L'Etat toujours à la recherche d'un industriel français pour reprendre Photonis

 |   |  276  mots
Sollicités par l'Etat, Thales et Saffran ont refusé de racheter Photonis
Sollicités par l'Etat, Thales et Saffran ont refusé de racheter Photonis (Crédits : Photonis)
Après le refus légitime de Safran et Thales, l'Etat a sollicité de nouveaux industriels français pour reprendre Photonis. Il ne désespère pas trouver un industriel français de référence.

Mis en vente par le fonds Ardian, Photonis devrait rester français. L'Etat français souhaite trouver à tout prix un acquéreur tricolore pour l'entreprise, dont le siège social est situé à Mérignac (France). Mais ce ne sera pas Safran et Thales, qui avaient pourtant été sollicités directement par la direction générale de l'armement (DGA), selon des sources concordantes. Clients de Photonis, les deux groupes ont répondu négativement à cette demande, estimant qu'il n'était pas souhaitable de reprendre un fournisseur, qui pourrait se couper de ses autres clients. En outre, les deux industriels grinçaient des dents à l'idée de gérer des activités dans le portefeuille de Photonis loin de leurs préoccupations.

Un plan A et B

Résultat, l'Etat, qui se bouge vraiment sur l'avenir de Photonis, a sollicité d'autres industriels français et garde bon espoir de trouver une issue favorable à ce dossier. Un dossier qui a mobilisé 17 députés demandant une approche souveraine pour Photonis et Latécoère dans un courrier envoyé au Premier ministre Edouard Philippe. Pour l'heure, rien a filtré sur l'identité des groupes sollicités. C'est le plan A.

Mais l'Etat réfléchit également à un plan B qui pourrait être plus difficile à mettre en oeuvre. A savoir solliciter à nouveau Thales et Safran pour qu'ils fassent partie d'un pool d'investisseurs aux côtés de la banque publique Bpifrance et d'un autre acteur français. Les deux groupes pourraient prendre une participation minoritaire de Photonis plafonnée à 15% maximum chacun. Un pis-aller que ne souhaite pas l'Etat qui reste à la recherche d'un actionnaire industriel français de référence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2019 à 10:00 :
mais que fait ATOS ????
a écrit le 26/11/2019 à 9:03 :
Mr Cabirol,
Attirer le lecteur à penser que PHOTONIS est une entreprise "stratégique" est une bien grosse ficelle, tant d'un point de vue technologique (Coeur Métier Tube Intensification de Lumière), qu'industrielle. PHOTONIS vend à toutes les armées du monde depuis fort longtemps, très peu d'innovations, des marchés Hors Défense conséquents (d'où un premier motif de refus de THALES/SAFRAN).... et Le Prix : vous n'en parlez pas!
PHOTONIS a su trouver des fonds d'investissement facilement par le passé (ARDIAN 1, Astorg, ARDIAN2) avec des culbutes financières très intéressantes en quelques années (2007/11). Il se peut désormais que le prix imposé par ARDIAN et les perspectives de PHOTONIS ne soient plus tout à fait si intéressantes.. et pour cela je félicite THALES et SAFRAN de ne pas l'avoir acheté à n'importe quel prix. Le marché recèle de plus de perspectives dans d'autres secteurs.

Bonne chance à l'Etat dans sa recherche d'un industriel qui voudra bien accepter le prix d'ARDIAN!
a écrit le 25/11/2019 à 21:13 :
nationaliser ! ce sera une mort assurée a moyen terme,pas safran ni thales, reste plus personne!!!!c est le gros probleme francais : le manque de grosses entreprises capitalistiques francaise ! on aurait été 40 ans plus tot la solution aurait été CGE que les plus jeunes de connaissent pas: conglomera industriel pendant francais de l américain GE nationalisé par tonton qui n aimait pas les riches en 1982 , et explosé lors de sa privatisation en 1987 par la droite en plusieurs groupes independants mais affaiblis qui sont devenue des proies pour leurs concurrents européens et américains : sacm , alsthom devenu alstom , nexans, bull,tecnicolor, framatome, areva, saft alcatel,sge aujourd hui vinci et j en oublie surement, voila ou nous a mené 40 ans de politiques francaise avec aujourd hui 9 million de chomeurs!!
a écrit le 25/11/2019 à 21:12 :
nationaliser ! ce sera une mort assurée a moyen terme,pas safran ni thales, reste plus personne!!!!c est le gros probleme francais : le manque de grosses entreprises capitalistiques francaise ! on aurait été 40 ans plus tot la solution aurait été CGE que les plus jeunes de connaissent pas: conglomera industriel pendant francais de l américain GE nationalisé par tonton qui n aimait pas les riches en 1982 , et explosé lors de sa privatisation en 1987 par la droite en plusieurs groupes independants mais affaiblis qui sont devenue des proies pour leurs concurrents européens et américains : sacm , alsthom devenu alstom , nexans, bull,tecnicolor, framatome, areva, saft alcatel,sge aujourd hui vinci et j en oublie surement, voila ou nous a mené 40 ans de politiques francaise avec aujourd hui 9 million de chomeurs!!
a écrit le 25/11/2019 à 18:19 :
Il y a outratlantique un entreprise cotée IPG Photonics Corp en croissance rapide (+10%par an).qui ressemble à Photonis. La France est-elle favorable à la croissance?
a écrit le 25/11/2019 à 17:17 :
on devrait obliger le CE d'edf de reprendre cette boite
ils en ont les moyens eux, avec tout leur sale fric, comme on dit; ils pourraient reprendre la boite augmenter les salaires et diminuer le temps de travail
s'ils refusent, on leur applique la methode beria, c'est conforme aux valeurs de gauche
a écrit le 25/11/2019 à 15:57 :
"estimant qu'il n'était pas souhaitable de reprendre un fournisseur, qui pourrait se couper de ses autres clients"

Logique, l'Etat devrait mettre la main à la poche et nationaliser à 100% cette entreprise en évitant les erreurs du passé mais là je demande un truc impossible pour des gens incapables de ne pas mêler argent privé et public ayant complètement oublié ce qu'est la puissance politique et surtout ses nombreux bienfaits.

Difficile de trouver une bonne solution en territoire néolibéral.
a écrit le 25/11/2019 à 14:56 :
Je ne sais pas si ces ventes correspondent à ce que disait le gouverneur de la banque de France. Le problème en France est que les entrepreneurs n'ont qu'une idée en tête, revendre leur pépites naissantes, afin d'aller se dorer au soleil avec le fruit de la vente, plutôt que de faire grandir leur entreprise. Génération 35h et du ministère du temps libre...bonjour
Réponse de le 25/11/2019 à 19:01 :
C'est vrai notre "start-up nation" n'est en réalité qu'une pépinière ouverte à tout vent.Les autres rachètent nos arbustes pour en faire des forêts. Ils nous revendent ensuite le bois à prix d'or. Elle est pas belle la vie ?
a écrit le 25/11/2019 à 14:36 :
l'état peut aller chercher le repreneur de whirlpool!
Au moins cela montre que les entreprises dites "française" savent bien quels business il ne faut pas prendre, du coup si l'état demande et il y a refus, bon il reste des les repreneurs véreux, d'ici moins de deux ans il pourra lâcher prise, la gouvernance étatique aura changé !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :