Incroyable mais vrai, Airbus près de livrer six A400M au bon standard à la France

 |   |  1446  mots
Les six A400M livrés en 2016 (trois neufs et trois rénovés) seront équipés de systèmes d'autoprotection, de largage de charges et de parachutistes et pourront se poser sur des terrains sommaires.
Les six A400M livrés en 2016 (trois neufs et trois rénovés) seront équipés de systèmes d'autoprotection, de largage de charges et de parachutistes et pourront se poser sur des terrains sommaires. (Crédits : FABRIZIO BENSCH)
Airbus fait tout pour livrer six A400M au bon standard à l'armée française. Les équipes font pratiquement les trois/huit pour les fournir avant la fin de 2016.

Comme quoi tout peut arriver... Y compris pour l'A400M. L'armée de l'air française aura attendu longtemps, longtemps et même très longtemps pour disposer enfin de six avions de transport militaire tactique au premier standard... tactique. Airbus a promis de livrer trois appareils neufs et trois autres modernisés. Deux A400M neufs ont déjà été livrés à l'armée, le troisième avion poursuivant actuellement ses essais, précise-t-on de source proche du dossier. Le constructeur européen pourrait peut-être tenir sa promesse, selon des sources proches du dossier. Même s'il reste très possible qu'Airbus ne remette à l'armée de l'air le dernier appareil avec un décalage de quelques jours, voire de quelques semaines après la fin de l'année.

Des A400M enfin tactiques

Ces six appareils seront donc, conformément au contrat passé par la France, équipés de systèmes d'autoprotection, de largage de charges et de parachutistes et pourront se poser sur des terrains sommaires. Toutefois, le chef d'état-major de l'armée de Terre Jean-Pierre Bosser, a fait part aux députés le 11 octobre dernier qu'il avait "des inquiétudes qui sont liées à l'A400M et à sa capacité à larguer des parachutistes".

En outre, ces six appareils seront équipés de nouveaux boîtiers transmetteurs de puissance modifiés, les PGB (Propeller gear box), qui ont tant fait couler d'encre. Cette solution permet à l'armée de l'air de décaler la première inspection de chaque boîte relais, à 650 heures au lieu de 50 heures actuellement. Ce qui permet à l'armée de l'air de faire voler a peu près normalement les A400M.

"Une solution transitoire a été définie sur les actuelles PGB, qui consiste à réaliser une modification nommée truncated plug, en raccourcissant un des pignons ce qui permet de déplacer les fréquences de résonance de la boîte relais, a expliqué le 12 octobre aux députés le délégué général pour l'armement, Laurent Collet-Billon. Cette modification est validée, qualifiée, et certifiée par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) depuis le 7 juillet dernier".

Pour les autres appareils non équipés de la PGB modifiée, une solution de changement du boîtier réducteur d'hélice, sans avoir à déposer le moteur, a été validée par les nations. Les armées savent désormais changer ce réducteur sans démonter complètement le moteur, ce qui permet de réduire la durée d'immobilisation de l'avion d'une vingtaine de jours à quelques jours environ. Enfin, "la définition de la solution définitive est en cours, une solution qui doit nous porter à quelques milliers d'heures", a précisé Laurent Collet-Billon.

"Nous allons sortir d'une situation pénible. Cela permettra-t-il à M. Enders de respecter son engagement vis-à-vis du ministre à la fin de l'année ? (...) Nous le souhaitons car cet avion, quand il vole en Afrique, représente un apport tout à fait remarquable. Dernièrement ont eu lieu les premiers posés tactiques sur des terrains non préparés : l'avion s'est révélé bien meilleur sur ces terrains qu'un C-130", a fait observer le délégué général pour l'armement.

Onze appareils opérationnels entre janvier et mars

L'armée de l'air devrait disposer entre janvier et mars d'une flotte opérationnelle de 11 appareils, dont six au standard exigé par l'armée de l'air, selon des sources concordantes. Trois autres appareils doivent être livrés lors du premier semestre 2017 et le quinzième en 2018. La loi de programmation militaire (LPM) actualisée prévoit ensuite une suspension des livraisons jusqu'en 2021.

"Les livraisons d'A400M se poursuivent : deux appareils ont déjà été réceptionnés cette année, un troisième est prévu en fin d'année, avait expliqué mi-octobre aux députés de la commission de la défense le le chef de l'état-major de l'armée de l'air, le général André Lanata. Ces livraisons porteront à onze la flotte de l'armée de l'air. Sur ce programme, je suis attentif à ce que six appareils au premier standard tactique soient mis à notre disposition d'ici à la fin de l'année, conformément aux engagements de l'industriel. Toutefois, la crise sur les moteurs demeure un point d'attention central".

Comment Airbus va y parvenir

Pour tenir sa promesse, Airbus y a enfin mis les moyens. Le président exécutif d'Airbus Group Tom Enders a mis "tout le monde sous pression chez Airbus Defence and Space", explique-t-on à La Tribune. "Tom Enders a fait preuve d'une grande détermination et je veux croire en sa totale bonne foi", a expliqué le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian lors de son audition mi-novembre à l'Assemblée nationale. "Les engagements pris par Airbus seront tenus", a-t-il précisé.

Du coup, les équipes espagnoles du directeur général de la division Avions militaires d'Airbus Defence & Space, Fernando Alonso, travaillent en continu 24h/24, en faisant pratiquement les trois-huit, assurent des sources concordantes proches du dossier. Et ce jusqu'à la fin de l'année. Trois de ces avions doivent être mis à niveau dans les usines du constructeur à Getafe, près de Madrid, tandis que les appareils neufs sortiront de la chaine d'assemblage de Séville. "Airbus risque d'être en surchauffe", fait-on valoir à La Tribune. Certains craignent notamment que les sous-traitants ne parviennent pas à suivre le rythme...

"Il faut que l'industriel trouve les moyens d'assurer la production au rythme prévu dans le contrat, dans des conditions de qualité normales. Or, aujourd'hui, nous ne sommes pas certains que le rythme sera celui qui est attendu par les nations. Je pense néanmoins que la situation à la fin de l'année sera moins terrible que celle en début d'année", a précisé Laurent Collet-Billon.

Même si ses relations semblent être très compliquées avec le patron d'Airbus Defence and Space Dirk Hoke, Fernando Alonso, qui dispose toutefois de la confiance de Tom Enders, a profondément changé l'état d'esprit de sa division. A la DGA (direction générale de l'armement) et au sein de l'armée de l'air, on a enfin senti un vrai changement dans la volonté de résoudre les très nombreux problèmes techniques et de production que l'avion de transport militaire européen rencontre depuis près de dix ans. L'ancien patron des essais en vol d'Airbus, Fernando Alonso est "indéboulonnable", assure-t-on au sein du ministère.

Sévères explications de texte entre Le Drian et Enders

Entre Jean-Yves Le Drian, très irrité par les déboires de l'A400M, et Tom Enders, les discussions sont souvent viriles. Les relations sont également très, très "toniques" entre la DGA et Airbus. Les deux hommes se sont revus le 16 novembre dernier. Le ministre a fait valoir au patron d'Airbus que la France faisait la guerre tous les jours et qu'il lui était inadmissible tant sur les hélicoptères que sur l'A400M que les appareils ne soient pas au niveau, y compris dans le domaine de la maintenance. Tom Enders en a convenu et a promis de faire le nécessaire.

"Cette réunion nous permet de penser que les engagements pris par Airbus seront tenus, de sorte que nous pourrions disposer, à la fin de cette année, de six A400M dotés des capacités tactiques (...) L'expression de mon mécontentement a donc payé, mais je suis comme saint Thomas. Pour l'instant, nous avons deux avions sur six", a affirmé le ministre lors de son audition.

En octobre 2015, Jean-Yves Le Drian avait déjà exprimé son irritation contre Airbus. "J'entretiens avec l'industriel des relations quelque peu toniques...", avait-il expliqué le 21 octobre 2015 à l'Assemblée nationale en réponse à deux députés qui l'interrogeaient sur les dernières difficultés de l'A400M. Car, selon lui à cette époque, "la situation n'est pas satisfaisante" sur ce programme. Le mois dernier, il a rappelé aux députés son "irritation, pour ne pas dire plus, face à cette situation".

"Au cours de l'année 2015, j'avais demandé à Tom Enders que nous soient livrés, avant la fin de l'année 2016, six A400M parfaitement aux normes en matière de capacités tactiques et - je le lui ai indiqué plus tard - équipés de PGB ne présentant pas de difficultés techniques, car ces boîtiers imposaient une immobilisation des A400M au bout d'une vingtaine d'heures de vol, ce qui est catastrophique. Cette situation invraisemblable avait donc provoqué une crise", a expliqué le ministre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2017 à 19:24 :
Cet avion a été confié à la branche espagnole d'Airbus qui était d'une immaturité des accomplie dans la maitrise des processus industriels. Cela a été l'erreur fondamentale de ce programme : il était irresponsable de faire un tant soit peu confiance dans les capacités des Espagnols à agir en responsables vraiment engagés pour le succès de cette opération. Les ingénieurs espagnols sont encore et avant tout des joueurs de castagnettes !!! C'est malheureux, mais c'est ainsi, et ce programme tourne à une pantalonnade digne de Cervantes.
a écrit le 11/12/2016 à 9:33 :
La question n'est pas de savoir si le frets aériens militaire francais est pénalisé ou pas.... Mais de savoir quand les engagements de airebus serons tenue.... Cette avions voulus par un certain nombreux de pays europenne à été develloper par airebus, afin de develloper une filière militaire de çe constructeurs. Apres un accord et un prix catalogue la production a été lancer, mais comme çe programme à été peux suivie, il y a eux de nombreux dérapages, délais de fabrication et dépassements du prix ( manque de sérieux de la direction) . Donc la question est de savoir si les engagements serons tenue par cette entreprise... Si les état et actionnaire ne sont là que pour secourir cette entreprise lors dès crise economique... Si la direction economique est laisser au groupe industrielle, le carnet de devellopement n'en n'est pas moins tributaires des deux gros actionnaires. A cela La direction actuelle à toute notre confiance....
Réponse de le 30/03/2017 à 19:20 :
airebus, Cette avions voulus, certain nombreux, certain nombreux, çe constructeurs ... Autant de mots ou d'expressions et autant de fautes grossières d'orthographe ou d'accords ! Ne parlons pas de la teneur des propos : ils sont d'une indigence rare. Rogger vous êtes une catastrophe majeure dans un courrier des lecteurs, un analphabète puissance 4 !!
a écrit le 09/12/2016 à 19:20 :
J' ai l' impression que cela sent le renforcement au nord Mali , avec pour objectif la fin de la circulation entre le Sahel et la Libye .
a écrit le 09/12/2016 à 16:06 :
Le Drian a déjà résolu partiellement le problème en achetant des Lockheed C-130 J
aux USA.
a écrit le 09/12/2016 à 11:23 :
Et le ravitailLement en vol ?
ce sera pour quand ?
Réponse de le 11/12/2016 à 20:20 :
Pour ravitailler quoi?
a écrit le 09/12/2016 à 10:37 :
Il est a souhaiter que la "prochaine alternance" sera plus moderee en terme d'interventions exterieures. Que fait la France a rouler des mecaniques en Afrique. Ce minuscule pays a des complexes neo-coloniaux et de grands interets financiers dans le domaine militaire, bien entendu sur le dos des contribuables francais. Il est temps que cela cesse.
Réponse de le 09/12/2016 à 11:36 :
De toute façon, en Afrique quoique fait la France, elle fait mal. Bientôt les Chinois nous remplacerons complètement au grand bonheur des Africains. En attendant, l'EI , Boko Haram & co ont des agissements qui sont dangereux pour nous, il n'y a donc rien d'anormal à intervenir, pour protéger notre population.
Réponse de le 09/12/2016 à 12:09 :
La France fait ce qu'il faut pour que des pays d'Afrique ne deviennent pas le nouvel Afghanistan. Et elle y réussit pas trop mal.
Elle fait surtout un job auxquels les autres pays occidentaux se gardent bien de toucher alors que pourtant ils en bénéficient.
Réponse de le 09/12/2016 à 12:27 :
d'abord on ne peut pas, parce qu'on a une histoire commune avec l'afrique, ils sont venus nous aider lors des deux dernière guerres mondiale et ils ont payés le prix fort, nous devons assumer nos responsabilités en les aidant à notre tour, c'est une dette de sang qui a sceller nos relations, nous partageons, des alliances, des ressortissants et des intérêts économique commun, la menace de ces intérêts entraîne à la demande de ses alliés et partenaire une réaction militaire. exemple Mali. Les US ou Les chinois n'ont pas le même niveau de relation que la France, souvent ils privèlligient la France quand il y a des menaces.
Réponse de le 09/12/2016 à 17:22 :
@Harpagon
"les Chinois nous remplacerons complètement au grand bonheur des Africains."...J'ai vu plusieurs reportages sur ce sujet: "Malheur" me semble mieux convenir.
Le dernier reportage télé sur les Chinois à Madagascar pour le commerce de la vanille est tout aussi édifiant. Des méthodes dignes des beaux jours du colonialisme à l'européenne du milieu du siècle dernier.
Réponse de le 09/12/2016 à 22:04 :
La France 5ème puissance économique mondiale, 2ème espace maritime mondiale, 3ème puissance militaire mondiale défends ses intérêts comme le font les USA, la GB, la Russie et la Chine. Pourquoi cela vous pose t-il un problème ? Voulez vous que nous laissions les Chinois et les USA nous sortir du continent Africain qui sera le continent le plus en croissance au XXI siècle et fera de la Francophonie la 3eme communauté linguistique d'en 2050 selon la CIA.
Réponse de le 11/12/2016 à 10:33 :
un conseille prendre un billet d'avion et de faire quelques voyages dans ce continent. D'abord oui la France a pendant très longtemps fait de l'Afrique une chasse gardée et parfois mal gardée avec comme emblème de ce qu'il y a de plus malsain la Ste étatique française ELF qui d'ailleurs a été cédée à Total pour verrouiller les scandales autant d'ailleurs par les gouvernements de droite spécialement sous notre roi fainéant M. Chirac et de gauche pour celui qui se prenait pour le messie M. Mitterrand. Les temps ont changé l'Afrique commence à avoir une jeunesse très bien formée qui ne se laissera pas conter. Les Chinois mais aussi les américains lorgnent de plus en plus sur ce continent qui sera la croissance mondiale de ce siècle. La France en intervenant en Afrique noire protège les populations mais également notre territoire, l'Afrique du Nord est aussi actuellement et par ses propres moyens un rempart pour notre pays, aussi nous devons aider la Tunisie dans son combat, remercier le Maroc pour ses compétences en matières d'informations sur les terroristes et les algériens pour ses actions contre le terrorisme. Votre commentaire est réducteur et pour ce qui est des contribuables français si l'Afrique dans son ensemble demandait une balance commerciale équilibrée notre chômage augmenterait et notre déficit commercial s'allongerait de plusieurs milliards. L'Afrique est une alliée et nous devons la considérer comme telle. Je vous conseille de voyager de chercher des infos en économie et puis de revenir faire un commentaire peut-être aurez vous une autre vision sur nos relations avec ce continent si proche et encore pour une partie ami que l'on doit respecter.
Réponse de le 12/12/2016 à 16:18 :
Sacré matins calmes !!! je ne savais pas qu'un minuscule pays pouvait avoir "de grands intérêts financiers dans le domaine militaire"....Allez, retourne jardiner...
a écrit le 09/12/2016 à 9:52 :
C'est un transaction dans le cadre d'un platform de promotion international.
Surement ces avions vont etre exploitees dans un mission international, comme Sarkozy a fait avec les Mirages en Libye.
a écrit le 09/12/2016 à 9:42 :
Très belle reussite européenne. Il est vraiment très beau cet avion. On sait au moins ou passe notre fric
a écrit le 09/12/2016 à 8:38 :
airbus est en ce moment une société qui ne fonctionne pas normalement, pour l'A400M on va travailler jour et nuit jusqu'au 31/12 pour livrer ces avions mais c'est pareil dans le civil , pour tenir l'objectif des 50 A350 dans l'année on travaille comme des fous pour livrer entre aujourd'hui et le 31/12 14 avions alors qu'on en a livré 34 sur 11 mois et demi , c'est dément , ce n'est pas de l'industrie , si on travaille par à coups on désorganise sa chaine industrielle et celle de ses sous traitants , même si m enders veut à tout prix tenir ses engagements
a écrit le 09/12/2016 à 8:29 :
on aurait du refaire encore une nouvelle série de Transall C160 avec une simple modernisation, ce sont des avions éprouvés, très robustes, on les a usés jusqu'à la corde bien au dela de leur limite et ils ont été toujours la pour servir. c'est ca qui nous faut comme bête de somme pour les posés d'assaut et le largage de parachutiste, de même la version Gabriel pour les écoutes électronique. il en est de même pour la version de l'Atlantic, ce sont des besogneux infatigable, plutôt que de tomber dans la gageterie hors de prix comme le A400M. En plus on a les plans l'outil de production pour refaire une nouvelle série de C160.
Réponse de le 09/12/2016 à 12:12 :
Au moment de la mise au point du Transall, il y a du avoir des gens comme vous pour regretter son prédécesseur. Pourtant l'A400M se révèle déjà un avion exceptionnel par ses capacités d'emport et son autonomie. Surtout, il semble être dans la phase finale de sa montée en puissance.
Réponse de le 09/12/2016 à 15:46 :
Sauf que le Transall est devenu trop petit pour les usages actuels. Il est impossible d'y embarquer un VBCI par exemple.
Réponse de le 09/12/2016 à 22:09 :
Et comment transportez vous un VBCI de 28t de France sur 5000km avec un transall? aië!
Réponse de le 11/12/2016 à 20:26 :
Pourquoi vous croyez vraiment que l'A400M vide peux parcourir 5000 km d'une traite? Vous croyez encore au père Noël !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :