France Angels au secours des start-up de la défense lâchées par les banques

Face à la frilosité des banques qui renoncent de plus en plus à financer le secteur de la défense, France Angels lance "Défense Angels", un réseau de Business Angels dédié à ce secteur de souveraineté nationale, ainsi que d'une société d'investissement de Business Angels.
Michel Cabirol

4 mn

Participer au réseau « Défense Angels » serait de ce fait un engagement citoyen autant que financier, a estimé France Angels.
"Participer au réseau « Défense Angels » serait de ce fait un engagement citoyen autant que financier", a estimé France Angels. (Crédits : ANTONIO BRONIC)

L'initiative doit être soulignée au moment où les banques font preuve de plus en plus de frilosité pour financer les start-up et les PME dans le secteur de la défense et de la sécurité en raison d'une crainte pour leur image et d'un risque pour leur réputation. Cette étrange situation avait d'ailleurs été confirmée par le Délégué général pour l'armement Joël Barre en juillet 2021 lors d'une audition parlementaire en évoquant une "frilosité bancaire". France Angels, la Fédération Nationale des Business Angels, a décidé de soutenir la création de Défense Angels, réseau de Business Angels dédié à ce secteur, ainsi que d'une société d'investissement de Business Angels (SIBA). Ces deux structures, qui seront lancées le 26 octobre, sont destinées "à accompagner et à financer des jeunes entreprises duales, multisectorielles, souhaitant se développer particulièrement dans la défense", a expliqué France Angels dans un communiqué.

"Alors que les Français ont épargné plus de 200 milliards d'euros durant la pandémie de la COVID-19 et dans un contexte de regain des crises et des tensions internationales, « Défense Angels » permettra à tout citoyen qui souhaite investir son épargne dans un secteur à impact, de le faire en soutenant des entrepreneurs au service de la défense nationale, dont les Français ont majoritairement une image positive. Participer au réseau « Défense Angels » serait de ce fait un engagement citoyen autant que financier", a estimé France Angels.

Cette initiative de France Angels a trouvé une oreille attentive au ministère des Armées, notamment à l'Agence de l'innovation de défense (AID), ainsi qu'au Gicat (Groupement des industries françaises de la défense et de la sécurité terrestres et aéroterrestres), l'une des organisations professionnelles du secteur, qui s'est le plus mobilisée sur ce dossier vital pour l'industrie de défense. Un rapport des députés Jean-Louis Thiériot et François Ballet-Blu sur le financement de la base industrielle et technologique de défense, avait également pointé du doigt le manque de courage des banques vis-à-vis d'un secteur de souveraineté nationale.

Un réseau de 5.500 membres

"Un certain nombre de jeunes entreprises innovantes éprouvent des difficultés sérieuses à trouver des financements lorsqu'elles souhaitent adresser les marchés de la défense", a également constaté France Angels. Pour venir en aide à ces entreprises, la Fédération nationale, qui s'appuie sur 5.500 membres, vise à "combler et compléter les demandes de financement d'entreprises duales à fort potentiel" et à "soutenir un secteur souverain indispensable à l'autonomie stratégique de notre pays". Elle proposera "à toute personne disposant d'une épargne et souhaitant contribuer à l'effort de défense, des structures diversifiées lui permettant d'investir dans des entreprises innovantes".

En outre, France Angels se propose d'accompagner les acteurs institutionnels et industriels afin de détecter des innovations d'intérêt pour la défense. Agissant aux étapes d'amorçage et de pré-amorçage, les véhicules d'investissement Défense Angels seront complémentaires des fonds lancés par le ministère des Armées, comme le dispositif RAPID ou encore le Fonds DefInvest et le Fonds Innovation Défense. En 2020, les Business Angels ont investi 49 millions d'euros (58 millions en 2019). Soit un investissement moyen de 150.000 euros dans 250 nouvelles entreprises pour un total de 365 opérations. Ce qui a permis, selon France Angels, de créer ou de maintenir près de 2.500 emplois hautement qualifiés.

Michel Cabirol

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 16/10/2021 à 9:11
Signaler
une banque regarde le bilan et fait du scoring c'est pas son metier de financer toutes ce sstart ups dont le business modele est en general tres flou, et qui perdent bcp d'argent en attendant d'etre rachetees par google ( quand c'est le cas)

à écrit le 15/10/2021 à 13:33
Signaler
les banques ont totalement raison dinancer des bombes et des canons ne sont pas dans leurs attributions. il y a beaucoup de projets à financer avant l'armement. surtout en france , avec les retrocommssions. sous marins de karachi, contrat ra...

à écrit le 15/10/2021 à 13:03
Signaler
Excellent !

à écrit le 15/10/2021 à 11:03
Signaler
Ben oui c'est bien plus lucratif de financer la sécurité privée qui propose du vent et qui possède donc une grosse marge bénéficiaire que la véritable sécurité des français ces dangereux réfractaires qui se plaignent tout le temps. C'est l'empire des...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.