Le milliardaire franco-libanais Iskandar Safa, cauchemar juridique de la Grèce

 |  | 410 mots
Lecture 2 min.
Iskandar Safa est en train de gagner son combat juridique face à l’État grec
Iskandar Safa est en train de gagner son combat juridique face à l’État grec (Crédits : Privinvest)
La Grèce va devoir indemniser Iskandar Safa dans le cadre d'un litige portant sur un défaut de paiement d'Athènes au détriment du chantier naval Hellenic Shipyards, détenu par la holding du milliardaire franco-libanais Privinvest.

Pour ceux - notamment les pays - qui ne le savent pas encore, Iskandar Safa est tenace, très tenace. Le milliardaire libanais ne lâche jamais rien, surtout quand ses intérêts financiers et économiques sont en jeu. Tout comme les Etats-Unis, la Grèce est en train de s'en rendre compte année après année et accumule echec sur échec sur le plan juridique face à l'adversité méticuleuse des frères Safa, Iskandar et Akram, propriétaires depuis 2010 du plus grand chantier naval grec,

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/08/2020 à 10:42 :
Dès que vous êtes endetté, vous êtes quelque part perdant puisque vous avez des obligations de débiteur. Faire croire aux populations qu'un État très endetté va bien est un mensonge qui mériterait la prison...
Réponse de le 04/08/2020 à 15:45 :
Reste à faire comprendre cette notion de bon sens à l'ensemble de notre classe politique. Il va y avoir un très très gros travail pour faire accepter ça à EELV, PS, LFI...
a écrit le 03/08/2020 à 9:21 :
Ouais...Mais n'oublions qd même pas l'histoire et le fait que jusqu'à la crise de sa dette en 2009 qui a failli emporter la Z. Euro, la Grèce a qd même très largement profité des mannes d'abord de la CEE ds les années 90, puis de l'UE ds les années 2000 jusqu'à la crise de 2007 avec le TX de croissance le plus élevé de la ZE.
Bénéficiant de fonds structurels en pagaille, s'expliquant en partie du fait qu'elle constituait un rempart stratégique pour l'Europe, face aux appétits géopolitiques de la Turquie et de la Russie. Et dc, elle disposait d' un budget militaire phénoménal et d'une armée pléthorique, en depit d'une dette déjà insoutenable encouragée par les largesses de l'Europe, et l'incurie du pouvoir politique grec à réformer structurellement le pays ( corruption, clientélisme, très fortes inégalités, fraude et évasion fiscale...).
Du reste, les gouvt successifs de cette époque se sont évertués à camoufler le déficit budgétaire, année après année avec l'aide de la Bque d'investissement américaine Goldman Sachs, jusqu'à ce que le pot aux roses soit dévoilé par le dernier gouvt en 2009, entraînant la crise de l'euro de 2010.
a écrit le 03/08/2020 à 8:59 :
Vu l'état de son pays, milliardaire à quel prix ?

"Lorsqu'un gouvernement est dépendant des banquiers pour l'argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. L'argent n'a pas de patrie ; les financiers n'ont pas de patriotisme et n'ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain." Napoléon Bonaparte
Réponse de le 04/08/2020 à 15:42 :
Très bonne citation de Bonaparte. Très bonne analyse qui dit ce que tout le monde devrait comprendre : la seule méthode de gouvernement qui vaille à long terme, c'est l'équilibre budgétaire. L'endettement pour payer les dépenses courantes entraine inévitablement la ruine.
a écrit le 03/08/2020 à 6:55 :
La France et l'Allemagne ont dépecé le pays, vendant des armes pour achever leur dette en 2008, a présent ils ne vont pas donner les chantiers aux chinois, qui a ce moment la ont acheté les ports!!! C'est beau l'étique, la ou l'état ici dans cette crise de 2020 protège les groupes économiques et les banques, disons que nous comprenons encore mieux le concept d'Europe !

La construction européenne....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :