Sofiprotéol, ce conglomérat qui veille sur l'avenir de Doux

 |   |  518  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Inconnu du grand public, ce groupe, présidé par le patron de la FNSEA, Xavier Beulin, devrait être le chef de file d'un consortium d'industriels candidats à la reprise du volailler Doux.

Sofiprotéol a confirmé qu?il jouerait un "rôle fédérateur" dans la reprise du groupe Doux en grande difficulté. Les candidats à la reprise doivent déposer un dossier ce jeudi 5 juillet, auprès du tribunal de commerce de Quimper, avant 18 heures. Dans son édition en ligne, "Le Figaro" affirmait ce jeudi matin que Sofiprotéol serait le chef de file d?un consortium réunissant le groupe Terrena connu pour ses escalopes Gastronome, la coopérative Maïsadour, le volailler breton Triskalia, le transformateur de poulets Tilly Sabco et LDC, autre groupe connu pour ses volailles, vendus sous la marque Loué.

Aux yeux de tous, Sofiprotéol a le profil idéal. Hier encore, à la veille de la date-butoir, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, le ministre de l?Agriculture et de l?Agroalimentaire Stéphane Le Foll, et son ministre délégué, Guillaume Garot, militaient pour une "solution globale". Sofiprotéol devrait être le groupe qui "portera le vrai projet industriel" qu?ils espèrent. Cette entreprise financière et industrielle est un grand spécialiste des oléagineux et des protéines. Il est notamment connu pour sa marque d?huile, Lesueur.

La FNSEA aide les éleveurs impayés

Sur le papier, il ne présente guère de liens avec Doux. Mais, en fait, les interdépendances entre Sofiprotéol et le groupe breton sont multiples. Politiques d?abord. A la tête de 6,5 milliards d?euros de chiffre d?affaires, le groupe est connu pour être présidé par Xavier Beulin, par ailleurs président de la Fédération nationale des syndicats exploitants agricoles. La dite FNSEA s?est très vite imposée dans les négociations autour de l?avenir du groupe breton depuis sa mise en redressement judiciaire début juin. Aux côtés des syndicats des jeunes agriculteurs, la fédération a aidé les éleveurs de volailles bretons qui fournissent Doux. Il s?agissait notamment de les accompagner dans la déclaration de leurs créances. Le groupe Doux fait travailler 700 à 800 éleveurs en Bretagne. Beaucoup présentaient des impayés de plusieurs mois. Sofiprotéol a, dès lors, le profil parfait pour jouer le "rôle de sauveur" du groupe aux 3.400 salariés.

300 millions d'euros d'actifs à partager entre eux ?

Quelles synergies industrielles peut-il apporter à Doux ? Sofiprotéol est présent dans tous les métiers, de la production au raffinage et au biocarburant subventionné. Des éleveurs, il est surtout connu pour sa filière de nutrition animale, sous sa filiale Glon Sanders : elle fournit tourteaux de soja et de colza aux troupeaux de bovins. "Effectivement Glon est concerné et impliqué en tant qu'industriel et en tant que producteur d'aliments pour le bétail via Sanders. Il est aussi concerné au travers des autres sociétés au sein du groupe Glon", a fait valoir une porte-parole de Sofiprotéol à l?AFP. Reste à savoir comment le consortium dont Sofiprotéol sera le chef de file va se partager ultérieurement les actifs du groupe Doux. Ils sont évalués à 300 millions d?euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2012 à 22:31 :
Xavier Beulin, né, élevé et agriculteur dans une petite bourgade...(
a écrit le 14/07/2012 à 1:29 :
Mon dieu mais il va faire peur aux poulets ce garçon!!!!
On dirait un mix improbable des frères Bogdanoff,de Frankenstein et de Corleone!!!!!!!!
Et en plus il prend mon assiette en otage pour faire fortune!!!! Il est grand temps que je fasse pousser ce que je mange,Poulet OGM,non merci
a écrit le 12/07/2012 à 21:14 :
Sofiprotéol reprend l'actif de Doux, mais pas ses dettes !!! Les éleveurs garderont leur créances impayées ! Ca fera quand même le bonheur de sofiprotéol qui pourra faire manger du colza au poulet génétiquement modifiés grâce aux copains de Hendrix génétics !
Puisque le poulet OGM est capable de manger du tourteau de colza sans altérer le goût de sa viande, nos loustics sofiprotéol et cie vont pouvoir se garantir un nouveau marché en produisant des produits de merde pour les consommateur!!! Mais ça, à partir du moment où ça peut financer la filière biocarburant de notre président FNSEA en valorisant les sous-produits, tout va bien dans le meilleur des mondes !! Triste constat

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :