EXCLUSIF Tous les détails sur la vente de Yoplait

Le groupe coopératif devrait devenir actionnaire minoritaire, tandis que PAI cédera l'intégralité de sa participation. La conclusion de l'opération est attendue début 2011.

2 mn

C'est maintenant une certitude : PAI Partners cédera sa participation de 50 % dans Yoplait. Le fonds d'investissement français s'est mis d'accord avec son partenaire au capital, Sodiaal (50 %). La vente n'est plus qu'une question de temps. Les banques conseils seront nommées prochainement et, d'après nos informations, les deux partenaires prévoient la conclusion de l'opération pour le début de l'année 2011.

Une autre chose est certaine, Sodiaal, qui vient de signer le rachat d'Entremont, a l'intention de rester actionnaire de Yoplait, qui est valorisée entre 1 et 1,2 milliard d'euros. La coopérative laitière pourrait en revanche descendre au capital. « Nous sommes prêts à être dilués si notre nouveau partenaire est en mesure d'apporter certains actifs, financiers ou industriels », précise une source interne. Autre condition, Sodiaal tient à garder partiellement la main. Aujourd'hui, Yoplait est divisée en deux : une société opérationnelle et une autre dont le rôle est de gérer les marques. Si le groupe coopératif accepte d'être minoritaire dans la première, il souhaite en revanche conserver 50 % des intérêts de la seconde. « Ce qui est fondamental pour nous est de faciliter de développement de Yoplait, qui a un potentiel extrêmement fort. »

devenir un opérateur intégré

Ce développement passera notamment par la poursuite du processus d'intégration des activités dans le groupe. Aujourd'hui, Yoplait ne contrôle la production et la distribution de ses produits que dans une poignée de pays : France, Royaume-Uni, Belgique, Suède, République tchèque et, depuis le début de l'année, le Portugal. Ces marchés représentent aujourd'hui un peu plus d'un quart des revenus du groupe laitier. Le reste de l'activité provient d'un vaste réseau de franchisés dans une quarantaine de pays. « Pour répondre à la concurrence sur certains marchés, et notamment à celle de Danone, le modèle d'opérateur intégré est bien plus efficace, explique une source proche du dossier. Lorsque les contrats de franchise arriveront à échéance, Yoplait décidera, dans certains pays, de reprendre la main. » Illustration de cette stratégie, le groupe laitier a racheté, en mars 2009, la part du capital (49 %) qu'il ne détenait pas encore dans sa filiale britannique.

Toutefois, ces intégrations « nécessitent des investissements lourds, de long terme, qui ne sont pas forcément adaptés à un fonds ». Les acteurs industriels feraient donc figure de favori. Les noms d'Arla Foods, Lactalis ou encore de l'américain General Mills, le principal franchisé de Yoplait, sont régulièrement cités. En 2008, Yoplait réalisait près de 50 % de ses ventes sous marque en Amérique du Nord, 19 % en France et moins de 10 % en Asie.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.