Arnaud Montebourg refuse le dépeçage de Doux

Le ministre du redressement productif souhaite que le volailler "fasse l'objet d'une reprise globale". Les candidats à la reprise du groupe placé en redressement judiciaire début juin ont jusqu'au 5 juillet pour déposer leur dossier de reprise. Doux évalue ses actifs à 300 millions d'euros. Mais qui peut reprendre l'ensemble de ce groupe ?

3 mn

Le groupe breton est tentaculaire.
Le groupe breton est tentaculaire. (Crédits : AFP)

A trois jours de la date-butoir du 5 juillet, les candidats à la reprise de Doux s'activent. Le ministre du Redressement productif aussi. "Notre souhait est que le groupe Doux fasse l'objet d'une reprise globale, nous refusons la stratégie du dépeçage et du démembrement", a déclaré Arnaud Montebourg, ce lundi 2 juillet, lors d'une conférence de presse.

300 millions d'euros d'actifs

Les candidats à la reprise du volailler breton ont jusqu'au jeudi 5 juillet pour se déclarer auprès du tribunal de commerce de Quimper. Le gouvernement espère fermement qu'un candidat se déclarera pour l'ensemble du groupe dont les actifs sont évalués à 300 millions d'euros. Parmi eux, figure la marque Père Dodu fort réputée. Mais Doux fait peur. C'est un groupe industriel tentaculaire : il fait tourner douze sites de production en France, exploite quatre couvoirs et aligne trois usines d'aliment. En outre, c'est un gros employeur : il salarie plus de 3.400 personnes dans l'Hexagone.

Un mini-démantèlement déjà en cours

De facto, la vente d'actifs par appartement a d'ores et déjà débuté. "Un mini-démantèlement est en cours", confirme un spécialiste du secteur. Pour preuve, une des usines Doux spécialisées dans l'alimentation animale, située à Châteaulin dans le Finistère, vient d'être cédée pour un montant net de 19 millions d'euros à Saria, filiale du groupe allemand Rethmann. Une deuxième usine toujours d'aliment pourrait être cédée, rapporte "Le Figaro". Une information que la direction de Doux n'a pas souhaité commenter, sans toutefois la démentir. L'urgence exige ces cessions pour trouver de l'argent frais et éviter une cessation d'activité.

Un scénario difficile à tenir

L'administrateur judiciaire, Régis Valliot, avait pourtant déclaré "privilégier une solution globale et concertée avec l'ensemble de la filière". Mais, selon plusieurs observateurs, ce scénario parait fort difficile à tenir. Qui pourrait s'aventurer à reprendre cet ensemble ? "Arnaud Montebourg espère toujours que la solution dite Barclays aboutisse", ironise un proche du dossier. La banque d'affaires britannique détient 140 des 430 millions d'euros de dettes du groupe. Elle était prête à effacer ce montant, contre la détention à 100 % du groupe. Charles Doux, actionnaire à 80 %, a refusé ce scénario "faute de garanties" en termes d'emplois, avancent ses porte-paroles. Et, dans la foulée, en pleine négociations avec le gouvernement, le patron du groupe aux 3.400 salariés en France a demandé le placement en redressement judiciaire.Il se dit maintenant prêt à ouvrir son capital.

Un fol espoir

"Nous défendons une stratégie de relance globale de l'entreprise avec le maintien de l'ensemble de l'activité économique et du plus grand nombre d'emplois, ainsi que des relations contractuelles avec les éleveurs", a expliqué Arnaud Montebourg. Un fol espoir que caressent aussi les coopératives agricoles. Dans une interview au journal spécialisé "LSA", le président de Coop de France, syndicat professionnel des coopératives agricoles, Philippe Mangin, a confirmé discuter avec le président de la FNSEA et dirigeant de Sofiprotéol, Xavier Beulin, et le groupe Glon Sanders, fabricant d'aliments pour le bétail. "Il essaie de coordonner les coopératives pour qu'elles présentent ensemble une offre de reprise", précise à "latribune.fr" son porte-parole. Parmi les éventuels repreneurs de Doux, figure notamment la coopérative Terrena, connue dans les rayons volaille des hypermarchés pour sa marque Gastronome. D'autres devraient se faire connaître le 5 juillet.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 03/07/2012 à 17:53
Signaler
mr montebourg est un beau politique, un beau parleur, ex avocat...il parle, il parle, malheureusement il n'a pas un sou à mettre au pot...conclusion, doux sera découpé...comme une volaille...et l'état hormis jaser n'y pourra rien...comme disaient jos...

à écrit le 03/07/2012 à 16:35
Signaler
La procédure judiciaire a pour unique objet le maintien d'un maximum d'emploi compatible avec l'équilibre d'exploitation de l'entreprise. S'il n'est pas possible de réorganiser, licencier et redéployer les actifs et les activités, c'est l'échec assur...

à écrit le 03/07/2012 à 13:52
Signaler
quand l'etat absorbe 56% du pib preleve 45% en impots et veut diriger nos entreprises;ne sommes nous pas dans un pays totalitaire ????????

le 03/07/2012 à 15:10
Signaler
"La France est une URSS aboutie" (je ne me rappelle plus de l'auteur)

le 03/07/2012 à 15:16
Signaler
Jacques Lesourne parlait de la France comme « d?une Union soviétique qui aurait réussi ». (http://www.wikiberal.org/wiki/France)

le 03/07/2012 à 17:58
Signaler
depuis fort longtemps, j'ai toujours dit que la France était le dernier pays communiste au monde...d'ailleurs, elle a le privilège de dépôt du brevet de ce concept établit par gracchus baboeuf pendant la révolution...le problème étant que cette idéol...

à écrit le 03/07/2012 à 13:47
Signaler
Dépecer les poulets, OUI ; dépecer Doux, NON ! Blague à part, Montebourg a raison, les enjeux étant très importants notamment chez les petits producteurs fournisseurs de Doux.

à écrit le 03/07/2012 à 11:11
Signaler
et au delà de la declaration journaliere devant la presse que propose notre start du redressement industriel la vente par appartement se fait en c emoment et personne ne veux mourir en reprenant l'ensemble de ce bazar qu'est DOUX Montebourg va ...

à écrit le 03/07/2012 à 10:54
Signaler
Montebourg se croit en économie girigée. De quel droit impose-t-il son opinion. C'est faire fi du Tribunal et du juge commissaire chargé de la gestion du dossier. Un mélange néfaste de l'exécutif et du judiciaire. Il devrait se contenter d'apporter s...

à écrit le 03/07/2012 à 10:22
Signaler
Et que propose-t-il comme mesure concrète et viable ?

à écrit le 03/07/2012 à 9:47
Signaler
je refuse la crise economique.

le 03/07/2012 à 13:12
Signaler
lol je vous nomme ministre du redressement anti crise... votre premier travail sera de faire voter une loi qui interdit la crise

à écrit le 03/07/2012 à 8:54
Signaler
S'il "refuse" le démembrement, il n'a qu'à se payer l'ensemble avec ses petites économies. Sinon, qu'il se taise.

à écrit le 03/07/2012 à 8:49
Signaler
un actif qui vaut 300 millions pour 430 millions de dettes, il vaut mieux que la rentabilite soit exceptionnelle si on veut interesser qqun !

le 03/07/2012 à 11:36
Signaler
celà veut surtout dire que les banques vont abandonner 3 / 4 de leur mise !!!

le 03/07/2012 à 11:36
Signaler
celà veut surtout dire que les banques vont abandonner 3 / 4 de leur mise !!!

à écrit le 03/07/2012 à 7:54
Signaler
On ne lui demande pas son avis.

à écrit le 03/07/2012 à 7:42
Signaler
Quelles sont les competences de Sieur Montebourg pour imposer ses visions eco???? Il devrait se contenter d etre ministre cad incompetent mais discret....

à écrit le 02/07/2012 à 22:53
Signaler
Avec ses petits bras musclés, il ira jusqu'à plumer les poulets s'il le faut, monsieur Pulvar !

à écrit le 02/07/2012 à 22:14
Signaler
POUR REPRENDRE CETTE ENTReprise LA CGT ASSOCIE AU CE ..EDF....AIR FRANCE ....RATP le compte est juste

à écrit le 02/07/2012 à 21:34
Signaler
Montebourg le sauveur Psa, maintenant doux mais où va t il prendre l argent Il a une baguette magique ?

le 02/07/2012 à 23:20
Signaler
Justement, Doux a besoin de 40 Mio et personne ne peut/veut lui avancer cela ... L'Etat en est incapable, mais on a quand meme donné 64 milliards à la Grèce, et je vous passe le Portugal, Irlande et Espagne ... On se fout de notre gueule ...

le 03/07/2012 à 8:40
Signaler
...sans parler des 6 à 7 milliards à la Côte d'Ivoire...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.