Le démonstrateur Prometheus, un moteur réutilisable à bas coût, prend son envol

 |  | 617 mots
Lecture 3 min.
Le premier prototype de Promotheus est actuellement en cours d'assemblage. Il es développé dans le cadre d'un contrat de l'Agence spatiale européenne (ESA) sur les sites ArianeGroup d'Ottobrunn en Bavière (Allemagne) et de Vernon en Normandie.
Le premier prototype de Promotheus est actuellement en cours d'assemblage. Il es développé dans le cadre d'un contrat de l'Agence spatiale européenne (ESA) sur les sites ArianeGroup d'Ottobrunn en Bavière (Allemagne) et de Vernon en Normandie. (Crédits : Arianegroup)
Le démonstrateur Prometheus, un moteur réutilisable à très bas coût, prend son envol. Son objectif : être dix fois moins cher que le moteur actuel Vulcain 2 d’Ariane 5.

La France et l'Europe tentent de rattraper leur retard technologique en matière de lanceurs. Le programme Prometheus prend enfin forme. Grâce à la France, qui a cru très tôt à Promotheus, qui sera un moteur en principe beaucoup moins cher que ceux de l'actuelle et future famille Ariane et également réutilisable. A l'occasion de la visite mardi, sur le site ArianeGroup de Vernon, du président de la République Emmanuel Macron, le président exécutif d'ArianeGroup, André-Hubert Roussel, et le président du CNES, Jean-Yves Le Gall, ont signé un contrat préparant la réalisation d'essais du nouveau moteur Prometheus sur le site normand. la France investit 15 millions d'euros pour développer ce nouveau moteur de lanceur afin de "gagner...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2021 à 18:23 :
Sur youtube en direct en ce moment décollage de la New Shepard Mission NS-14
a écrit le 14/01/2021 à 8:24 :
Mais il est toujours regrettable d'avoir à copier les autres. Même l'URSS savait innover elle tandis que l'UE ne sait plus rien faire. Que de temps avons nous perdu avec cette chimère.
Réponse de le 14/01/2021 à 10:19 :
dans un monde de gestionnaires je ne vois pas comment le concept de création et d'innovation peut être.....

J'ai eu a constater, que le vide d'idée est toujours ce que nous constatons a a terme entre 15 et 20 ans après, et au vue des délocalisations dans les mondes technos des 20 dernières années, même les outils en mains, les dirigeants ne captent rien, c'est un constat et non une supputation malheureusement !
Réponse de le 14/01/2021 à 13:23 :
Voilà, alors comme ils possèdent tout ils arrivent encore à censurer cette vérité particulièrement cruelle pour eux certes mais le problème est que nous avons tellement raison qu'ils ne comprennent même pas que réfléchir leur permettrait à eux aussi bien des soucis.

Nietzsche avait prévenu.
a écrit le 13/01/2021 à 20:55 :
Rien de tel que l'aiguillon Space X pour exciter le mammouth du Gd Cirque spatial européen, capable de performances hors du commun, comme avoir dominé sans partage le marché mondial de lancement des satellites cciaux depuis plus de 20 ans.
a écrit le 13/01/2021 à 19:49 :
Ils sont gonflés de l'appeler Prometheus, c'est pas comme si c'était un énième travail de chinois des américains. C'est pas tellement pour rester dans la course mais pour rester dans les couts...

Toujours suiveurs, pas des young leader, des young followers...
Et ce après avoir nier l'apport de spaceX c'est extravagant !
a écrit le 13/01/2021 à 18:46 :
Très bonne chose pour le spatial française et pour la future Ariane 6. Vive le spatial, industrie d'avenir en France et belle reussite depuis 60 ans en Europe ! enverrons- nous des hommes et des femmes vers la Lune en 2024 ? vers mars en 2030 ? vers la station spatiale, d'autres planète du système solaire, exoplanète? Oui malgré l'echec du 4 juin 1996 vol inaugural d'ariane V on peut dire qu'ariane 5 est une reussite pour l'europe et pour la France, l'Allemagne, l'italie donc continuons tous et toutes pour le futur pour demain et pour notre industrie spatiale française et européenne. Vive Prometheus et vive Ariane 6 et Ariane next !
Réponse de le 13/01/2021 à 19:40 :
Stéphane Israël, Thierry Breton, Alain Charmeau et André Hubert Roussel ont déclaré que la réutilisabilité était un gaspillage. "Je ne peux pas dire à mes équipes de construire une fusée par an et de les renvoyer chez eux jusqu'à l'année prochaine" pour dépenser des milliards à essayer d'apprendre comment Musk et Bezos font atterrir et décoller à nouveau ces lanceurs. Plus cher, manque d'innovation, Europe tardive et typique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :