États-Unis : la moitié des armes à feu détenues par 3% des Américains

 |   |  673  mots
Quand le législateur cherche à encadrer et contrôler les armes à feu, les ventes augmentent.
Quand le législateur cherche à encadrer et contrôler les armes à feu, les ventes augmentent. (Crédits : REUTERS/Phil Noble.)
Sur les quelque 265 millions d'armes à feu en circulation, 133 millions sont détenues par moins de 8 millions de personnes, selon une étude très poussée sur le sujet, qui dévoile également une baisse du taux d'Américains possédant un tel engin.

Les États-Unis regorgent d'armes à feu, des dizaines, des centaines de millions même, à tel point que dans l'imaginaire collectif chaque Américain dispose d'un calibre chez lui. Ce préjugé est toutefois très éloigné de la réalité : 3% des Américains âgés de plus de 18 ans possèdent 50% des armes à feu en circulation, selon la dernière étude sur le sujet réalisée par les universités Northeastern et Harvard et dont les résultats ont été relayées en avant-première par le Guardian et The Trace, un média indépendant spécialisé sur le sujet.

D'après ce sondage anonyme en ligne réalisé par l'institut GfK auprès de près de 4.000 Américains, alors qu'environ 265 millions d'armes à feu seraient actuellement en circulation outre-Atlantique - soit plus d'une par personne adulte, les États-Unis comptant 324,5 millions d'habitants dont 22,9% ont moins de 18 ans -, quelque 133 millions de ces engins seraient répartis entre 7,7 millions de personnes majeures, à raison de 17 armes par personne en moyenne (la fourchette est comprise entre 8 et 140). Ces "super-propriétaires", comme l'écrit le Guardian, sont selon l'étude plus susceptibles d'être des hommes, possédant une arme pour leur protection et moins susceptibles d'être noir ou hispanique.

Très poussée, l'étude, dont la publication définitive après approbation par des pairs est prévue à l'automne 2017, constate par ailleurs un recul du taux d'Américains possédant une arme à feu, passant de 25% en 1994 (date de la dernière étude de référence sur le sujet, réalisée par Philip J. Cook, professeur de politique publique à l'université de Duke) à 22% en 2015. Entre les vingt années qui séparent les deux études, le taux d'hommes propriétaire d'un pistolet ou autre a reculé de 10 points, à 32%, tandis que celui des femmes est passé de 9% à 12%.

La variable du nombre d'armes à feu en circulation

Combien y a-t-il vraiment d'armes à feu en circulation aux États-Unis ? La réponse à cette question reste relativement dur à déterminer. "Il y a à présent plus d'armes à feu que d'habitants aux États-Unis" avec 357 millions d'armes contre 317 millions de personnes, clamait ainsi un article du Washington Post publié en octobre 2015. Pour parvenir à ce résultat, le journal avait actualisé un rapport du service de recherche du Congrès, basé sur les données fédérales du Bureau of Alcohol, Tobacco and Firearms (ATF) concernant les armes à feu produites, importées et exportées par les fabricants d'armes américains : de 242 millions en 1996, le nombre a progressé pour atteindre 259 millions en 2000 et connu une nette accélération, atteignant 310 millions en 2009. À partir de cette période - initiant également l'ère Obama -, le nombre d'armes à feu en circulation États-Unis y aurait donc dépassé la population totale.

Le Washington Post notait toutefois que les chiffres officiels de l'ATF ne prennent pas en compte les armes à feu détruites par les forces de l'ordre, par l'usure ou simplement perdues. Avec environ 1% du stock total qui disparaît ainsi chaque année et ce depuis plusieurs décennies, le nombre d'armes à feu en circulation approcherait davantage de 245 millions (chiffres 2011, certaines estimations  tablaient sur 270 millions en 2007, minimisant ce phénomène).

C'est également à partir de 2009 que la production intérieure de pistolets, fusils et autre calibres a largement crû, dépassant les 10 millions d'unités en 2013 après avoir été relativement stable entre 1986 et 2008. Elle oscillait auparavant entre 3 et 4 millions, les années 1993 et 1994 faisant figure d'exception puisque la loi Brandy sur la prévention des actes de violence avec arme de poing - imposant notamment un contrôle fédéral des antécédents systématique - est entrée en vigueur le 28 février 1994. Ces deux années servent toutefois d'exemples : quand le législateur cherche à encadrer et contrôler les armes à feu, les ventes augmentent. Une réaction primaire, qui explique la forte croissance dès l'arrivée au pouvoir de Barack Obama, le président américain n'ayant jamais caché qu'il souhaitait encadrer l'usage de tels engins.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2017 à 12:40 :
WAOUHHH!!!!! Je viens de découvrir que je suis américain... Je possède plus de 8 arme à feu (en toute légalité)..... Comment cela est il possible, et bien héritage des armes de mes aïeuls, armes personnelles et voila tout simplement. Une pour le ball-trap, une pour le gros, une pour le canard, une pour... Ben oui, une pour chaque usage.
La même pseudo enquête, serait à mener en Suisse, vous auriez une surprise... Cela commence par une arme de guerre, tirant en rafale, appartenant à la confédération, dans presque chaque foyer. Puis suivant le gout de chacun une moyenne de trois par foyer... Ça vous fout la trouille les "hoplophobes" (aversion irrationnelle pour les armes.)
Certain possèdent plusieurs voitures, sont ils pour autant des chauffards??,
a écrit le 21/09/2016 à 8:44 :
Ne me dites pas! Les 3% correspondent aux vendeurs d'armes?
a écrit le 20/09/2016 à 23:25 :
1. Je ne vois rien de particulier dans les chiffres de la distribution des armes. En France aussi il y a un nombre de tireurs ou de collectionneurs d’armes qui possèdent 10 armes et plus. En sachant que l’acquisition des armes aux Etats-Unis est plus facile administrativement et les prix sont plus faibles, il n’est guère étonnant que les fans des armes peuvent en acheter beaucoup.
2. Pour s’amuser, à partir de ces chiffres on peut estimer l’impact industriel et économique du marché des armes civiles à feu aux E.-U. : autour de 11 mlrd. dollars le marché des armes à feu neuves. Si on ajoute le marché des armes d’occasion, des pièces, des accessoires, du tuning, de la munition, des clubs de tir etc., on doit obtenir un CA d’au moins 30 mlrd. dollars. La production industrielle (vers 11 mln. armes neuves par an) doit donner 5-7 mlrd. dollars, sans compter la production des pièces et des accessoires. La population de la France est à peu près 20% de la population des E.-U. Ainsi, si on avait un marché des armes à feu équivalent en France, on aurait pu compter en plus 5 mlrd. euros du PIB et 1 mlrd. euros de la production industrielle. Je ne connais pas les chiffres exacts pour le marché français, mais le producteur français le plus connu – Verney-Carron a réalisé en 2015 un CA de 13 mln. euros, l’export et le marché des forces d’ordre compris. Pas énorme.
Certes, l’histoire et la culture des deux pays sont bien différentes. C’est juste un exercice intellectuel pour méditer.
a écrit le 20/09/2016 à 21:38 :
"Quand le législateur cherche à encadrer et contrôler les armes à feu, les ventes augmentent. Une réaction primaire". Je franchis allègrement le pas pour dire que les Américains sont, au moins pour la moitié qui vote conservateurs, des "primaires. Il m'arrive parfois de penser que ce sont plus simplement des primitifs nostalgiques de la massue, compagnon indissociable de l'homme préhistorique. Tant que c'est chez eux qu'ils s'entretuent, à la limite on ne peut que constater, mais pas qu'ils "foutent le boxon" partout dans le Monde. Donc: US GO HOME.
Réponse de le 20/09/2016 à 22:40 :
Hum...Cela ressemble bigrement à de l'anti-américanisme " primaire ".
Réponse de le 21/09/2016 à 22:30 :
@VALBEL89 : 1. D’après vous «les Américains sont, au moins pour la moitié qui vote conservateurs, des "primaires » ? Donc, si vous envisagez une pénurie d’eau potable, vous n’allez pas faire une certaine réserve chez vous ? Je pense que si. On peut appeler cela un comportement primaire, mais aussi un comportement logique. Je ne parle même pas que l’incompétence d’une part des législateurs américains dans ce domaine a été déjà prouvé par des lois, disons doucement, bizarres, inutiles et inefficaces qui posaient des problèmes uniquement aux producteurs et aux tireurs légaux (par exemple, Assault Weapons Ban de 1994). Ainsi, les gens ont raison d’attendre pire.
2. « Tant que c'est chez eux qu'ils s'entretuent » Aux Etats-Unis un moyen propriétaire légal des armes à feu est considérablement plus respectueux aux lois qu’un moyen Américain. C’est la statistique.
3. D’après ce que je sais, aux E.-U. les électeurs conservateurs ont une tendance isolationniste, donc, plutôt contraire aux interventions extérieures. De plus, ce ne sont pas les électeurs qui décident une intervention extérieure, mais l’élite politique et économique (c’est assez évident).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :