F-35 : La Belgique a-t-elle été trop naïve avec Lockheed Martin et les Etats-Unis ?

 |   |  352  mots
Le département d'état à la défense américain avait prévu en janvier 2018 que des accords de compensations seront nécessaires.
Le département d'état à la défense américain avait prévu en janvier 2018 que "des accords de compensations seront nécessaires". (Crédits : INTS KALNINS)
Les négociations entre la Belgique, qui souhaite obtenir des compensations (offset) dans le cadre du contrat F-35, et Lockheed Martin restent très difficiles.

Avec l'acquisition de 34 F-35A en octobre 2018 (4 milliards d'euros), la Belgique a-t-elle été trop naïve avec Lockheed Martin et les Etats-Unis ? C'est ce que laisse entendre le journal belge L'Echo, qui écrit que les retombées économiques liées à ce contrat de 3,8 milliards d'euros ne seront pas très élevées. Selon le quotidien belge, l'industrie du sud du pays doit s'attendre au mieux à 700 millions d'euros de retours industriels sur la durée de vie du contrat, de la part du constructeur Lockheed Martin et du motoriste Pratt & Whitney, selon des estimations réalisées par des experts pour la Région wallonne. Les quatre premiers F-35 belges arriveront à Florennes en 2025 alors qu'ils étaient initialement attendus en 2023 comme l'avait alors annoncé l'ancien ministre belge de la défense, Steven Vandeput.

"Ce montant concerne les scénarios les plus optimistes et porte à la fois sur une participation à la fabrication d'éléments du F-35 et sur la maintenance des appareils pendant au moins une quinzaine d'années", a souligné le journal belge.

A titre de comparaison, à l'époque, Dassault Aviation, qui proposait le Rafale, avait promis à la Belgique des retours équivalents à au moins 100% de l'investissement initial (3,8 milliards), allant même jusqu'à parler de 20 milliards sur la durée de vie du programme, en y incluant il est vrai pour ce calcul, l'activité existante des membres du consortium Rafale en Belgique.

Des négociations dures

Selon l'Echo, Lockheed Martin n'a non seulement rien promis de concret, mais laisse planer le doute sur le contour de ces futurs contrats, multipliant les contraintes ou évoquant le "secret défense" quand il s'agit de donner des précisions. Pourtant, le département d'état à la défense américain avait prévu en janvier 2018 que "des accords de compensations seront nécessaires". "Toutes les compensations seront définies dans le cadre de négociations entre l'acheteur et le vendeur", a-t-il expliqué.

Enfin d'après les informations de l'Echo, une réunion doit se tenir ce mercredi entre la Première ministre Sophie Wilmès et le manager du programme F-35 chez Lockheed Martin, Greg Ulmer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2020 à 20:41 :
Vivement que le choix suisse soit connu. Aucune chance pour le F35. Ce sera le F18 Super Hornet Block III ou le Rafale F4. Seuls les avions testés en 2019 seront évalués, soit le Rafale F3R et le Super Hornet Block II. Les évolutions futures ne compteront pas beaucoup dans le choix.
a écrit le 09/03/2020 à 11:01 :
Comme tous les autres pays ayant été plumé par les USA avec le F-35.
Les américains ont fait payé tous les surcoûts aux naïfs ayant cru que cet avion était correct. Même le plus grand think-tank de défense américain l'a totalement descendu.

La palme revient aux anglais qui ont payé le développement du décollage vertical et n'auront, au final, ... rien: pas de brevets et pas même de l'entretien sur place.
a écrit le 06/03/2020 à 19:26 :
Les Belges ont refusé un vrai projet de coopération européenne tel que proposé par Dassault, le poids de la partie flamande, pas vraiment francophile, s'étant révélé déterminant.
Dommage pour les Belges! A eux de payer l'addition pharamineuse pour un avion dont l'hyper technicité mal maîtrisée en fait un appareil peu fiable.
a écrit le 06/03/2020 à 11:17 :
Bien fait pour ces généraux belges qui ont absolument voulu ce joujou américain extrèmement cher au lieu de jouer l'Europe!
Pourtant l'alerte était donnée par certains experts américains sur les nombreux déboires de ce projet dont la technologie "révolutionnaire" ne lui permet toujours pas d'être apte au combat. C'est un fer à repasser parfaitement visible des derniers radars russes et chinois.Comme sur les F22, les pilotes sont en danger
300 exemplaires inaptes sont en stock pour être rétrofités ,mais ils ne le seront jamais car c'est trop cher et incertain. Ils vont les refiler aux belges et aux polonais
a écrit le 06/03/2020 à 9:46 :
La Belgique passe presque un an sur deux sans gouvernement légitime. Le pays fonctionne au quotidien parce que la gestion est déléguée aux régions et aux communes, mais sur les décisions stratégiques du ressort de l'état, ça fini toujours par se ressentir. C'est vrai pour le F35,c'est encore plus vrai dans la politique énergétique.
a écrit le 05/03/2020 à 20:10 :
La Belgique est un tout petit pays, donc pourquoi faire... Cela va lui coûter très cher et je ne pense pas que cette décision soit vraiment efficiente.
Cela ressemble à une mauvaise histoire... Belge.
a écrit le 05/03/2020 à 14:39 :
Cher à l'achat, peu fiable, incomplet, et d'un cout d'entretien exorbitant, le F35 est très loin de tenir ses promesses et encore moins ses engagements. Choix politique, il risque bien de ne rapporter à la Belgique que des regrets..
a écrit le 05/03/2020 à 14:33 :
Le Belge, naïf une fois? Pas tous, certains ont pris du "pognon" au passage.
Réponse de le 05/03/2020 à 16:39 :
Et vive l'Europe!!
a écrit le 05/03/2020 à 13:16 :
Le choix du F35 était un acte politique de soumission aux menaces exercées par le Président Trump. Je ne crois pas que la Belgique espérait sérieusement des retombées industrielles !
Réponse de le 07/03/2020 à 9:24 :
Exacte ... Mais sa îls ne faut pas le dire...
L'ons remerci la americains l'être venus lors de la seconde guerre mondial. Îls sont arriver avant les communistes , mais Apres les allemands ...
a écrit le 05/03/2020 à 13:15 :
Le choix du F35 était un acte politique de soumission aux menaces exercées par le Président Trump. Je ne crois pas que la Belgique espérait sérieusement des retombées industrielles !
a écrit le 05/03/2020 à 11:57 :
Et encore ces pauvres belges n'ont pas tout vu, quand ils seront face au coût exorbitant de l'entretien de ces belles machines, il sera toujours temps de déchanter.
a écrit le 05/03/2020 à 11:47 :
Soyons logiques !
Pourquoi voulez vous que les pays étrangers achètent à la france des technologies américaines indigénisées ?

Le rafale est marginalement supérieur au F16 qui fut en avance de 15 à 20 ans, se vend encore comme du petit pain encore aujourd'hui en version modernisée.
Copiant le chasseur multirole US en inventant à l'occasion un concept similaire "l'omnirole" les gens ne sont pas dupe de ces chinoiseries, comme si le F16 n'était pas à même de tirer des missiles amraam aim 120 de défense tout en accomplissant des missions de bombardement.

A ce sujet très beau shoot en syrie, donné pour une distance de 45 km d'un F16 turc qui était resté à l'intérieur de sa frontière. Deux SU24, un L 39 au tapis, en plus du SU24 russe il y a quelques années toujours par un F16 ça commence à faire cher.

Quel merveille ce F16, il explique aussi un peu la fidélité de ses clients au constructeur.
Il devrait rester viable en liaison avec le F35 pour encore 40 ans ! Incroyable ! quel design, quelle robustesse face aux changement technologiques.
Dassault à repris à Saab le concept des plans canards en interaction avec une aile delta, les gouvernes de vol électrique sont une invention canadienne.
C'est un bon avion mais pas de technologie de rupture et un cout exorbitant pour un avion si proche en fait du f16 d'autant que la fiabilité des moteurs est telle aujourd'hui qu'en avoir deux n'est plus nécessaire.
Réponse de le 06/03/2020 à 8:50 :
Autant de contre vérités sur un seul post.... Vous faites fort.... Je ne vais pas passer mon temps à dézinguer toutes vos affirmations mensongères tellement grosses... qui ne passeront pas auprès de ceux qui ont -eux- un embryon de culture aéronautique militaire. On devine pour qui vous travaillez... "Quelle merveille ce F16"... Là vous vous êtes dévoilé!
a écrit le 05/03/2020 à 11:03 :
Les belges n'ont effectivement que ce qu'ils méritent. Pieds et poings liés avec nos "meilleurs alliés" qui feront d'eux ce qu'ils veulent. Et s'il n'y avait qu'eux! Désespérante la construction européenne de la défense.
a écrit le 05/03/2020 à 10:47 :
Contre les fakes news francophones :
le F35 a été choisit par israel qui passe le Karcher tous les jours impunément en syrie au nez et à la barbe des radars S400, 300 russes.
Réponse de le 06/03/2020 à 14:17 :
Les Israéliens ont pour consigne de ne pas quitter le territoire Israélien avec le F35 jusqu'à finalisation des ventes internationales. Ils tirent avec des missiles longue portée.
PAr ailleurs nombre de militaires Israéliens sont en train de découvrir le désastre opérationnel qu'est le F35 mais silence radio sinon fin du soutien de Trump !
a écrit le 05/03/2020 à 10:45 :
Entre la naïveté et la cupidité, il n'y a pas trop de différence au niveau du lobbyisme! Mais c'est toujours les intérêts généraux qui en subissent les conséquences!
a écrit le 05/03/2020 à 10:41 :
Les moutons sont faits pour être tondus. Tant pis pour eux
a écrit le 05/03/2020 à 9:38 :
Il est compliqué, le F35, et sa mise au point a coûté bonbon : espérons qu'il n'a pas été conçu principalement pour piquer un maximum de fric au Pentagone et aux nations alliées occidentales. Et c'est d'ailleurs un peu comme ça que Mr Trump a l'air de le considérer.
Le plus inquiétant, c'est qu'il n'est pas "combat proven" alors qu'il entre en service dans plein de pays : le truc parfait pour perdre la troisième guerre mondiale ?
Réponse de le 13/05/2020 à 17:43 :
"Le plus inquiétant, c'est qu'il n'est pas "combat proven" "
Et si l'on regarde honnêtement la liste insensée de ces défauts, tout laisse penser qu'il ne le sera jamais réellement.
Cet avion a tout de l'arnaque à grande échelle...
a écrit le 05/03/2020 à 9:20 :
En fait c’est le prix de l’assurance tous risques que tous ces pays européens paient aux USA en espérant ne jamais avoir à s’en servir et en essayant d’en récupérer une partie, vainement semble t il pour la Belgique.
De plus, avec Trump, sont ils encore réellement assurés tous risques après avoir payé leur « prime »? En tout cas, malgré tous les efforts d’E Macron, la France ne fait rêver personne comme assureur alternatif complémentaire ..,
Réponse de le 27/05/2020 à 6:49 :
La France ne fait peut-être pas rêver et le Président Macron se démène peut-être dans le vide comme vous semblez le supposer, il n'empêche que dans l'immédiat, tous pays européens confondus, c'est la seule qui soit apte à construire un avions de chasse de A à Z et dispose d'une dissuasion nucléaire crédible et autonome.
Le French Bashing on connaît, on en a l'habitude et pour tout dire on s'en contrefout royalement, les arguments avancés se discréditant d'eux-mêmes.
Ceci dit, si cela vous aide à mieux vivre on aura au moins gagné ça...
a écrit le 05/03/2020 à 7:48 :
Je vais vous raconter une histoire belge...
Elle est triste ton histoire, très triste.
a écrit le 05/03/2020 à 3:38 :
De toute façon , ce choix est uniquement politique, puisque la Belgique se dote d'un chasseur qui ne sera pas utilisé car on ne voit pas qui attaquerait la Belgique autrement que dans un conflit mondial, où l'arme nucléaire supplanterait tout arme conventionnelle. Les pays européens ont plus à craindre une pandémie, qu'une guerre conventionnelle.
a écrit le 05/03/2020 à 1:59 :
Les Belges n'ont que ce qu'ils méritent.
Liés pour 40 ans sans contrepartie.

Les U.S de Trump, d'Obama ou de Biden n'en n'ont plus rien à cirer des Eur,
sauf comme marché de 27 pays divergents, à toujours et sur tout.
Le tout dernier Président AMI des Eur, c'était Bill Clinton.

Avant l'appel d'offres, pour la forme, la FR était déjà évidemment exclue par principe.
a écrit le 05/03/2020 à 0:18 :
Le F35 a été choisit non en fonction de ses qualités militaires intrinsèques, mais parce que c'était le seul appareil US de la compétition, et donc le seul capable d'emporter l'arme thermonucléaire à chute libre B61, dont l'armée belge garde quelques exemplaires en dépôt pour armer ses F16 - l'usage de ces armes étant soumis à double clefs US, bien entendu -. Bref, le F35 n'a été choisi que pour que la Belgique puisse continuer à se prévaloir du rang "d'armée à capacité nucléaire". Et pour cela, il vont se traîner pendant 40 ans un appareil certes furtif (dans certaines conditions, et dans 10 ou 15 ans maxi il ne sera certainement plus très furtif face aux radars ELF russes) mais hors de prix, à l'entretien dispendieux, aux capacité opérationnelles réelles assez faibles, et dont tout le système d'armes et de fsion de données - c'est à dire 80% de ses capacités - est entièrement sous contrôle US (pour la maintenance et l'évolution des logiciels, des bibliothèques de menaces et de navigation etc). Mauvais choix.
Réponse de le 09/03/2020 à 13:41 :
On n'a plus vraiment vraiment besoin d'avions pour porter le nucléaire d'autant que la Belgique en tant que pays ne possède pas cette arme. Conclusion cet avion sert uniquement les USA ! Voyez les derniers démonstration en Finlande pays qui souhaite acquérir de nouveaux avions, le F-35 y a fait bien pâle figure pour ne pas dire plus ! Aujourd'hui quel pays acquéreur de cette avion ne se plaint pas de celui-ci hors prix , peu fiable et opérationnel ?
a écrit le 04/03/2020 à 23:35 :
Ha ! ha !
il serait peut-être temps que l'Europe devienne adulte et se libère de l'emprise américaine non ?
Typhoon et Rafale disponibles et on achète américain ?
Pourquoi ne pas importer nos bières d'outre-Atlantique ?
Faison fonctionner nos petites cellules grises !
a écrit le 04/03/2020 à 23:08 :
"Les quatre premiers F-35 belges arriveront à Florennes en 2025"

Mon dieu ! Ils vont très bientot survoler impunément le nord de la france, on est foutu.
Tanguy à laverdure, tanguy à Laverdure, tu vois quelquechose sur le radar ?
Non rien pourquoi ?
J'ai entendu deux bang passer entre nous !
a écrit le 04/03/2020 à 22:41 :
Je rejoins Mobius. Les politiciens belges etaient déjà au courant que les promesses de offset de Lockheed étaient du flan. Car toute les observateurs ayant suivi les péripéties du programme F35 savent que les américains ne tiennent jamais leur engagement au sujet du partage industriel et cela même à leurs alliés (plutôt vassaux) les plus fidèles. Il suffit juste de voir comment la Grande Bretagne et l'Italie se sont fait avoir alors qu'ils sont des partenaires de rang 1 et 2 et qu'ils sont loin d'avoir les retours industriels initialement promis ! Alors que pouvait espérer la Belgique alors que les miettes laissés par Lockheed ont déjà été dévorés par les autres pays partenaires du programme ? Surtout que la commande belge reste assez modeste ! Bref, la Belgique a sacrifié la faible industrie aéronautique qui lui restait pour ne pas froisser les américains et pour continuer à garder le siège de l'OTAN proche de Bruxelles. Maintenant je souhaite bon courage aux politiciens belges à annoncer la bonne nouvelle aux employés des usines aéronautique wallonne et Flamandes qu'ils vont bientôt perdre leur emplois .
a écrit le 04/03/2020 à 22:02 :
Vraiment dommage pour les belges de ne pas avoir saisi l'offre en or de Dassault, avec des compensations industrielles et des retours divers pour environ 24 mds sur le long terme ( soit l'équivalent de la valeur de 200 appareils au prix du contrat, une paille !!) , en comparaison de la ristourne minable de 0.7 mds sur les frais de maintenance consenti par Lockheed sur tte la durée du programme. D'autant plus que Dassault aurait certainement associé son partenaire belge dans le programme SCAF comme 1er partenaire européen à co-produire le Rafale.
Serait pas étonné que ça tourne en crise politique au sein du pouvoir belge...
a écrit le 04/03/2020 à 21:04 :
Et bien je dirais bien fait pour leur g..... c'était prévisible mais comme les flamand ont une réaction quasi épidermique pour les français, le choix avisé du rafale a la place du fer à repasser de 5ème gen. Était impensable....le F35 aura vraiment fait mal à l'industrie européenne en siphonant tous les budgets...
Réponse de le 04/03/2020 à 22:09 :
Pourquoi les flamands ont une réaction épidermique concernant les français ? L’arrogance peut être ?
Réponse de le 08/03/2020 à 9:42 :
Parce que les flamands sont carrés hyper rigides et ne supportent pas le caractère latin voir crétin des français.
Le problème c’est que là on parle matériel de guerre et non pas culture et folklore
Réponse de le 27/05/2020 à 7:01 :
"Pourquoi les flamands ont une réaction épidermique concernant les français ? L’arrogance peut être ?"
Oh le beau cliché que voilà...
Marrant de voir comment tous ceux qui traitent les Français d'arrogants se comportent de façon tout aussi arrogante voire pire par ailleurs.
Ne vous en déplaise, les Français regardent aussi ce qui se passe autour d'eux et visionnent des émissions de télévision, par exemple, où l'on voit des Suisses se gargariser de leur richesse mais dont l'armée ne travaille que pendant les heures de bureau et qui sont dans l'incapacité d'assurer une surveillance du ciel H 24.
Ce serait marrant si ce n'était pas triste...
Bref, le dénigrement anti Français ne date pas d'aujourd'hui, peut-être cela vous fait-il mal de constater que dans plusieurs domaines nous sommes un peu plus indépendants que vous et conservons une avance technique que vous regrettez.
Quand je vois des articles dans la presse belge se lamenter du fait que, probablement, la France n'acceptera pas de voir la Belgique monter à bord du SCAF alors même que vous nous crachez dessus et vous soumettez aux US, soyons lucides, nous traiter d'arrogants est un tantinet hors sujet, n'est-il pas ?
a écrit le 04/03/2020 à 19:06 :
Mais à quel moment sur ce genre de négociation l'État belge peut-il se dire que il sera toujours temps de négocier après c'est vraiment faire preuve d'amateurisme surtout avec des gens comme lookhed Martin ..... les seules retombées économiques et ça on savait dès le début c'est les chambres en hôtel que louent les ingénieurs et négo de loockhed.. je serai le directeur de Dassault aviation je dirais on ferme tout ce qu'il y a en Belgique désolé mais débrouillez-vous avec l'État belge ils recherchent du monde pour faire voler leurs avions
a écrit le 04/03/2020 à 19:04 :
Mouais, à mon humble avis, les belges étaient tout à fait conscients de ce qui allait arriver. Avec l'appel d'offres, ils ont bien pu mesurer les engagements des uns et des autres, et le fait que rien n'est garanti avec le F-35 est connu aussi bien en Belgique, au Canada et en Finlande. Et cette réalité semble acceptée au regard des autres bénéfices que ces pays semblent tirer d'une telle acquisition.

Pourrait-il s'agir ici d'une manœuvre un brin grossière pour informer l'opinion qu'il ne faut pas s'attendre à des retours industriels importants? Ou une lutte d'influence sous-jacente entre régions belges pour se partager le maigre "gâteau" disponible?

Par ailleurs, je m'étonne que la maintenance soit prise en compte sur 15 ans uniquement : il s'agit d'une estimation soi-disant sur toute la durée du contrat, alors il faudrait plutôt estimer la contribution des activités de maintenance sur une durée de 40 ans, soit la durée de vie des appareils.
a écrit le 04/03/2020 à 18:55 :
Quand on voit les méthodes utilisées par les USA (ex l'affaire Alstom), je doute fort que la Belgique n'ait eu d'autre choix que de prendre le F35...
Mais bon c'est pas nouveau, c'était pareil pour le F16 en Belgique tout comme avec le tristement célèbre F104-Starfighter gentiment surnommé "le faiseur de veuve" en Allemagne.
a écrit le 04/03/2020 à 17:55 :
Encore une fois les américains se sont servi de l'OTAN pour faire pression sur un gouvernement afin de vendre leurs armes ! Qui plus est un canard boiteux hors de prix, tous les pays qui ont fait le choix du F-35 s'en mordent les doigts tellement les dérives budgétaires sont importantes ...
a écrit le 04/03/2020 à 17:54 :
C'est intéressant. Suite à la décision belge de choisir le F-35, Dassault a entamé des discussions pour céder sa participation de la SABCA (détenue quasiment à 100%).
En cas de choix du Rafale, la SABCA aurait certainement été le véhicule pour réaliser les compensations demandées par les belges.
Un repreneur aurait été trouvé pour la SABCA (ce fut annoncé dans l'Echo début Février), mais le nom n'a pas encore été rendu public. Les américains seraient ils derrière tout ceci?
Réponse de le 04/03/2020 à 18:53 :
@patex
Peut-être pas : aux dernières nouvelles, c'est l'entreprise belge Sabena aerospace (anciennement rattachée à Sabena Technics) qui rachète SABCA.
a écrit le 04/03/2020 à 17:36 :
Trop tard pour regretter !!! Ils se sont faits blouser, tant pis pour eux !!! C’est le contribuable Belge qui règlera la différence et la Wallonie qui pleurera les emplois qu’elle n’aura pas eu ......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :