Pourquoi la France doit poursuivre son partenariat stratégique avec l'Egypte

 |   |  928  mots
Le Rafale et les corvettes Gowind, deux des principaux dossiers d'amement en discussion entre Paris et Le Caire, ne sont utilisés qu'à des fins militaires.
Le Rafale et les corvettes Gowind, deux des principaux dossiers d'amement en discussion entre Paris et Le Caire, ne sont utilisés qu'à des fins militaires. (Crédits : Handout .)
"La stabilité de l'Egypte compte beaucoup pour nous. C'est un partenaire précieux sur la Libye, dans la lutte contre le radicalisme...", a assuré Emmanuel Macron. Tout est dit ou presque dans ces propos du président français. La France doit poursuivre son partenariat stratégique.

C'est clair et net. La France entend poursuivre son partenariat stratégique avec l'Egypte, qui reste un pays incontournable pour la stabilité de la région. C'est d'ailleurs l'une des trois bonnes raisons pour que Paris ne souhaite pas lâcher pas Le Caire, confronté à la menace de groupes djihadistes. "L'Egypte est une puissance régionale dont la stabilité est essentielle à nos yeux", a d'ailleurs confirmé lundi Emmanuel Macron à l'issue d'un entretien en tête à tête de deux heures avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. "La lutte que vous menez (contre le terrorisme, Ndlr) est très importante à nos yeux".

"La stabilité de l'Egypte compte beaucoup pour nous. C'est un partenaire précieux sur la Libye, dans la lutte contre le radicalisme...", a assuré dimanche le président français.

Des ventes d'armes à usage militaire

Plusieurs ONG, dont Amnesty et Human Rights Watch (HRW), ont exigé lundi "la suspension de toute vente française d'armes qui pourraient être utilisées pour commettre ou faciliter des violations graves du droit international". Abdel Fattah al-Sissi a assuré que cela n'était pas le cas. Les armes françaises vendues à l'Egypte doivent être utilisées uniquement à des fins militaires, ce qui est le cas à une exception près dans le passé, a expliqué lundi de son côté Emmanuel Macron. Le président français a précisé que sur 200 interventions, un blindé a été utilisé une fois hors de ce cadre, en 2013, ce qui a donné lieu à une explication avec les autorités égyptiennes.

"Il est très clair que pour nous l'utilisation de ces blindés est une utilisation qui doit être exclusivement militaire et c'est clair entre nous", a-t-il précisé lors d'une conférence de presse au côté de son homologue, Abdel Fattah al Sissi, au Caire.

Et ça tombe bien puisque les avions de combat Rafale et les corvettes Gowind, deux des principaux dossiers en discussion entre Paris et Le Caire, ne sont utilisés qu'à des fins militaires. Les discussions sont toujours en cours entre les industriels, a précisé la présidence qui a estimé que le gouvernement n'avait "pas à être embarrassé par l'existence de ces relations" qui font "partie du partenariat stratégique en matière de sécurité". Sur les ventes d'armes récentes ou en discussion, "il n'y a aucune ambiguïté possible : ce sont des sujets pour défendre, protéger le territoire égyptien contre des ennemis venant de l'extérieur", a poursuivi Emmanuel Macron.

Le président français a expliqué dimanche que "rompre toute forme de coopération pour ces raisons conduirait encore plus rapidement l'Egypte vers la Russie ou d'autres puissances qui n'attendent que cela".

Concernant la finalisation de la vente de douze avions de chasse Rafale, "il n'est pas exclu que l'Egypte se dote ou complète sa flotte de Rafale dans les semaines ou les mois qui viennent". Car il existe une convergence de vues entre les deux pays. Mais cela attendra encore car la pression des ONG a fait reculer l'Elysée, qui semble-t-il n'a pas jugé opportun dans ce contexte d'annoncer de nouvelles commandes d'armement.

L'Egypte, un pays d'avenir

Après avoir failli être annulée, la visite a été maintenue. Son maintien dans l'agenda témoigne de l'importance qu'accorde la France à l'Égypte, "un pays de 100 millions d'habitants, absolument essentiel pour la sécurité et la stabilité du Moyen-Orient et de l'Europe", a rappelé l'Elysée. Paris y voit également "un immense marché" dont la France n'est que le 11e fournisseur. Une percée a toutefois été réalisée ces dernières années, en particulier dans l'armement avec six milliards d'euros de contrats depuis 2015.

Dans ce cadre, une trentaine d'accords et de contrats commerciaux ont été signés, pour près d'un milliard d'euros, dans les domaines des transports (métro du Caire), des énergies renouvelables (parc éolien), de la santé ou de l'agroalimentaire... Figure notamment un protocole d'accord entre Vinci et les autorités égyptiennes pour la construction de 5,6 km de tunnel pour le métro du Caire. Paris espère également profiter de la construction de la nouvelle capitale administrative égyptienne, à l'est du Caire, que les deux dirigeants ont brièvement visité dans l'après-midi.  Enfin, la France cherche à participer au futur Grand Musée égyptien de Gizeh et à la rénovation du  musée archéologique du Caire. Une cinquantaine de patrons, dont ceux d'Orange, de la SNCF, d'Engie, sont présents au Caire.

Une relation franche mais amicale

"On peut se dire les choses de manière très franche (...) sans considérer qu'on vient ni donner des leçons ni déstabiliser", a estimé Emmanuel Macron. Le sujet des droits de l'homme, sensible, a été évoqué non seulement pour l'Egypte mais aussi pour la France, Emmanuel Macron étant appelé à défendre l'usage de la force lors des manifestations des "gilets jaunes".

"N'oubliez pas que nous sommes dans une région troublée", lui a répondu Abdel Fattah al-Sissi, arrivé au pouvoir en 2013, deux ans après le Printemps arabe. "Le projet d'établir un Etat religieux" n'a "pas réussi en Egypte", a-t-il rappelé en faisant référence au président islamiste Mohammed Morsi (2012-13), renversé par l'armée. Pour l'ex-chef de l'armée, "nous ne sommes pas comme l'Europe ou comme l'Amérique (...), on ne peut pas imposer à toutes les sociétés un seul chemin". "Les 2,5 millions" d'Egyptiens qui naissent chaque année "ont besoin d'écoles, de nourriture et de soins médicaux", a-t-il fait valoir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2019 à 23:13 :
L'Egypte est un partenaire intéressant car il ne veut pas acheter américain mais il ne veut pas acheter russe non plus pour ne pas trop fâcher les américains .
Sinon l'Egypte assure qu'elle n'utilisera ses armes qu'à des fins militaires, nous voilà rassurés !
a écrit le 29/01/2019 à 17:22 :
La réponse est simple, après 10 ans+ , de fiascos au Moyen Orient de la France ,qui peut encore proclamer de pareilles fadaises…. ? alors que, le "monde arabe" s'interroge sur les capacités réelles de la France ..à être un acteur fiable au Moyen Orient après la débâcle validée de l'invention , du fameux "printemps arabe"... …?
a écrit le 29/01/2019 à 15:36 :
Après à peu près tout en Armement, Terre, Air, Mer
Blindés, Rafales,Frégates, deux navires Porte Hélicoptères…

pour donner des millions d'heures de travail à nos entreprises jusqu'aux PME,
je suis persuadée que la vente à l'Egypte d'un groupe aéronaval avec un Porte-avions (Rafales) serait intéressante de part et d'autre.
Et en op.ex complèterait Le Charles De Gaulle
Réponse de le 30/01/2019 à 0:19 :
Lui vendre un groupe aéronaval :
P.A à propulsion autonome, et l'escorte : Frégates et sous-marins, permettrait de plus d'entretenir le savoir faire FR,
et d'assurer " en meme temps " plus de travail à Toulon, pour la maintenance.
a écrit le 29/01/2019 à 12:26 :
Un marché immense ? mais pas solvable ... incapable de se nourrir sans les récoltes roumaines fournies gratuitement par l'UE. Quelle honte la France-Afrique de la république irréprochable ...
Réponse de le 29/01/2019 à 17:12 :
Quoi, les exportations de céréales européennes nuiraient aux exportations de céréales russes vers l'Egypte, la Turquie, le Syrie, l'Algérie, l'Arabie Saoudite, etc. ?
L’Egypte étant le 1er importateur mondial de blé.
Réponse de le 29/01/2019 à 17:13 :
Quoi, les exportations de céréales européennes nuiraient aux exportations de céréales russes vers l'Egypte, la Turquie, le Syrie, l'Algérie, l'Arabie Saoudite, etc. ?
L’Egypte étant le 1er importateur mondial de blé.
Réponse de le 29/01/2019 à 17:25 :
un seul comment ; exact.
Réponse de le 29/01/2019 à 18:56 :
Les blés européens ne pèsent plus rien en Egypte, et la Russie vend à un prix plus bas que la Roumanie, et bien plus bas que la France.
https://www.terre-net.fr/marche-agricole/actualite-marche-agricole/article/avant-l-arrivee-des-russes-la-france-charge-la-barque-algerienne-1395-143136.html
a écrit le 29/01/2019 à 11:23 :
"les rafales ne sont utilisés qu'à des fins militaires"!!!!! C'est vrai: on ne les a jamais vus faire un Paris Le Caire avec des passagers !!!! Mais par contre au dessus du Yémen?
a écrit le 29/01/2019 à 10:08 :
Il est nécessaire de rappeler certaines vérités à propos de l’Egypte et ses institutions pour certains journalistes et intellects français qui se ressourcent dans la littérature des frères de la confrérie des d’El Banna-Qotb dont les statuts et les objectifs depuis sa création en 1028 est la gouvernance théocratique mondiale, type ex celle de l’ex « homme malade » l’empire Ottoman dont elles pleuraient toujours la disparition, et l’instauration de la direction et la main mise dictatoriale de son Morchid. D’abord continuer parler de coup d’Etat est la copie du matraquage de propagande de la confrérie car il n’en était point un car un tel acte se fait dans le secret et exclusivement par l’armée or le 30 juin 2013 l’armée a soutenu, au lieu de le réprimer, le soulèvement de +33Millions d’Egyptiens contre le pouvoir de dictature du Morchid et de son pantin de Morci qui menaient l’Egypte de 100 millions d’habitants à la partition et aux guerres civiles-confessionnelles et refusaient d’aller au présidentielle anticipée Morci avait pris le pouvoir par la terreur des votants chrétiens la falsification des votes et sous le slogan de la confrérie « ou MORCI élu ou on brûle le pays ». Président Sissi fut appelé par les masses des manifestants à conduire le pays devenu civil il fut élu à une écrasante majorité ( se furent les cas de Churchill, De Gaule et Eisenhower) qui persiste et il a sauvé, avec le soutien des égyptiens et son armée nationale, l’Egypte du sort de l’immense destruction du Yémen, de la Syrie et de la Lybie dans ce dernier pays la France principalement y a une responsabilité historique qui après avoir éjecté à juste titre un dictateur a laissé le pays aux milices de tout bord et aux organisations terroristes pour semer la mort et les destructions avec les soutiens d’un Etat qui rêve de son impossible restauration de son ex empire antique aussi par un Etat Epsilon. Certains journalistes français par leur questions lors de conférence montrent qu’ils sont la boite raisonnance de la confrérie : les dits blogueurs ne sont que les propagandistes d’organisations terroristes et les mis en prison en Egypte, après leur jugement, n’ont rien à voir avec la liberté d’expression mais le sont pour apologie du terrorisme, appartenance à une organisation terroriste totalitaire et pour des actes terroristes dont les médias Français ne mentionnent point comme tels, non plus le nombre de plus de 500 victimes civiles et militaires tuées par les milices de la confrérie surtout entre le 28/11 et 30/6/2013 aussi n’est mentionné la destruction de 400 bâtiments de la police et 70 Eglise Coptes et une mosquée au Sinaï de même le projet de cession de la moitié de Sinaï au Hamas, de même idéologie que la confrérie , en application de l’horizon stratégique dit abusivement en occident le new moyen orient. Dommage que le président français n’ait daigné écouter des représentants des 46 mille ONG égyptiennes ni ceux du parlement ou des 250 mille familles d’extrême pauvreté (Quartier d’AL3ÂCHWAI3YAT) relogées décemment ni non plus de millions de malades traités contre hépatite C et se contenter de recevoir au point apparaitre leur messager, devant 1,6 Milliards de contrats signés, des représentants de propagande d’une organisation violente totalitaire et d’idéologie cléricale du moyen âge que celle-ci tente de masque en occident par un lifting pour les crédules et y infecter ses ONG.
Réponse de le 30/01/2019 à 5:34 :
Prière bien lire début ligne 4: création en 1928 à la place de 1028.
a écrit le 28/01/2019 à 22:41 :
Macron parle souvent de ses yeux.Sont-t-ils une force ou un faiblesse. C'est vrai qu'il paraissent en permanence grand ouverts, comme dans le film eyes wide shut.
a écrit le 28/01/2019 à 21:36 :
Quand 2 dictateurs se rencontrent, de quoi parlent t-ils ?
a écrit le 28/01/2019 à 20:59 :
Après avoir semé le chaos en Libye, on rattrape les morceaux... c'est d'une intelligence....!! Dommage qu'il ne contrôle pas l'émigration!
a écrit le 28/01/2019 à 19:51 :
Les américains ont les kurdes et nous on a les dictateurs.

C'est classe ya pas à dire...
Réponse de le 29/01/2019 à 14:14 :
@Citoyen blasé
Les kurdes irakiens ont été cocounés, au tout départ (Erbil), puis lors de leurs progressions, par la petite France
Les FDS, dont les kurdes syriens, ont aussi été protégés, formés, renseignés et appuyés par les forces françaises.
Régions de Mossoul, Erbil, Sinjar, Alep, Raqqa, Aïn Issa, Kobané, Manbij, etc.
Canons de 20 mm, diverses munitions, jumelles vision nocturne, grenades, roquettes, (Milan par les allemands).
---
S'agissant de son désengagement de Syrie et du cas des kurdes, votre Trump a déjà retourné sa veste plusieurs fois en quelques mois. Et s’il n’avait pas été rappelé plusieurs fois à l'ordre (à la raison), il aurait déjà livré les kurdes à son ami Erdogan.
https://www.parismatch.com/Actu/International/Avec-les-Francais-en-Irak-638110
https://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/syrie-une-video-seme-le-doute-sur-la-presence-de-forces-speciales-francaises_1851006.html
http://www.opex360.com/2018/05/09/syrie-kurdes-forces-speciales-francaises-americaines-partageraient-meme-base-a-manbij/
---
James Mattis qui avait démissionné le 21 décembre :
« insiste sur la nécessité pour les États-Unis de « traiter les alliés avec respect ». En creux, il dénonce aussi l’aveuglement de son président puisqu’il évoque la nécessité « d’être lucide sur les acteurs malveillants et les concurrents stratégiques ». Et de donner « l’exemple » de la Chine et la Russie qui « veulent façonner un monde conforme à leur modèle autoritaire » »
Réponse de le 29/01/2019 à 19:08 :
@ multipseudos:

"L’expérience libertaire du Rojava à l’épreuve de la guerre: Une force devenue indispensable" https://www.monde-diplomatique.fr/2017/09/COURT/57877
Réponse de le 29/01/2019 à 19:55 :
Toujours là mon petit chien ?
Réponse de le 30/01/2019 à 16:46 :
@Madame Irma (Citoyen blasant)
Waf, waf, waf
---
Votre lien diplo-coco-matique ne fait pas avancer le schmilblick.
Rien de nouveau !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :