Le président argentin Macri donne son feu vert à l'achat des Super-Etendard

 |   |  376  mots
Les Argentins assumeront les coûts liés à l'enlèvement, au transport, à l'emploi et à l'entretien des cinq appareils
Les Argentins assumeront les coûts liés à l'enlèvement, au transport, à l'emploi et à l'entretien des cinq appareils (Crédits : Dassault Aviation)
Le président argentin a donné son feu vert pour l'achat des cinq Super-Etendard de la Marine nationale. La France attend encore l'argent des Argentins.

Le président argentin Maurici Macri a donné son feu vert à l'achat des cinq Super-Etendard destinés à la marine pour un montant estimé à 12 millions d'euros environ, selon nos informations. Pour autant, les Argentins n'ont toujours pas versé l'argent pour prendre possession des appareils, qui sont pour l'heure inaptes au vol. L'opération serait imminente, selon nos informations. Une fois les Super-Etendard payés, les Argentins vont ensuite assumer les coûts liés à l'enlèvement, au transport, à l'emploi et à l'entretien des cinq appareils ainsi que de leurs équipements (rechanges, bancs de tests, valise de test, des équipements, des outillages, un simulateur...), dont huit moteurs ATAR 8K50, et de leur documentation. Ces appareils sont actuellement basés sur la base de Chateaudun.

Le contrat a été signé en février mais déjà Paris attendait début mars l'acompte du paiement des cinq appareils. C'est lors de la visite à Paris de Mauricio Macri le 26 janvier dernier, que la France et l'Argentine avaient signé un accord "pour la vente de cinq Super Etendard modernisés et de leurs équipements aux forces armées argentines", avait alors déclaré Emmanuel Macron lors de la conférence de presse commune avec Mauricio Macri.

"En matière commerciale également, nous nous sommes félicité de l'accord signé par nos deux ministres de la Défense pour la vente de cinq Super Etendard modernisés et de leurs équipements aux forces armées argentines", avait annoncé en janvier dernier le président français.

Retirés du service en 2016 en France

La Marine argentine avait acheté à Dassault Aviation 14 Super-Etendard en juillet 1979. Certains d'entre eux ont été engagés dans la guerre des Malouines. Une patrouille de deux avions a notamment coulé en 1982 le destroyer britannique HSM Sheffield, touché par un missile anti-navire AM-39 Exocet (MBDA). Conçus par Dassault Aviation pour la Marine nationale et mis en service en 1978, les derniers Super-Etendard (SEM) ont été retirés du service actif le 12 juillet 2016 sur la base aéronavale de Landivisiau. Ces appareils sont restés en service durant 38 ans dans la Marine Nationale et ont démontré jusqu'au bout leurs capacités, en étant pleinement intégrés dans les opérations du groupe aérien embarqué déployé en 2016 dans le Golfe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/05/2018 à 18:56 :
Encore une affaire MACRI-MACRON ou MACRON-MACRI avec un pays qui sollicite l'aide du FMI. Sans autre commentaire !
a écrit le 15/05/2018 à 14:27 :
2.4 Millions d'euros l'unité Super Etendard, modernisée et remise à neuf. La FR en sous équipement aurait du les garder. Meme les U.S admiraient leurs capacités encore tout récemment lors d' OPEX conjointes. Idem en P.A : le Foch remis à neuf à Brest et modernisé et Bradé au profit des Brésiliens, alors que la FR n'a QUE le Charles de Gaulle, quand il n'est pas H.S, en maintenance de 18 mois.
Réponse de le 16/05/2018 à 0:07 :
C'était tellement une belle affaire que le Brésil n'a pas réussi à maintenir le Foch à flot très longtemps. Il pourrit dans la baie de Rio, si vous voulez le récupérer...
a écrit le 15/05/2018 à 12:21 :
Ils auraient commandé des char renault FT de la guerre 14 aussi pour mille euro pièce, ça suffit pour contrer la bolivie, le paraguay et le chilli con carne.

Notre industrie de la guerre est en plein boum, des canons napoléoniens sont en passe d'être réusinés, la mode du rétro gaming est en train de contaminer le rétro waring.
a écrit le 15/05/2018 à 9:40 :
Encore un superbe contrat pour l'industrie française . 12 milliards d'euros pour des Rafales qui vont faire un bien fou à notre économie et à notre commerce extérieure déficitaire. Voilà de l'argent frais qui va irriguer notre économie et contribuer à la pérénnisation de dizaines de milliers d'emplois très qualifies et qu....... Euh attendez, on me dit dans l'oreillette que je me trompe . Qu'il ne s'agit que de 12 petits millions et qu'il ne s'agit que de revendre nos vieux super étendard qui allaient partir à la feraille....Oups....le retour sur terre est douloureux...
Réponse de le 15/05/2018 à 15:03 :
Oui, les montants sont dérisoires... Je me suis dit la même chose. Après, c'est sur que les cellules de plus de 20 ans d'âge n'ont plus grande valeur. Cela dit, il me semble que l'intérêt de ce contrat est peut être plus grand si on considère la maintenance et la vente de réacteurs. C'est pas l'affaire du siècle, mais c'est déjà mieux.
a écrit le 15/05/2018 à 8:43 :
L'argentine n'a plus de finances publiques mais achète quand même des avions de guerre pour les stocker dans des hangars au final vous ne trouvez pas ça étrange quand même ?

Ah oui c'est vrai le FMI leur a prêté du pognon... -_-

"En Argentine, les régimes passent, la corruption reste" https://www.monde-diplomatique.fr/2016/04/GABETTA/55186
Réponse de le 17/05/2018 à 5:37 :
Commentaire navrant. Actuellement, l'Argentine n'a plus que des A-4 a bout de souffle faire la police du ciel alors que les avions des narcotrafiquants agissent désormais dans l'ensemble de l'Amérique latine. Recevoir une escadrille entière pour moins cher qu'un avion d'affaire, vous proposé mieux ?
a écrit le 15/05/2018 à 8:25 :
On compte plus d'avions de combat d'origine française d'occasion a destination des Amériques vendu depuis l'année dernière que de Rafale exportés :)

L'achat des Mirage F1 français et espagnols par des SMP américaines font désormais des États-Unis l'une des premières terres d'asile des avions Dassault (85 F1 vendu au total).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :