La vodka de Bruce Willis mise en vente, le titre bondit en Bourse

 |   |  276  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Selon Les Echos, le groupe de spiritueux Belvédère s'apprête à mettre en vente sa principale marque, la vodka Sobieski, connue pour être représentée par l'acteur Bruce Willis, qui est entré au capital de la marque en 2009. Les marchés ont réagi positivement à l'annonce, l'action Belvédère grimpant depuis l'ouverture de la bourse ce mardi.

"Sobieski ? La meilleure vodka que je connaisse", claironnait, tout sourire, la superstar Bruce Willis dans plusieurs spots publicitaires. Mais même la promotion énergique de l'acteur hollywoodien n'a pas pu sauver la marque la plus connue de l'entreprise française Belvédère. Près d'une quinzaine d'année après sa création, le groupe de spiritueux s'apprête à mettre en vente Sobieski, révèle mardi le quotidien économique Les Echos. En cause : une dette abysalle qu'il faut bien combler.

"Au total, la dette a atteint environ 500 millions d'euros [577, 7 millions d'euros fin juin 2011, ndlr]. Pour régler vraiment le problème, céder un actif marginal ne peut suffire", confiait aux Echos Olivier Fabre, en charge du dossier chez Belvédère. Plusieurs candidats potentiels -des industriels et des fonds- seraient intéressés et auraient signé un engagement de confidentialité. L'entreprise française espère tirer de cette vente plusieurs centaines de millions d'euros. Les Echos, citant des sources concordantes, précise que les banquiers Jean-Marie Messier et Erik Maris ont commencé à organiser la vente.

L'action Belvédère était en nette hausse à la mi-journée ce mardi à la Bourse de Paris (+3,94%). "C'est un dossier controversé depuis plusieurs années maintenant, mais le marché apprécie l'information des Echos car cette cession répond à la problématique de surendettement de l'entreprise", a commenté à Reuters un analyste sous couvert d'anonymat. Toujours selon Les Echos, l'objectif de la direction consiste à signer la vente de Sobieski avant la fin juin. Et si le prix n'est pas suffisant pour rembourser les créanciers, l'entreprise n'aura d'autre choix que de céder d'autres actifs de plus petite taille.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :