Des avions de ligne voleront sans pétrole en 2030, promet Boeing

 |  | 389 mots
Lecture 2 min.
Selon l'Association du transport aérien international (IATA), les SAF peuvent réduire les émissions de CO2 de 80% par rapport au kérosène conventionnel sur l'ensemble de leur cycle d'utilisation.
Selon l'Association du transport aérien international (IATA), les SAF peuvent réduire les émissions de CO2 de 80% par rapport au kérosène conventionnel sur l'ensemble de leur cycle d'utilisation. (Crédits : Paulo Whitaker)
Le groupe teste des aéronefs fonctionnant à 100% avec du carburant produit à base de déchets végétaux, de déchets domestiques recyclés ou d'huile de cuisson usagés, aujourd'hui autorisé jusqu'à 50%. Il s'est engagé à les livrer d'ici dix ans.

Boeing s'est engagé vendredi à livrer des avions de transport de passagers pouvant voler avec du carburant sans pétrole d'ici 2030.

Pour "respecter l'engagement du secteur aérien à réduire ses émissions de carbone de 50% par rapport aux niveaux de 2005 d'ici 2050, les avions doivent pouvoir utiliser des carburants d'aviation 100% durables bien avant 2050", remarque Boeing.

"Notre secteur et nos clients se sont engagés à lutter contre le changement climatique, et les carburants d'aviation durables sont la solution la plus sûre et la plus mesurable pour réduire les émissions de carbone de l'aviation dans les décennies à venir", a commenté le responsable des avions civils chez Boeing, Stan Deal.

Le premier vol utilisant du biocarburant en 2008

Les industriels travaillent depuis plusieurs années sur la réduction de leur impact environnemental pour développer des carburants moins polluants ou des moteurs d'avions moins gourmands. Le premier vol d'un appareil utilisant un mélange de kérosène et de biocarburant a eu lieu en 2008.

Boeing a depuis effectué des tests avec des aéronefs fonctionnant à 100% avec du "carburant d'aviation durable" (SAF), indique le groupe dans un communiqué. Ces combustibles sont produits à base de déchets végétaux, de déchets domestiques recyclés ou d'huile de cuisson usagés par exemple. Selon l'Association du transport aérien international (IATA), les SAF peuvent réduire les émissions de CO2 de 80% par rapport au kérosène conventionnel sur l'ensemble de leur cycle d'utilisation. Les avions sont actuellement autorisés à voler avec un combustible contenant jusqu'à 50% de SAF.

Un travail associant fabricants de moteurs et régulateurs

Le constructeur prévoit de travailler avec les fabricants de moteurs, ses fournisseurs et les régulateurs sur les changements techniques à apporter pour permettre aux avions de voler uniquement avec des SAF. Et continue en parallèle à travailler sur des moteurs pouvant être propulsés à l'électricité ou à l'hydrogène.

L'association du transport aérien IATA a lancé l'été dernier un appel à une plus grande production de carburants d'aviation durable.

"La production actuelle de SAF est de 50 millions de litres par année", faisait alors remarquer l'organisation. "Pour atteindre un point de bascule où l'ampleur de la production ferait baisser les coûts des SAF suffisamment pour concurrencer le carburéacteur, la production doit atteindre 7 milliards de litres ou 2% de la consommation de 2019."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2021 à 20:07 :
Et demain on rase gratis . Et après demain , juré promis le 737 max ne tuera plus personne . Assez de ces mensonges .
Réponse de le 25/01/2021 à 20:43 :
Pourquoi dites vous "mensonge" les avions volent pas au pétrole brut mais au kérosène, donc déjà aujourd'hui ils pourraient faire cette annonce... La réalité reste toujours loin des dire, demain ils feront juste un "bio kérosène" on arrêtera de manger pour produire du bio carburant...
a écrit le 24/01/2021 à 16:06 :
De la communication alors que Biden vient d'annoncer se raccrocher au train de la COP21 !
On peut s'attendre à de nombreuses annonces de grandes entreprises américaines, automobile, aéronautique, pétrole et malbouffe-agro-alimentaire.
Et les géants des énergies US vont ramer grave !
Les sous-traitants, Mexique, Royaume-Uni et Canada sont aussi très concernés.
Délocalisés ou pas, les couts des biens US à l'exportation devrait gravement augmenter.
Déjà pour moderniser les usines moisies, qui ne sont pas avares sur la consommation des énergies.
a écrit le 24/01/2021 à 10:55 :
Pourquoi a t on besoin d'avion de ligne? Le principal.. c'est de ne pas avoir a se déplacer inutilement!
a écrit le 24/01/2021 à 3:15 :
Arnaque du lobbysme des producteurs d'agro carburant qui nous font croire qu'on utilisera des déchets alors qu'il sera bien plus simple de nous fournir en huile de palme et autres. La déforestation est déjà assez préoccupante, n' en rajoutons pas une couche .
a écrit le 23/01/2021 à 19:12 :
Boeing...ils devraient commencer par faire des avions sûrs avant de les gaver de carburant "zarbi".
Sans le pétrole, l'aviation pour un transport de masse à bas coût c'est mal parti. Les avions, si c'est pour ramener des virus de Chine principalement...ou d'ailleurs, on peut s'en passer.
Réponse de le 24/01/2021 à 2:11 :
Si on a besoin de l'aviation comme transport de masse, c'est que notre développement est mal pensé. Si les masses ne sont pas capables de satisfaire leurs besoins sans transport aérien, c'est que leur habitat est mal choisi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :