Et l'Allemagne, l'Espagne et la France finalisent enfin un nouveau jalon sur le SCAF

Berlin, Madrid et Paris se partageront à parts égales une facture de 3,5 milliards d'euros pour pouvoir lancer la phase de définition d'un démonstrateur, qui devrait voler à l'horizon 2026/2027.
Michel Cabirol

3 mn

(Crédits : Dassault Aviation / Eridia Studio / V. Almansa)

Avec beaucoup de difficultés, le SCAF (Système de combat aérien du futur), qui entrera en service en 2040, passe un nouveau jalon. Un accord entre l'Allemagne, l'Espagne et la France a été finalisé après de longs mois de négociations difficiles entre industriels puis entre les États sur la phase 1B du SCAF, qui va s'étaler de 2021 à 2024. Des négociations qui se sont terminées vendredi. "Les intérêts de tous les pays participants sont pris en compte", a expliqué la ministre des Armées Florence Parly dans une interview publiée vendredi par La Tribune.

"Les discussions menées par la DGA (Direction générale de l'armement), le BMVg (Bundesministerium der Verteidigung) et la DGAM (Dirección General de Armamento y Material) au cours des derniers mois ont permis d'aboutir à un accord équilibré entre les différents partenaires pour la prochaine étape de la phase de démonstration du programme", ont annoncé les ministres de la défense française Florence Parly, allemande Annegret Kramp-Karrenbauer et espagnole Margarita Robles dans un communiqué conjoint.

Les trois pays, qui participent au SCAF, se partageront à parts égales une facture de 3,5 milliards d'euros pour pouvoir lancer la phase de définition d'un démonstrateur de l'avion de combat (Next Generation Fighter), qui devrait voler à l'horizon 2026/2027, et de l'architecture du programme, dont certaines orientations sont acquises (bimoteur). Cet accord doit encore passer sous les fourches caudines du Bundestag, qui devra impérativement se prononcer avant la fin du mois de juin. "Il me paraitrait logique que le Bundestag voie cet ambitieux programme européen d'un bon œil", a souligné la ministre des Armées dans l'interview accordée à La Tribune. Après une dernière négociation sur le prix de cette phase, les contrats seront notifiés à la fin de l'été, a estimé le cabinet de la ministre des Armées, Florence Parly.

Un démonstrateur en vol en 2027

A partir de 2024 et jusqu'à 2027, Dassault Aviation et Airbus vont réaliser dans le cadre de la phase 2 ce démonstrateur poussé par le moteur du Rafale (M88), puis le faire voler au-delà de 2027 lors de campagnes d'essai successives. Le cabinet de la ministre n'a pas souhaité donner un plafond de prix pour cette phase. L'organisation industrielle du programme a été déterminée de façon à assurer "la cohérence et l'efficacité du projet, en rassemblant les compétences les plus poussées des industriels de chaque pays au sein d'un partenariat équilibré, large et approfondi, ont expliqué les ministres. Le schéma de coopération retenu offre une opportunité inédite de renforcer les atouts industriels des trois pays participants, tout en assurant la compétitivité du futur système".

Interrogée par La Tribune sur les droits  de propriété intellectuelle, Florence Parly a affirmé que "les clauses contractuelles négociées sur ce sujet conviennent à tous". "A l'échelle des grands programmes, les questions de propriété intellectuelle sont toujours des questions extrêmement sensibles et difficiles au début de la coopération. Il est tout à fait légitime d'y être très attentif au départ en prenant toutes les précautions afin que les différents acteurs soient confortables sur ces questions", a-t-elle précisé.

Michel Cabirol

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 18/05/2021 à 1:05
Signaler
Pourquoi tout cet argent dépensé dans les armes ? Par peur d'être envahi ,pour ce défendre des barbares extérieur ,des religieux illuminés ,des maladies .... C'est d'un autre temps tout cela ,en tout cas ce sont les prêches des médias depuis quelque...

le 18/05/2021 à 8:35
Signaler
A la fois pour tenir en respect la Russie et la chine ....

le 18/05/2021 à 8:36
Signaler
A la fois pour tenir en respect la Russie et la chine ....et la Turquie ...

le 18/05/2021 à 12:17
Signaler
Ds ce monde d'après où l'impérialisme technocratique et politico économique est encore plus d'actualité, il est indispensable, pour limiter la vassalisation de maintenir une stratégie de défense au top niveau du faible au fort, du moins à l'échelon n...

à écrit le 17/05/2021 à 12:09
Signaler
Objection votre honneur, ils ne se partagent pas une facture, la facture c'est pour le client !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.