Le patron des chaussures Tod's rénovera le Colisée de Rome

 |   |  388  mots
Chaque année, six millions de personnes visitent le Colisée.
Chaque année, six millions de personnes visitent le Colisée. (Crédits : © )
L'homme d'affaires italien a rassemblé 25 millions d'euros pour restaurer l'amphithéâtre romain. Ses travaux débuteront en décembre.

Diego Della Valle donnera le coup d'envoi de la restauration du Colisée de Rome en décembre. Le fondateur de la marque italienne de chaussures Tod's financera bel et bien l'opération. Il devrait en coûter 25 millions d'euros. Deux ans et demi de travaux sont nécessaires.

Enquête de la Cour des comptes

Désigné mécène du Colisée, l'homme d'affaires italien, héritier de la marque née dans les années 20, a sollicité des amis entrepreneurs pour boucler l'opération. Début 2012, le roi de la chaussure à picots s'était retrouvé emporté dans une polémique sur la façon dont, d'un coup de fil, il avait été désigné mécène en 2010 par le maire de Rome, Gianni Alemanno. La Cour des Comptes avait ouvert une enquête. L'opération avait été arrêtée dans la foulée. Elle reprend à l'été 2012. Le ministre italien de la Culture vient de l'annoncer, aux côtés de Diego Della Valle, en se réjouissant de "l'implication du secteur privé du pays".

A la tête d'une fortune de 977 millions d'euros, selon le magazine Forbes, Diego Della Valle contribuera donc à la rénovation du plus grand amphithéâtre jamais construit sous l'Empire Romain. Il y a urgence. Chaque année, six millions de personnes visitent cette arène où s'affrontaient les gladiateurs. Une étude vient de dévoiler qu'il s'est affaissé de 40 cm. "Il ne s'agit pas d'une source d'inquiétude pour nous. Il s'agit seulement d'une caractéristique du monument enregistrée récemment et qui sera surveillée pour savoir si cet affaissement évolue avec le temps", a nuancé la directrice du site, Rossella Rea.

Le budget du ministère de la Culture réduit d'un tiers

Les monuments historiques italiens sont sous surveillance depuis plusieurs années. Car, en trois ans, le budget du ministère de la Culture italien a été réduit d'un tiers, pour atteindre 1,42 milliard d'euros. Et les financements privés de restauration sont devenus monnaie courante. Au prix de grandes bâches de publicité installées lors des chantiers : en octobre 2010, le Palais Ducale de Venise avait été habillé d'une grande affiche Coca-Cola. L'opération avait permis de financer la rénovation du pont des Soupirs et du palais. Soit 2,8 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2012 à 13:05 :
Cela donne du travail à des artisans, et remet le patrimoine Italien à l'honneur, vous savez la Rome Antique avec l'aigle comme emblème, un peu comme l'aigle Américains, qui fabrique des armes à gogo, certainement de la nostalgie...
a écrit le 31/07/2012 à 21:22 :
Sans vouloir offenser personne: que fait cet article dans la rubrique "Industrie"?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :