L'Inde serait prête à acheter 63 Rafale pour 7,2 milliards d'euros

 |   |  257  mots
La vente de 126 Rafale par Dassault Aviation à l'Inde fait l'objet de négociations depuis trois ans.
La vente de 126 Rafale par Dassault Aviation à l'Inde fait l'objet de négociations depuis trois ans. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Le contrat que New Delhi négocie avec Dassault Aviation comporterait une option portant portant sur l'achat de 63 Rafale produits en France pour 7,2 milliards d'euros, d'après Le Monde. Le Premier ministre indien Narendra Modi doit rencontrer ce vendredi le président de la République François Hollande.

L'Inde va-t-elle signer un accord là où on ne l'attendait pas ? Le pays négocierait avec la France l'achat de 63 Rafales de l'avionneur français Dassault Aviation pour quelque 7,2 milliards d'euros, écrit Le Monde vendredi 10 mars sur son site internet.

"L'idée est de pouvoir annoncer ce contrat lors de la visite à Paris de Narendra Modi, le Premier ministre indien, vendredi ou samedi", a indiqué un proche du dossier, au journal du soir, sans vouloir préjuger de leurs conclusions.

Cette soixantaine d'avions de chasse seraient fabriqués en France.

Rencontre avec François Hollande

Le Premier ministre indien doit rencontrer le président de la République François Hollande vendredi mais ce dernier a averti qu'il ne souhaitait pas que ces importants contrats dominent un séjour d'abord destiné à conforter les liens entre la France et l'Inde, qui ont noué un partenariat stratégique.

     | Lire Pourquoi l'Inde fait patienter le Rafale sur la piste d'envol

La vente de 126 de ces appareils par Dassault Aviation à l'Inde fait en effet l'objet de négociations depuis trois ansDans une interview accordée jeudi au Figaro, Narendra Modi a exprimé son souhait que le secteur français de la défense investisse et produise en Inde, "à la fois pour le marché indien et comme élément de sa chaîne de production globale".

Fin mars, Dassault Aviation et ses partenaires Thales et Safran, ont livré dans les délais deux Mirage 2000 modernisés. De quoi démontrer à New Delhi qu'ils transfèrent la technologie à l'industrie aéronautique indienne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2015 à 14:26 :
Bravo Jean Claude. Tes efforts surhumains sont récompensés à juste titre. Clap clap Chapeau bas ha ha
a écrit le 10/04/2015 à 13:38 :
Enfin une bonne nouvelle.
7,2 milliards d'euros pour 63 Rafale cela revient à peu près à 114 millions d'euros pour chaque Rafale (prix hors missiles et bombes).
Personnellement je suis pour cet accord de gouvernement à gouvernement sans passé par des intermédiaires indiens comme HAL qui aurait tendance à saboter la négociation pour satisfaire son égo d'incompétence en management qui avait plombé le contrat initiale.
Bien que partagé la blogosphère indienne salut cette solution proposé par le Premier Ministre indien.
Tout s'y retrouve, l'avion de chasse sera 100% made in France et la garantie sera totalement assuré par Dassault Aviation.
L'Indian Air Force est assuré d'obtenir au plus vite les Rafale avant 2017, pour la suite on verra quand le prochain porte-avion indien sera construit pour la vente de Rafale Marine.
Réponse de le 10/04/2015 à 16:37 :
Tout à fait d'accord avec vous.
L'Inde doit sentir la menace à ses frontières et le Rafale est un bon engin multirôle qui contrairement au Gripen ou au F35 n'en est pas au stade du bureau d'étude et de la spéculation pour savoir si un jour il volera et à quel prix
a écrit le 10/04/2015 à 13:37 :
attendons le chèque ...
Réponse de le 11/04/2015 à 10:16 :
aucune inquiétude ils seront payés par les contribuables français, ça au moins c'est certain.
a écrit le 10/04/2015 à 12:39 :
"Serait prête".... "l'Inde envisagerait l'achat..."...comporterait une option portant sur l'achat...." On voit de loin plus de conditionnels dans la presse hexagonal que des Rafale vendus.
Réponse de le 11/04/2015 à 20:40 :
Ne jamais vendre la peau du Rafale avant d'avoir signé de contrat.
Une gastro et le contrat reste dans un tiroir (voir Mr de Masmaeker avec Gaston Lagaffe :-)) ).
a écrit le 10/04/2015 à 12:18 :
Bien, la question est de savoir si notre pays gagne de l'argent à ce prix , le contact leclers avec les Emirates nous a coûter tres chere, cela n'avez pas ete une bonne affaire.... Bien espérons que cela donnera du travail à notre pays..... Bon comme nous attendons ce contrat depuis 10 ans, nous attendrons effectivement la commande pour nous réjouis....
Réponse de le 10/04/2015 à 13:02 :
Oui, je me souviens aussi d'un contrat de boucliers et massues aux Wisigoths en l'an........
Réponse de le 10/04/2015 à 13:41 :
de l'état, toute vente est bonne à prendre, puisque chaque vente permet de retrancher un rafale des 12 que nous achetons chaque année.
Réponse de le 10/04/2015 à 17:43 :
@Roger
d'après les chiffres cités actuellement, 63-64 pour 7,2 milliards, soit plus de 100 millions par appareils.
De mémoire, la somme totale par rafale, amortissements compris est de 112 millions H.T. / 286 théoriquement prévus, après cible supérieure annulée. De toute façon, à chaque commande qui s'ajoute, le cout baisse (études et outillages réalisés)
Le prix d'un Rafale seul est bien en dessous des 100 millions.
Ensuite si transferts de technologie, les sommes augmentent.
Peut-être que le facteur urgence peut aussi augmenter légèrement le prix.
Pourront s'ajouter bombes, missiles et leurres, selon les désirs du client. Ce qui peut faire de belles sommes supplémentaires.
a écrit le 10/04/2015 à 12:13 :
La production en Inde des rafales entrainerait un surcout de 8 milliards par rapport à une production 100% française : cela laisse supposer qu'après ces 63 premiers exemplaires, le gouvernement indien pourrait en recommander quelques dizaines supplémentaires de gré à gré, puis ils annuleront le projet suite à appel d'offre (trop tordu, trop couteux...) ! L'exigence renouvelée de production locale n'est là, à mon avis, que pour enfumer l'opinion publique indienne !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :