8 à 37722,0 dans l'ensemble, existe-t-il une masse monétaire publiée à 4 fois les USA ? L'Allemagne passerait de 40473,5 à 43787,8 le Canada de 41647,4 à 42983,1 l'Angleterre de 38236,1 à 38509,2 l'Australie de 40617,0 à 43631,2 le Japon de 36697,3 à 37872,5 pour la France on aurait de 37772,0 à 37775,0. LIEN https://chevallier.biz/2017/05/agregats-monetaires-france-mars-2017 LIEN https://fr.tradingeconomics.com/france/gdp-per-capita-ppp
a écrit le 31/05/2017 à 10:56 :
L'Europe est déjà à la table des grandes nations spatiales...je ne comprends pas vraiment le titre de l'article. A sa lecture, il me semble plutôt que l'objectif est plutôt de mieux assumer cette situation et de mieux s'organiser pour le leadership mondial.

Je trouve très pertinente l'approche de la Commissaire qui veut développer un écosystème et favoriser la création de valeur et l'innovation autour de start up.
Mis à part le GPS ou la météo, il faut inventer les usages pour mr et mme toutlemonde, car des opérations comme Rosetta c'est juste fabuleux, mais il faut plus d'intérêt au quotidien. Au passage super vos illustrations du programme Copernicus qui donne corps à cela.

Vu le peu d'appétence pour la science du Président US et l'intelligence en général, il y a sans doute une belle fenêtre de tir pour dépasser un concurrent.
a écrit le 31/05/2017 à 10:41 :
Des taxes et des taxes, encore et tjrs pour les citoyens de cette curieuse machine qu'est devenue l'Europe : Une machine a cash pour les decideurs sans mandats electifs de Bruxelles. Ca finira en eau de boudin.
a écrit le 31/05/2017 à 10:32 :
ne faisons pas cela dans le desordre comme pour la monnaie qui aurait du etre faite apres l'harmonisation des lois sociales .il NOUS FAUT EN URGENCE UNE EUROPE DE LA DEFENSE LA France n'a pas à assumer toutes les operations exterieures
a écrit le 31/05/2017 à 10:08 :
article d'intox ahurissant, Bruxelles qui "s’approprie l'espace", on marche sur la tête !
De plus, l'UE n'est pas une Nation, c'est une zone de libre échange à monnaie unique.
Quant "leur" carnet de chèques, il est surtout français et Bruxelles y puise largement pour elle-même.
a écrit le 31/05/2017 à 8:43 :
"L'offre de services initiaux de Galileo est une avancée majeure pour l'Europe"

JE pense qu'en effet Galiléo est une belle démonstration de ce dont est capable l'europe, faire pareil que la concurrence mais 15 ans plus tard.

Entre les vieux rentiers et les jeunes prêtres néolibéraux qui dirigent notre UE on a aucune chance de concurrencer les autres pays mais bon on restera bons derniers et nos médias nous diront quand même que notre technologie est la meilleure du monde.

Vite un frexit.
Réponse de le 31/05/2017 à 11:00 :
Et qui d'autre l'a fait? Avez vous testé le service pour dire qu'il est pareil? Vous croyez vraiment que la France aurait pu faire cela toute seule?
Réponse de le 31/05/2017 à 11:17 :
Vous savez il suffit de taper sur votre moteur de recherche le thème que vous souhaitez et de suite vous êtes comblé:

"Galileo : pannes en série pour le "GPS européen": https://www.lesechos.fr/23/01/2017/lesechos.fr/0211721046347_galileo---pannes-en-serie-pour-le--gps-europeen-.htm#khDsjptkEBcvRUO6.99"

"Le GPS européen Galileo entre en fonction après une longue attente" http://www.numerama.com/tech/216983-le-gps-europeen-galileo-entre-en-fonction-apres-une-longue-attente.html

"Galileo, le « GPS européen », est partiellement opérationnel" http://la-rem.eu/2017/03/30/galileo-gps-europeen-partiellement-operationnel/

Comme je sais que vous êtes grand je vous laisse comparer tranquillement, maintenant il est évident qu'il faut que vous retiriez vos lunettes à dogme pour lire ces articles, merci.
Réponse de le 31/05/2017 à 16:42 :
En vous lisant régulièrement je sais qui est le plus dogmatique de nous deux, mais peu importe....

Les liens que vous mettez ne répondent en aucune façon aux 3 questions que je vous ai posées, je pense que c'est une forme de réponse tout à fait éloquente à celles ci et je vous en remercie.
Réponse de le 31/05/2017 à 19:24 :
"En vous lisant régulièrement je sais qui est le plus dogmatique de nous deux, mais peu importe...."

Ah bon ? Hé bien expliquez moi donc ça je vous prie mais en vous lisant j'ai remarqué que des explications vous n'en donnez jamais, vous assénez votre vérité sans jamais argumenter, peu crédible.

"
Les liens que vous mettez ne répondent en aucune façon aux 3 questions que je vous ai posées"

Vous ne les avez pas lu donc, mais je m'en doutais c'était facile, sinon vous auriez compris qu'ils comparent le galiléo au gps contrairement à votre affirmation qui nous dit que c'est complètement différent et en plus ils soulignent les erreurs techniques et les délais bien trop conséquents.

Bref, galiléo c'est bel et bien ce qu'est capable de faire l'europe, comme les concurrents mais 15 ans plus tard.

Merci
Réponse de le 31/05/2017 à 23:20 :
A aucun moment je n'ai écrit que Galliléo était pareil, différent, mieux ou moins bien, mais si l'aviez testé pour avoir des déclaration aussi lapidaires.
Le fait est que non, pas plus que moi.

Ceci dit quand on lit le niveau de vos analyses on se doute que votre compréhension est assez limité`. Ceci dit dur aussi d'être un spécialiste d'à peu prêt tous les sujets avec toujours la même conclusion l UE c'est pas bien.

Au fait Trump ça va? May toujours fan? mdr
Réponse de le 01/06/2017 à 9:22 :
"Avez vous testé le service pour dire qu'il est pareil?"

Ok puisque vous insistez, insistons, cette question ne veut strictement rien dire...

Avez vous tester la torture pour affirmer que c'est horrible ?

Non mais par contre tout ce que j'ai lu ou entendu sur le sujet me paraissant solide comme raisonnement ou expériences me font dire que la torture c'est horrible oui.

Bref ce genre d'argument binaire ne mène a rien c'est seulement une sémantique de troll qui vient défendre sa gamelle c'est pitoyable.

"Ceci dit quand on lit le niveau de vos analyses on se doute que votre compréhension est assez limité`."

Diffamation classique, c'est comme ça que je vous reconnais.

"Au fait Trump ça va? May toujours fan? mdr "

Vous vous vautrez dans le grotesque, la prochaine fois je signale donc votre trollage.

Adieu et si vous voulez me répondre posez vos lunettes partisanes je vous prie, sinon comme à chaque fois vos réactions n'ont aucun intérêt merci.
Réponse de le 01/06/2017 à 16:31 :
Le trollage permanent ce sont vos commentaires, d'ailleurs vous êtes le seul commentateur sur ce site à avoir des échanges de ce type et je suis loin d'être le premier. On est sans doute tous des trolls au service du grand capital mondialisé...
Réponse de le 01/06/2017 à 17:06 :
Bon vous êtes à bout d'argument mais vous l’étiez dès votre seconde "réponse", vous êtes totalement hors sujet de l'article et de mon commentaire, comme je vous l'ai dis précédemment donc je signale votre trollage.
a écrit le 31/05/2017 à 8:05 :
"Bruxelles" oublie qu'elle n'est qu'une machine administrative et non une Nation, qu'elle veut se substituer aux différents peuples qui la composent, par le moyen de la fraude, n'ayant pas son aval!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :