Lanceur réutilisable : "L'Europe est sur le meilleur tempo possible" (Jean-Yves Le Gall, CNES)

 |   |  785  mots
D'une façon générale, le modèle de SpaceX n'est pas aujourd'hui stabilisé, a fortiori sur la question du réutilisable, estime le président du CNES, Jean-Yves Le Gall
"D'une façon générale, le modèle de SpaceX n'est pas aujourd'hui stabilisé, a fortiori sur la question du réutilisable", estime le président du CNES, Jean-Yves Le Gall (Crédits : DR)
Le président du CNES Jean-Yves Le Gall revient sur le succès de SpaceX, qui a lancé pour la première fois la semaine dernière un lanceur déjà utilisé. Il reste encore sceptique sur le modèle économique du réutilisable. Et estime que l'Europe est sur "le bon tempo".

LA TRIBUNE - Que pensez-vous du nouveau succès de SpaceX dans le domaine du réutilisable ?
JEAN-YVES LE GALL - Elon Musk et SpaceX sont sur leur feuille de route. Ils vont à la fois moins vite et plus vite que ce qu'on aurait pu imaginer. Moins vite parce que SpaceX a subi deux échecs en deux ans, le premier en 2015, puis un autre en 2016. Plus vite parce que le réutilisable est arrivé de façon inattendue, SpaceX n'en parle que depuis deux ans. Toutefois, à  partir du moment où SpaceX a récupéré six étages, il était clair qu'ils allaient les relancer.

Un lanceur réutilisable peut-il aujourd'hui devenir un modèle pérenne sur le plan économique ?
C'est la question. Comment construit-on à partir d'un lanceur réutilisable un vrai business model ? Pour l'instant je ne connais pas la réponse.

Mais SES a confiance dans la vision de SpaceX.  Est-ce simplement une question de prix bas ?
Aujourd'hui  c'est un sujet sur lequel il est très difficile d'avoir un point de vue. D'autant que SpaceX a dû proposer des prix d'appel pour ce premier lancement. C'est pour cela qu'il faut voir ce modèle sur quelques années. D'une façon générale, le modèle de SpaceX n'est pas aujourd'hui stabilisé, a fortiori sur la question du réutilisable. Et quand bien même il serait sur un modèle stabilisé, SpaceX évoque 50 à 60 lancements par an. Actuellement il n'y a pas 50 à 60 lancements par an.

Pensez-vous que SpaceX va trop vite ?
SpaceX est une société qui avance de façon très différente selon les projets qu'elle évoque. Il est évident qu'ils ont développé un système réutilisable mais depuis 15 ans ils ont travaillé sur de nombreux sujets à la fois : les lanceurs, Mars, les constellations,... Pour sa part, Elon Musk travaille aussi sur les voitures électriques avec Tesla, sur Hyperloop et maintenant il souhaite connecter le cerveau. C'est une fourmilière. Mais sur tous ces sujets, il n'y en a vraiment aucun qui soit en régime établi comme nous le sommes avec Ariane 5.  Avec ce lanceur, nous avons développé une véritable machine à lancer, qui a certes un coût mais qui tourne, qui est régulière et qui est surtout fiable. Mais cela ne veut pas dire pour autant qu'il faut s'interdire de regarder des programmes  plus disruptifs.

Donc il est urgent d'attendre ?
C'est vrai que SpaceX défraie la chronique et propose des programmes  extrêmement spectaculaires. C'est également vrai que SES leur fait confiance, ce n'est pas rien mais beaucoup de clients restent toujours sur leurs deux échecs consécutifs. Et puis, il n'y a pas que SpaceX qui développe un lanceur réutilisable. Il y a également Blue Origin qui a un projet. Les Chinois et les Indiens évoquent aussi ce sujet et les Japonais s'y mettent. C'est le sujet dont on parle partout dans le monde. C'est pour cela que j'ai souhaité lancer il y a déjà deux ans le projet de moteur à bas coût Prométhée, potentiellement réutilisable. Celui-ci a convaincu les Européens et Prométhée est devenu le programme Prometheus à la conférence ministérielle de l'Agence spatiale européenne de Lucerne en décembre dernier. Le réutilisable est donc un sujet sur lequel l'Europe travaille et si cette piste devait s'avérer prometteuse, l'Europe aura ainsi une boite à outils avec Prometheus et Callisto, un démonstrateur de petit véhicule spatial réutilisable.

Mais vraiment ne faut-il pas que l'Europe accélère le tempo ?
Aujourd'hui, l'Europe est sur le meilleur tempo possible. C'est la réalité. Quand bien même on multiplierait par dix le budget de Prometheus, il y a des étapes technologiques à franchir.  Au risque de me répéter, SpaceX n'est pas encore dans un modèle établi. L'entreprise d'Elon Musk fonctionne sur le modèle d'une start-up californienne avec des hauts et des bas. Tout comme la plupart des futurs lanceurs. La présentation de Blue Origin est très impressionnante avec de très belles images de synthèse. Mais aujourd'hui Blue Origin a fait voler un lanceur, le New Shepard qui fait 75 tonnes au décollage alors que leur futur lanceur, le New Glenn est supposé faire 1.300 tonnes au décollage, près de 20 fois plus et arriver dans deux ans. Attendons de voir !

Mais pour Ariane 6, ce sera pareil, non ?
Non parce que pour Ariane 6, nous avons souhaité reprendre l'héritage d'Ariane 5. Les choix que l'on a faits sont extrêmement conservatifs en matière technique. Nous ne développons pas de nouveaux moteurs. Ariane 6 aura toute sa place en 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/04/2017 à 22:07 :
La réponse de M. Le Gall est typique de nos élites endogames et appelle quelques commentaires:
-A ce jour, le CNES n'est plus réellement concerné par la conception des futurs lanceurs, la tâche en revenant à ASL. Il eut donc été plus judicieux de poser la question à cette société qu'à ce monsieur.
-Le bon tempo c'est celui qui permet d'arriver sur le marché, au bon moment, avec le bon produit au bon prix. L'histoire aéronautique est remplie d'innovateurs qui sont partis trop tôt (les anglais et le Comet.....). Ceci étant, il est certain que si on ne fait rien on n'y arrivera jamais. Comme disait l'autre, "Aucun match n'a jamais été gagné par les spectateurs". Une réponse plus 'new space' ou 'start up' ou 'machin chose lab' eût plutôt été de reconnaître que Space X avait pris de l'avance et que l'Europe allait s'atteler dare-dare à réaliser un démonstrateur histoire de prouver que l'on savait faire aussi bien et se faire la main. Mais non, tel le mauvais élève qui a toujours une excuse, on n'a droit qu'à des justifications des plus vaseuses.
-Tactiquement, le CNES aurait aussi pu proposer de lancer un grand programme (ils en ont encore le droit....) sur le sujet, et pour que cela ait l'air bien éthique un partenariat public/privé sur le sujet.
-Cela amène aussi à réfléchir à la gestion des budgets de R&D qui sont saupoudrés par les agences pour des tonnes de 'bonnes raisons' et à celle faite par les entreprises du secteur qui pensent plus à collecter la manne qu'à développer le futur.
-Effectivement, lorsque le jeu se joue en dehors en dehors des règles du petit monde du spatial Européen ça décoiffe. Musk, avec tous ses défauts, n'à pas à se préoccuper de ce genre de contingences.
Au final, cette réponse est pitoyable et si l'Europe ne réagit pas elle risque de se retrouver avec une guerre de retard.....(économique, bien sûr...). Mais M. Le Gall saura certainement, du fond de sa confortable retraite, se fendre de quelques pensées essentielles sur le sujet.
a écrit le 05/04/2017 à 2:26 :
Je tené à préciser que je ne sert a rien
Réponse de le 05/04/2017 à 22:09 :
Si, à illustrer les faiblesses de l'enseignement de l'orthographe et de la grammaire en France.....
a écrit le 04/04/2017 à 7:59 :
les memes qui il y a encore un mois jugé cela impossible
c'est la porte qu'il doivent pendre
ce qui prouve leurs incompétences
a écrit le 03/04/2017 à 23:28 :
C'est bien dommage que Mr JY Le Gall ne comprenne pas que ce que fait E Musk est l'avenir et LE business model qu'il faut d'urgence qu'Arianespace / Le CNES adopte. C'est du bon sens rien que du bon sens: coût et environnement.
Mais on se réjouit encore des échecs de Space X et on ne veut pas le comprendre, on feint , car cela fait 10 ans et plus que l'on en parle dans le milieu spatial. AIV et surtout A V. Mais on préfère rester dans le train train quotidien au lieu d'aller vers le bon sens. Arianespace encore le premier lanceur de satellites au monde va se faire doubler par Space X et on dira comme d'habitude, ah et bien je ne pensais pas que cela marcherait .....
J'ai travaillé de longues années dans ce domaine, c'est pourquoi j'ai voulu réagir !
Réponse de le 04/04/2017 à 21:06 :
Je partage votre avis. Savoir si ce que fait E.Musk est la meilleure solution technique est sans doute encore difficile à déterminer mais va probablement dans le bon sens au vu de leurs résultats, Je pense que le fonctionnement (nécessitant beaucoup de concertations préalables) de l'ESA (que j'ai eu occasion de connaitre) et dans une moindre mesure du CNES sont peut être moins propices à quitter ce que vous appelez le train train quotidien au profit de solutions de rupture qui puissent répondre aux besoin de lancements croissants. Dans le domaine de l'observation de la terre on est passés en 5 ans de missions de 1 ou 2 satellites (du type de celles de l'ESA) à des constellations de 100 aines de nanosatellites (certes moins performants et de caractéristiques différentes, mais le nombre compense) produits par des boites privées. Le marché change c'est serait dommage - au vu des succès des décennies précédentes - qu'Arianespace se trouve dépassé dans 10 ans..
a écrit le 03/04/2017 à 20:33 :
Que l'Europe souhaite vendre s'est Ariane 5 et 6, cela peux ce comprendre.... Mais l'avenir sera par l'emploi de navette spaciale, plus fiable, moins onéreuse en révision.... La question est de savoir comment cela décollera de la terre.... Avec dès fusée d'appoint ( USA), posser par un lanceur lourd ( russe), comme un avion, ou porter à haute altitude par un gros porteur..... Bien sûr il reste le probleme du retour à regler....
Personnellement je crois que nous ne somme pas dans le bon tempo.... La Chine, l'Indre, la Russie et les USA sont deja dans la conquête de l'espace...
a écrit le 03/04/2017 à 10:06 :
"Mais sur tous ces sujets, il n'y en a vraiment aucun qui soit en régime établi comme nous le sommes avec Ariane 5."

Je suis d'accord, musk part dans tous les sens, il a une idée et pensant que c'est forcément une idée de génie parce qu'elle vient de lui et qu'il en a les moyens et le réseau donc, la met en pratique. musk est un milliardaire qui comme tout milliardaire livré à lui même, et heureusement qu'ils sont tous très conseillés, est instable voir incohérent. Plus on possède et plus on est possédé et la puissance abêtit.

Ariane suit une stratégie à long terme qui ne peut pas la faire craindre les excentricités d'un enfant qui a les moyens de jouer avec d'énormes jouets.

On peut aussi y voir l'opposition entre la recherche privée et la recherche publique toujours plus sérieuse même si des concurrents un peu plus solides que spacex ne pourraient pas lui faire de mal mais bon c'est comme ça, la recherche dans le privée ce sont des milliards gaspillés.

"Les états unis ont dépensé des millions de dollars afin de concevoir un stylo qui écrit dans l'espace, les soviétiques eux ont prit un crayon à papier."
Réponse de le 03/04/2017 à 11:42 :
Ce n'est pas le sujet de l'article, mais l'histoire du crayon à papier soviétique vs stylo pressurisé que vous mentionnez, semble être en fait une grosse légende urbaine. Il y avait de réelles difficultés techniques et ceux qui ont fait des choix à l'époque n'était pas forcément des demeurés.
(une source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Space_Pen)
Réponse de le 03/04/2017 à 13:57 :
"Il y avait de réelles difficultés techniques et ceux qui ont fait des choix à l'époque n'était pas forcément des demeurés. "

Pour demeurés !?

Où ai je donné l'impression de les traiter de demeurés ? Comment pouvez vous conclure à cette bêtise en lisant mon commentaire ? Vous n'auriez pas de sérieux problèmes de confiance en vous en plus ? Assumez ce que vous faites mon vieux et laissez vivre les autres svp, merci.

Paranoïaque un peu aussi quand même non ?

ET donc si je reviens sur tous mes commentaires de ce matin je vais voir un de vos commentaires sous chacun ?

Vous savez que je vous lis jamais alors que vous me lisiez je le comprends vous devez apprendre beaucoup mais lisez moi en silence quand vous n'avez rien à dire svp, votre dogme tout le monde s'en fiche, merci.
Réponse de le 03/04/2017 à 20:52 :
Du calme le blasé! je n'avais a priori rien contre vous. je ne faisais que signaler que l'histoire qu'on nous rebalance régulièrement depuis des années comme quoi soit disant des ingénieurs et responsables de projets spatiaux qui n'avaient pas une ouverture d'esprit suffisante ont gaspillé des fortunes alors que la solution technique était à la portée de tout le monde est juste archi-fausse. Alors la paranoia, la bétise et le manque de confiance en moi et mes dogmes vous n'en avez aucune idée (et je trouve ces des propos un peu insultants).
Réponse de le 04/04/2017 à 9:07 :
Rien n'empêche d'avoir un business stabilisé et, en parallèle, travailler sur la techno de demain... Kodak, trop bien assis sur son business model stable et juteux, s'est entêtée à ignorer la révolution de la photo numérique... Résultat 10 ans plus tard: dinosaure en voie de disparition. La bonne fusée 100% jetable du temps des missions Appollo (1960's !) est tout doucement dépassée; elle servira encore mais il est GRAND temps de peaufiner sa remplaçante !
Réponse de le 04/04/2017 à 9:12 :
"Du calme le blasé! "

Un commentaire qui commence par un si grand besoin d'exprimer ses ressentiments n'a forcément aucun intérêt, je ne lis donc pas la suite et signale votre trollage flagrant.
Réponse de le 04/04/2017 à 10:47 :
jakantana, vous parlez du changement pour le changement mais quel intérêt ?

La production de déchets d'une fusée est minime je ne vois aucun intérêt de se lancer là dedans et aucune innovation majeure or dans la conquête de l'espace on s'attend quand même à un minimum d'innovation majeures.

Quand même au moins dans ce domaine...
Réponse de le 04/04/2017 à 20:30 :
je conçois que le sujet du stylo pressurisé ne vous intéresse finalement pas (même si c'est vous qui l'avez apporté). Mais vous pouviez le dire autrement: "paranoiaque", ""betise", "manque de confiance", "ressentiments", etc.. Vous êtes particulièrement agressif, je ne vous ai pas insulté ni porté de jugement personnel. Et il ne s'agit pas de trollage de ma part: le modérateur peut lire l'ensemble de l'échange. Et ça sera tout..
Réponse de le 05/04/2017 à 10:13 :
dra: je suis harcelé sur ce forum par un malade mental qui prend de nombreux pseudos pour cela.

Son occupation principale étant de me faire dire ou penser ce que je ne dis ou ne pense pas il est évident que dès que je lis quelqu'un qui interprète ma pensée et avec le mot je réagis.

SI vous ne l'aviez pas fait exprès seulement une maladresse liée à notre utilisation courante du langage comme cela arrive très souvent veuillez m'excuser de vous avoir secoué de la sorte.

Dans la vie on peut savoir à qui on s'adresse, dans un forum non.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :