Grèce : F-35 ou/et Rafale supplémentaires ?

 |  | 775 mots
Lecture 4 min.
Grèce : la tentation du F-35
Grèce : la tentation du F-35 (Crédits : © Peter Nicholls / Reuters)
Dans le cadre de la modernisation des équipements de ses forces armées, la Grèce souhaite acquérir de nouveaux avions de combat : F-35 et/ou Rafale supplémentaires ?

Si le Rafale de Dassault Aviation volera dès 2021 dans le ciel grec pour dissuader la Turquie de violer l'espace aérien de la Grèce, le F-35 de Lockheed Martin garde toutes ses chances d'atterrir à terme sur le sol grec. Tout comme des Rafale supplémentaires. D'autant que la Grèce prévoit dans son plan de modernisation ambitieux de ses forces armées, validé par la Premier ministre Kyriákos Mitsotákis, l'acquisition de 40 nouveaux avions de combat "sur le long terme", a assuré la semaine dernière le ministre grec de la Défense Nikolaos Panagiotopoulos à la télévision grecque Alpha TV. Elle a déjà acheté pour un montant de 2,5 milliards d'euros 18 Rafale, qui seront financés par Athènes en faisant appel aux marchés financiers. "Nous pouvons évidemment en obtenir davantage mais cela dépendra de ce que l'armée de l'air et l'état-major nous diront", a-t-il expliqué.

"Tôt ou tard, l'achat du F-35 sera mis sur la table. Ce n'est pas un dossier pour maintenant mais, lentement, nous passerons à l'avion de cinquième génération. Et le principal avion de cinquième génération au niveau de l'OTAN est actuellement le F-35. Mais il peut y avoir une décision d'achat pour plus de Rafale, bien sûr", a-t-il précisé à la télévision grecque.

La tentation du F-35 reste très forte en Grèce. Dans le cadre du plan de modernisation des forces armées grecques, "la discussion s'ouvrira également pour le  F-35", a assuré Nikolaos Panagiotopoulos dans une interview accordé dimanche au journal "Proto Thema". Et de préciser : "Nous avons montré notre intérêt aux Américains pour le programme F-35, mais, bien sûr, cela dépendra également de nos capacités financières, qui ne sont pas inépuisables". "Nous travaillons sur un plan complet de rééquipement des forces armées sur une durée de sept ans avec des opérations dans les trois armées, sur la priorisation des besoins, sur le coût et les possibilités de financement. Donc, cela évolue avec le temps. Le temps du F-35 viendra", a-t-il fait observer.

Priorité à la modernisation des F-16 et des Mirage

Avant le F-35, le ministère grec de la Défense souhaite remettre en ordre de marche sa flotte d'avions de combat, les F-16 et les Mirage 2000, dont 25 Mirage 2000-5 Mk.2. Une opération "très importante" pour le ministre grec de la Défense, qui a expliqué sur Alpha TV que "si nous mettons à niveau et restaurons toutes les fonctionnalités des avions de combat que nous détenons déjà, nous couvrirons la plupart des besoins". Et d'expliquer à "Proto Thema", que "la flotte principale de notre force aérienne est en cours de modernisation de façon complète".

C'est le cas notamment d'une partie de la flotte de F-16 (155 appareils : F-16C Block 30, F-16D Block 30, F-16C Block 50, F-16D Block 50, F-16C Block 52+, F-16D Block 52+). Un programme de mise à niveau de 84 F-16 dans la version "Viper" (1,3 milliard de dollars), "la version F- 16 la plus avancée au monde pour le moment", selon le ministre grec, est actuellement en cours de réalisation. La Grèce devrait recevoir entre huit et douze F-16 Viper (ou F-16V) au cours des six à sept prochaines années.

C'est aussi le cas pour une partie de la flotte des Mirage 2000 (40 Mirage 2000 EG et BG commandés en 1985, puis 15 Mirage 2000-5Mk.2 achetés en 2000 avec la modernisation de 10 de ses Mirage 2000 EG en Mirage 2000-5Mk.2.). "Les Mirage 2000-5 font désormais l'objet d'un flux régulier de pièces de rechange et ces appareils s'ajoutent - beaucoup étaient bloqués par manque de pièces de rechange - à la flotte de combat disponible pour l'armée de l'air", a précisé Nikolaos Panagiotopoulos à la chaine de télévision, ERT1. En décembre 2019, le ministère grec de la Défense a signé avec Dassault Aviation, Safran et Thales des contrats d'entretien et de mise à niveau des Mirage 2000-5 de l'armée de l'air grecque. Des Mirage qui a termes pourraient laisser la place à de nouveaux Rafale...

"Notre objectif est d'avoir un escadron complet de 24 appareils (Mirage 200-5mk.2; ndlr) pleinement opérationnels et disponibles, a-t-il précisé. Nous en avons eu beaucoup moins car il n'y avait pas de contrat de support de pièces de rechange depuis 2012. Nous avons signé l'année dernière un contrat, qui est mis en œuvre actuellement. Nous avons donc des avions supplémentaires disponibles pour les Forces aériennes".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2021 à 17:35 :
Pour moi c'est le service entretien que je regarderai. Personnellement je n'ai pas les moyens d'entretenir une ROLLS. Donc, j’achèterai F35.
a écrit le 03/02/2021 à 15:14 :
En achetant rafale et F35, la Grèce s'achète une double assurance vie pour l'avenir. Le choix n'est donc pas technique mais politique, bien joué !!!!
Réponse de le 04/02/2021 à 9:26 :
Mais si la Turquie n'avait pas acheté de S400, elle serait livrée avec des F35.
Parce que ceux proposés à la Grèce étaient destinés à la Turquie.
Donc les Etats-Unis auraient fourni à la Turquie une double assurance pour attaquer la Grèce?
Mais si les Etats-Unis vendent des F35 aux deux états, ces deux là auront la double assurance de pourvoir d''éclater entre eux, sans que les Etats-Unis interviennent.
Ce qui ce traduira par plus de ventes d'armes US : America First.
On fait le pari?
a écrit le 03/02/2021 à 1:35 :
tiens ! les Grecs ne connaissent pas la morale de la grenouille et le boeuf..........
a écrit le 03/02/2021 à 1:32 :
un F35 ça vole ???
Réponse de le 03/02/2021 à 14:07 :
Comparé á un fer à repasser oui.
OK je sort, c'était le F35 bashing de base.
Mais vérifez quand même que le temps est beau avant le décolage.
a écrit le 02/02/2021 à 17:25 :
Les états de l'EU qui achètent des armes hors EU devraient avoir les subventions réduites des montants investis.
On n'interdit pas mais on ne subventionne pas les fabricants étrangers.
Faut-il que l'Europe sous autosuffisante sur la high-tech, médicaments, centrales...
Réponse de le 02/02/2021 à 23:15 :
Excellent ! En effet, il faut nourrir en exclusivité les industries européennes. J'espère que nos règles verrouillent ce point.
a écrit le 02/02/2021 à 16:15 :
Un pays en déshérence qui s'octroie des avions européens d'occasion passe encore mais se payer avec les subsides de l'UE le nec plus ultra de la tec américaine à un prix exorbitant qui plus est, je crois que là on marche sur la tête. Il va falloir produire des tonnes de féta et d'huile d'olive pour payer tout ça.
Réponse de le 02/02/2021 à 17:13 :
"En desherence" ? Cela n'à aucun sens. Vous ne devez pas connaître la signification du mot
Réponse de le 02/02/2021 à 20:38 :
Wiki.: "La déshérence est la situation dans laquelle se trouve un bien ou un patrimoine lorsque son propriétaire est décédé sans laisser d'héritier connu."
Ça sonne juste.
Réponse de le 02/02/2021 à 23:14 :
Au sens figuré le terme signifie: à l’état d’abandon Cqfd
a écrit le 02/02/2021 à 15:38 :
On veut faire de la Grèce la "chair a canon" de l'UE car elle n'est pas souveraine pour déclarer la guerre mais un instrument commercial d'achat!
Réponse de le 03/02/2021 à 4:46 :
@Bah.
L'etranglement de la Grece et ses faux bilans comptables a ete organise par l'europe.
Ca continue au profit des meme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :