Cauval appelle les clients à boycotter Conforama

 |   |  441  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Selon Cauval, Conforama, bientôt repris par le sud-africain Steinhoff, tente d'affaiblir le groupe. Gilles Silberman, son vice-président, ne sera pas reçu dans l'immédiat au Ministère de l'Industrie. Conforama le sera dès vendredi.

Cauval ne désarme pas face au projet de rachat de Conforama à PPR par Steinhoff. Gilles Silberman, vice-PDG du groupe d'ameublement, appelle au boycott de l'enseigne Conforama. Il incite les "consommateurs qui sont préoccupés par l'emploi en France [...] à se tourner vers But, Fly, Atlas ou d'autres enseignes".

Pouquoi tant de hargne ? En fait, le patron du fabricant de meubles dit s'inquièter des conséquences du futur rachat de Conforama par le fabricant sud-africain Steinhoff annoncé début décembre. La future maison-mère de Conforama est un gros fabricant de matelas et de sièges. Gilles Silberman estime que, très vite, l'enseigne s'approvisionnera dans ses vingt-cinq usines, plutôt que chez des fournisseurs français.

Mardi 14 décembre, lors d'une conférence de presse, Gilles Silberman a ainsi souligné les risques mortels que courrent l'industrie d'ameublement et son entreprise en particulier. Au passage, il a vertement critiqué l'enseigne d'ameublement et son PDG, Thierry Guibert, l'accusant de saper son activité. Depuis, le groupe a tiré la sonnette d'alarme auprès du ministère de l'Industrie.

Ce jeudi, Cauval revient à la charge. Dans un communiqué, il indique que "Conforama tente d'affaiblir le groupe Cauval". Et, maintenant, il s'étonne que Thierry Guibert, PDG de Conforama, ait refusé de participer avec lui à une réunion organisée au sein du cabinet de Eric Besson. "Comment pourrait-il en être autrement, quand Cauval dénigre Conforama ?", juge-t-on chez l'enseigne d'ameublement. 

En fait, le ministère de l'Industrie indique que Conforama sera bien reçu ce vendredi 17 décembre au cabinet d'Eric Besson. Thierry Guibert devrait y renouveler les engagements qu'il a formulés auprès des fabricants français de meubles. "Le ministre a obtenu de PPR et de Conforama la garantie qu'il n'y aurait pas de modification de la politique d'approvisionnement du groupe", indiquaient ses services mercredi. Cauval pourrait lui être reçu plus tard par les conseillers du ministre.

Gilles Silberman a besoin d'une oreille attentive. Le vice-président de Cauval Industries est dans une situation délicate. Après un exercice déficitaire en 2009, une sortie de procédure de sauvegarde en fin d'année 2009 et un étalement de sa dette, l'exercice en cours devrait être à l'équilibre, indique-t-il. Car, depuis quelques mois, le fabricant français (500 millions d'euros de chiffre d'affaires) est fortement concurrencé par Cofel Groupe, le fabricant des matelas Epeda, Merinos et Bultex. Gilles Silberman va convoquer un comité d'entreprise le mercredi 22 décembre pour informer les salariés du groupe de la situation actuelle. Le groupe, qui exploite une usine en Pologne, se dit inquiet pour son usine de Bar-sur-Aube (aube) qui emploie 699 salariés. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/05/2012 à 23:18 :
Bonsoir,

Connaissez vous le site de Sévérache? connaissez vous la fabrication sur place? Sofa? fauteuil? haut de gamme ? milieu de gamme ? tissu ? cuir?

Je cherche des infos sur la production sur ce site.
Et comme vous dites le monde est petit j ai aussi connu Sufren ( avant la fin ...)
a écrit le 04/05/2012 à 23:12 :
Bonjour,

J'aimerai beaucoup entrer en contact avec des salariés du site de Séverache, si vous en connaissez ? ou bien si vous pouvez faire passer le mot ....
Laissez moi un message ici
a écrit le 23/12/2010 à 11:59 :
arrêtons d'acheter dans ses magasins de meubles qui importent des produits en chine

achetons français, en direct à des usines françaises , cauval a-t-il un site de vente internet ?
a écrit le 21/12/2010 à 9:33 :
Oui Plop, accepter d?avoir un client qui représente 65% de son activité est une grave erreur stratégique. De plus s?attaquer publiquement avec une telle violence en est une 2ème.
Imaginez la position du directeur commercial qui devra prochainement rencontrer le directeur des achats de Conforama.
M. Silberman l?envoie réellement au casse-pipe.
De plus il envoie à court terme au chômage son personnel.
Il pourra toujours parader en disant que son échec est du au rachat de Conforama, mais en réalité il devra assumer la grande partie de la responsabilité.
a écrit le 20/12/2010 à 6:48 :
depuis que Mme Dumeste a passé la main à ces commerçants/marchands de meubles (wahnich, carite et silbermann) , le groupe 'ex-leader" européen de la fabrication de meubles, ne cesse de s'écrouler ... les Parisot peuvent rigoler ... en se remémorant qu'en 1975 , le dépôt de bilan de confo n'avait pas été trop grave (pourtant déjà 35% du ca) parce que le commerce traditionnel avait pris le relais de ce client...
le pb est qu'aujourd'hui les actuels-dirigeants sont de purs amateurs, très mal entourés!
Réponse de le 24/12/2010 à 15:28 :
quand Mme Dumeste a vendu,il y avait 5 usines,1600 personnes
Cauval c'est maintenant 18 usines 5000 personnes,Wahnich et Silberman ne sont pas si mauvais
a écrit le 16/12/2010 à 18:25 :
Confo va continuer à s'approvisionner chez Cauval, en envoyer une bonne partie dans les pays de l'Est, qui pourront les "étudier de très près" et se préparer à prendre la relève en douceur et en toute discrétion. Les éventuels blocages du fournisseur seront alors sans conséquences...C'est comme ca que ca fonctionne ailleurs. Le "100% Made in France" ne concernera bientôt plus que quelques niches..... de luxe ?
a écrit le 16/12/2010 à 16:14 :
Exemple typique d'une erreur stratégique d'une société qui ne peut s'en prendre qu'à elle seule et qu'elle arrête de se plaindre sa devient une habitude en France.
Lorsque un client représente à lui seul 65% du carnet de commande il ne faut pas s'étonner des conséquences lorsqu'il change de fournisseur.
Plutôt que de se prélasser en attendant que les commandes tombent du ciel, elle aurait du diversifier son portefeuille client afin de se prémunir d'une trop grande dépendance.
Encore une société qui n'a pas compris que l'environnement n'est pas statique et que la concurrence est mondialisée et qui vient pleurer dans les jupons des politiques....
Réponse de le 12/11/2011 à 19:38 :
retour de bar/aube ce we : ils sont encore 500 à bricoler à la Finition ! c'était des bidons les 3 ex-lévitans ! je leur avais refusé le moratoire au temps de Sufren à ces empafés! le monde est si petit ...........
Réponse de le 04/05/2012 à 23:18 :
Bonsoir,

Connaissez vous le site de Sévérache? connaissez vous la fabrication sur place? Sofa? fauteuil? haut de gamme ? milieu de gamme ? tissu ? cuir?

Je cherche des infos sur la production sur ce site.
Et comme vous dites le monde est petit j ai aussi connu Sufren ( avant la fin ...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :