Viande de cheval : les plats retirés pourront être distribués aux associations

 |   |  317  mots
Les lasagne Findus au boeuf contenant de la viande de cheval / Copyright Reuters
Les lasagne Findus au boeuf contenant de la viande de cheval / Copyright Reuters (Crédits : <small>Reuters</small>)
Le ministre de la Consommation, Benoît Hamon, a indiqué jeudi sur RMC que les associations pourront récupérer les plats cuisinés retirés des grandes surfaces. Elles seront informées de leur contenu.

Il existe "une disposition réglementaire qui prévoit qu'on puisse faire le don de produits qui ont connu un défaut d'étiquetage", a indiqué Benoît Hamon, ministre de la Consommation, sur RMC jeudi. Les plats cuisinés ayant été retirés des grandes surfaces parce qu'ils pourraient contenir de la viande de cheval à la place du boeuf pourront donc être transmis aux associations.

"Ensuite, c'est aux associations de décider si oui ou non elles acceptent ces dons", a-t-il poursuivi. Mais "ceux qui bénéficieront de ces produits alimentaires ont droit à la réalité sur ce qu'ils mangent", a insisté le ministre.

Il a reconnu qu'un tel don pouvait être coûteux pour ces associations, notamment dans le cas des produits surgelés qui nécessitent un transport frigorifique. "On peut aussi comprendre que les associations refusent", a-t-il admis.

Les associations intéressées

Les associations s'étaient dites intéressées, auprès de l'AFP, il y a dix jours. Elles réclamaient cependant des garanties sanitaires. Seule la Croix-Rouge indiquait qu'elle n'en ferait pas la demande: "On considère que des produits qu'on ne propose pas au grand public ne devraient pas être offerts aux plus démunis".

Le 25 février, une société finlandaise d'agroalimentaire avait annoncé qu'elle allait redistribuer aux pauvres ses plats de kebab contenant de la viande de cheval, après avoir obtenu le feu vert des autorités sanitaires.

Dans la foulée du PDG de Picard, Philippe Pauze, qui a estimé un peu plus tôt dans la matinée que d'autres fraudes étaient à prévoir, M. Hamon a reconnu que dans la mesure où les contrôles étaient étendus dans les filières alimentaires, la découverte de nouveaux cas frauduleux ne pouvait être exclue. Il a promis en outre que les sanctions contre les auteurs de tromperie économique dans l'alimentaire seraient renforcées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2013 à 16:36 :
au dela de la supercherie entre viande de boeuf et cheval car il va sans dire que c'est une escroquerie mais "non mortelle" personne de l'extreme droite a l'extreme gauche ne denonce le vrai scandale : c'est celui de l'acheminement de la viande. elle part de roumanie via un trader pour aller dans le sud de la france pour etre enfin livree apres avoir retraverse le pays . tout cela avec des profits a chaque echelon et apres on s'etonne de payer aussi cher la bouffe sans compter l'environnement et cela personne ne le denonce .ça doit rapporter gros les actions dans l'agro alimentaire extreme droite;extreme gauche; droite; gauche et surtout les verts personne ne denonce ce genre de pratique (d'ailleurs generale a tout l'agro alimentaire ex:le ble achete a bas cout par les traders puis stocké et enfin revendu avec benef aux cours le plus haut) c'est bien la preuve qu'ils sont tous pourris quand aux journaleux ils se gavent de ces castes pour faire de l?audience denoncer ce qui leur plait et nous balancer des alertes info debiles et ininterressantes afin de compenser leur ignorance et leur inculture
a écrit le 01/03/2013 à 10:34 :
Finalement, les consommateurs (et, par charité, j'écris cela en un seul mot, quoi que l'envie me démange de sciender judicieuement le terme), qui se rabattent par fainéantise sur ces produits industriels totalement dégueus et hors de prix n'ont que ce qu'ils méritent ! Ils veulent bouffer de la m..de ? Pas de problème ? les industriels de l'agro-alimentaire, toutes marques confondues, se font un plaisir de leur en fourguer. Et si, en plus, ce ramassis de pigeons payent un maximum pour un minimum de qualité, c'est encore mieux ! Oh, certes, ces industriels de l'agro-alimentaire ont énormément de frais : il faut intoxiquer les produits avec des colorants industriels,des conservateurs plus ou moins douteux, des additifs toxiques et reconnus comme tels, ... Sans oublier que, pour fourguer la camelote aux gogos, il y a encore tous les frais publicitaires : ces superbes spots où même les acteurs font semblant de bouffer, sachant ce qu'il y a dans les assiettes.
Ce sont justement les pigeons feignasses et les gogos qui font la fortune des groupes agro-alimentaires voyous au détriment de ce qu'ils foutent dans leurs assiettes. Oh, Certes, ils paradent avec le dernier smartphone ou la dernière tablette du moment (moment particulièrement éphémère, certes, mais ils ne s'en rendent même pas compte), mais ils bouffent de la m..de.
La cuisine, la vraie, faite maison, est non seulement un plaisir, mais c'est aussi une nécessité. Réalisée avec des ingrédients frais et de qualité (le bio est plus sains, plus nutritif et plus économique à l'usage que les produits des agricultures conventionnelle et raisonnée qui empoisonnent sciemment les bêtes d'élevage et les cultures nourricières - c'est d'ailleurs pour cette raison que de plus en plus de personnes à faibles revenus se tournent vers le bio - chiffres officiels à l'appui). Rien n'égalera jamais le "fait maison". Et celles et ceux qui tentent de faire gober qu'ils (ou elles) "n'ont pas le temps" (très à la mode, histoire de faire croire qu'on est occupé) sont juste des incompétents notoires incapables de s'organiser pour l'essentiel ou des fainéants qui n'osent pas se l'avouer.
Cela dit, la viande de cheval est excellente ! Certes, cela n'excuse en rien les tromperies délibérées sur les étiquetages de ces très honnêtes industriels de l'agro-alimentaire (qui ont été abusés à l'insu de leur plein gré, tout le monde est prêt à gober ce mensonge, bien sûr !), mais c'est une viande d'un haut niveau qualitatif qui en vaut bien d'autres.
Quant à offrir les plats surgelés aux plus démunis, pourquoi pas ? Libre à eux de les accepter ou non. Mais en toute connaissance de cause. Ce qui fait que, en fin de compte, ils seront moins pigeons que les crétins qui payent ces produits dégueu à prix d'or. Allez, finalement, syons heureux : il y a une justice en ce bas monde !
Réponse de le 01/03/2013 à 13:47 :
Vos propos sont à la fois pertinents et dramatiquement exacts.
Effectivement, si les consommateurs avaient l'intelligence de vérifier le prix qu'ils paient (prix au kilo, par exemple) pour ces produits industriels qui ne sont rien d'autres, comme vous le dites très justement,que de la me.de (on dirait du Jean-Pierre Coffe), ils passeraient vite à autre chose. Mais pour cela, il faudrait encore qu'ils soient assez intelligents pour ne pas céder à une fausse facilité, qu'ils soient assez courageux que pour faire de la vraie cuisine, qu'ils aient assez de courage que pour ne pas se laisser matraquer et manipuler comme des moutons par les pubs mensongères, ... Bon, d'accord, on parle des français et des européens, mais on peut rêver, non ?
Tout à fait d'accord aussi avec le fait que la viande de cheval est non seulement agréable au goût, mais aussi intéressante sur le plan nutritionnel. Encore faut-il que les animaux n'aient pas été empoisonnés par des substances aussi douteuses que celles que l'on fourgue à tour de bras aux volailles de batteries et aux vaches dans les élevages industriels, même "made in france" ! Cela n'arrive bioen entendu pas avec du bio qui, comme cela a déjà été amplement démontré de manière irréfutable est au final nettement plus économique que les produits conventionnels (j'aillais dire toxico-conventionnels), c'est exact (moins de déchets, besoin de moins de quantité pour un meilleur sentiment de satiété, meilleure valeur sanitaire, meilleure valeur nutritionnelle, ...).
Plus douteux : tenter de refiler ces produits avérés toxiques aux plus démunis. Certes, après le battage médiatique, vous avez raison de dire qu'ils l'accepteraient en connaissance de cause, mais le principe même est absolument scandaleux et révoltant. Et même franchement crapuleux. Surtout au moment où l'on sait que des chaînes de la grande distribution, et notamment Carouf, interdit à ses gérants de distribuer les aliments non commercialisés mais encore consommables et qu'ils sont obligés de les traiter à l'eau de Javel. La méthode de Carrefour (mais bon, c'est Carrefour, faut-il s'étonner ?) est aussi crapuleuse que celle préconisée par Hamon. Et peu importe son appartenance politique qui n'a rien à voir là-dedans, n'en déplaise aux imbéciles heureux qui ramènent tout et n'importe quoi aux clivages gauche-droite parce qu'ils sont incapables de penser plus loin. Dans tous les cas, Hamon, Carrefour et les industriels de l'agro-alimentaire se conduisent comme des voyous et traitent les consommateurs et les citoyens comme les produits qu'ils leur fourguent : comme de la me.de. Question : vu le comportement de nombre de ces consommateurs, ont-ils tout à fait tort ?
a écrit le 01/03/2013 à 1:12 :
Si on parle marques françaises ou production française, on pourrait faire dans l?elixir de paris, genre spirit of st louis, en blanc, puisque le personnage était l?arbitre de l?Europe, la quintescence, une marque française à l?export, pour la balance. Pourquoi pas?
a écrit le 28/02/2013 à 20:15 :
eh les gars ça va maintenant? faut pas pousser, les français bouffent des saloperies tous les jours, ça on le sait, on est bien placé pour le savoir, eh dis donc pourquoi l'étiquetage est si réduit et en plus si rikiki, on voit rien sur l'étiquette, hein? Faut venir faire ces courses avec une loupe ou un microscope, exactement, hein pourquoi? parce qu'on le veut bien avec nos collègues des... de la bouffe mais bon dans ce coup là, faut bien dire que le hollandais (yen a toujours un chez eux qui franchit les limites ..) et le français là aussi et les autres sont allez un peu loin mais les grands distributeurs tu les prends pour des cons savent compter ces gars là, donc ...sinon il faut changer de métier..
a écrit le 28/02/2013 à 19:58 :
il faut faire la cuisine soi-même nom d'une pipe en bois !!! Mais ce n'est pas toujours évident d'égaler la qualité Findus. Tenez, hier soir j'ai essayé de faire des lasagnes maison façon Findus. Quelle galère pour trouver des tendons et du cartilage de cheval roumain : même dans les poubelles de mon boucher, je n'en ai pas trouvés. Quand j'ai mixé les débris d'os, d'oreille, d'yeux, de plèvre et de collagène, j'en ai mis partout, ça puait dans toute la cuisine. Après, des morceaux de dents et le crin de cheval ont cassé mon mixeur. Finalement, ma mixture se décomposait, était un peu verdâtre et puait la mort . J'avais visiblement oublié d'ajouter les additifs chimiques, édulcorants et autres colorants. Conclusion : faire soi-même, c'est pas toujours facile. Il faut bien reconnaître que les industriels ont un savoir-faire difficilement imitable... Alors merci Findus & co.
Réponse de le 28/02/2013 à 20:26 :
Dieu que je suis heureux de voir et de lire de plus en plus d'humour, de remarques et commentaires pertinents, et surtout impertinents, l'un ne pouvant aller qu'avec l'autre, merci à la Tribune vous portez bien votre nom? votre format est promis à un bel avenir, par rapport à votre concurrent direct très collet monté, noeuds pap has been et tout le tralala, faux culs à tous les étages...bravo au chroniqueur surtout aussi.
a écrit le 28/02/2013 à 19:26 :
A l'époque de la grippe aviaire, les poulets étaient bradés et aucun risque pour la santé . Pour les plats surgelés, ils n'ont qu'à baisser les prix , risque santé le même que s'il s'agissait du boeuf . Tous les animaux sont traités anti-inflammatoires, antibiotiques, alors ...., le seul souci futur la traçabilité pour le consommateur qui est en droit d'avoir connaissance de l'origine de la viande utilisée pour la préparation de ces plats cuisinés . Peut-être aussi , que cette "contre-façon" incitera à cuisiner les plats chez soi .
Réponse de le 01/03/2013 à 4:23 :
Vaudra faire aussi le tracé du consommateur avec tous ce qu'il ingurgite il est une dangers mobile.
a écrit le 28/02/2013 à 19:21 :
Avant on allait sur les hippodromes pour voir les courses de chevaux maintenant on va au
supermarché
Réponse de le 01/03/2013 à 12:31 :
Oui. Et on fait des paris sur le sommateur qui sera le premier à bondir sur la "promo" du jour.
a écrit le 28/02/2013 à 19:17 :
eh les gars ça va maintenant les français bouffent des saloperies tous les jours, ça on le sait, on est bien placé pour le savoir, hein eh pourquoi l'étiquetage est si réduit et en plus rikiki on voit rien sur l'étiquette, faut venir faire ces courses avec loupe ou un microscope, hein eh faut dire que les hollandais et le français là et les autres sont allez un peu loin mais les grands distributeurs et les multinationales de la bouffe tu les prends pour des imbéciles savent compter les gars donc....
a écrit le 28/02/2013 à 19:11 :
Rien de toxique... l'idée est bonne .... peut être une façon de se racheter une âme pour les fabricants frauduleux ... qui malheureusement ne s'impliquent pas dans cette démarche ... que je sache (ils ont tort... bon coup de pub... en sachant bien tourner les choses) !
a écrit le 28/02/2013 à 19:03 :
Distribuezr les à la légion ils vous remercieront en chantant : Tiens voila du bourrin voila du bourrin
a écrit le 28/02/2013 à 19:01 :
enfin une bonne nouvelle !
a écrit le 28/02/2013 à 18:39 :
Et pourquoi on ne les donnerait pas aux cantines de l'Elysee et des ministères, ça ferait de grosses économies et montrerait a notre gouvernement ce qu'on est oblige de manger quand ils nous ont mis sur la paille
Réponse de le 25/08/2015 à 11:43 :
qu'en on parle des créations d'entreprises. .. quand on parle plutôt ? (dans le titre)
a écrit le 28/02/2013 à 18:10 :
quand on peut pas vous le vendre on vous le fait bouffé de force on aura tout vu pff quel pays je vais me barrer !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 28/02/2013 à 18:00 :
Alors là c'est le commencement de la fin, comme quoi même sous des socialistes et des écologistes, ya pas qu'avec Sarko, la fin justifie les moyens surtout quand il s'agit de se donner bonne conscience alors qu'on a 5 millions de chômeurs en France et ça va continuer à monter, et peut entre 15 et 20 millions de pauvres ou pas loin. Tenez vous bien, ces gens là proposent de filer aux pauvres des produits toxiques puisque on sait que le cheval a été traité avec certains produits impropres à la consommation et on nous dit euh les produits ont été mal étiquetés; tout ça sous un gouvernement SOCIALISTE et ÉCOLOGISTE. DINGUE NON? Je vous recommande deux petits films de SF pour ce soi, après vos raviolis ou spagets bolognaise ou vos lasagnes, Soleil Vert et Brazil.
a écrit le 28/02/2013 à 17:34 :
Personnellement c'est loin de me choquer... Je serais moi même tout à fait prêt à manger ce genre de plat à prix réduit (parce que le cheval c'est bon, mais ça devait pas être du label rouge dans cette affaire...).
Aucun risque sanitaire... le goût doit être similaire (si ce n'est identique)... pourquoi pas?
a écrit le 28/02/2013 à 17:09 :
donner de la nourriture a chien a des hommes ,la revolution chassons cette bourgoisie par la force
Réponse de le 01/03/2013 à 11:07 :
Non, indigné ! Mes chiens ne bouffent pas de la me..de !
5 kg de nourriture pour mes chiens = 54 euros. ET j'ai besoin de 6 sacs/mois.
Quand on aime ...
a écrit le 28/02/2013 à 17:08 :
ET pourquoi pas à l,assembblée Nationale ou même à l,Elysée
a écrit le 28/02/2013 à 16:49 :
c'est quoi ces commentaires . .. .
de + en + faible sur la tribune !
Réponse de le 28/02/2013 à 17:00 :
pas d'érudits, ici!
Réponse de le 28/02/2013 à 17:02 :
Ben, c'est comme pour tout...tout régresse! la pertinence, itou !
Réponse de le 28/02/2013 à 17:07 :
on retrouve ce"fait divers"dans la presse,alors pourquoi pas dans la Tribune?
a écrit le 28/02/2013 à 16:48 :
On pourrait aussi les proposer aux consommateurs qui ont surpayé depuis longtemps.Pour ceux là c'est seulement métro,dodo,boulot.
Réponse de le 28/02/2013 à 19:00 :
Exact. Pourquoi ne pas proposer un geste commercial de la part des marques impliquées dans cette vaste escroquerie? Reste de leur charge d'attaquer leur fournisseur.
Réponse de le 28/02/2013 à 19:49 :
Avez-vous pensé aux actionnaires..?? Allons ... soyez raisonnables.c'est tout ce qui leur reste, à ces pauvres actionnaires pur survivre : prendre en otage la nourriture.
a écrit le 28/02/2013 à 16:39 :
Y'a ka donner la viande aux vieux comme ça plus de maison de retraite à construire.
a écrit le 28/02/2013 à 16:34 :
Ben puisque personne n'en veut, on va le donner aux associations... Quelle générosité ! Je n'en attendais pas moins d'un politicien.
Réponse de le 03/03/2013 à 5:21 :
Vous avez raison, il vaudrait mieux la jeter... Les millions de pauvres en France qui se feraient, j'en suis convaincu, un plaisir de manger du cheval (qui est un animal délicieux au demeurant) vous seront intimement reconnaissants pour la pertinence de votre réaction...
a écrit le 28/02/2013 à 16:11 :
Il convient de rappeler que 30% de l'alimentation humaine produite dans le monde est détruite pour des raisons d'économie et d'inorganisation.
On ne va pas faire un fromage pour quelques centaines de tonnes de produit immédiatement périssable. Autorisons les distributeurs à récupérer la tva et à brader cette marchandise. Cela au moins restaurera la confiance des consommateurs.
Réponse de le 28/02/2013 à 16:54 :
Pas idiot. Il sera même possible de leur vendre plus cher qu'aux centrales d'achat de la "distribution". Bon plan, ça...
a écrit le 28/02/2013 à 15:47 :
Bon appétit !
a écrit le 28/02/2013 à 15:40 :
Hé, si vous voulez me donner de la nourriture gratuite, je suis preneur. Tous mes collègues et collaborateurs seront ravis de disposer d'aliments comestibles à titre gracieux, vu qu'à la différence des parasites, nous sommes obligés de payer tout ce que nous mangeons.
Réponse de le 28/02/2013 à 17:05 :
Gratuite peut-être, mais tu sais pas ce qu y a dedans, on sait jamais...sinon, on peut aussi dire que tu es parasite de ton patron, car tu pourrais pas vivre sans lui ??
Réponse de le 28/02/2013 à 17:16 :
@Bastien. Je suis choquée par vos propos. Comment pouvez-vous écrire que les personnes devant aller quémander de l'aide à des associations type Restos du Coeur, Secours Catho ou autres sont des "parasites" ??!! Sont-elles pour vous tout juste bonnes à éradiquer ou à chasser ?
Réponse de le 28/02/2013 à 18:41 :
Bon alors, deux choses pour répondre : 1) je suis le patron d'une PME, donc, je chéris mes collaborateurs. Et eux payent tout plein pot pour que d'autres mangent à l'oeil. 2) je n'ai absolument aucune sympathie pour les associations pseudos caritatives françaises. J'ai déjà eu l'occasion de m'exprimer très largement sur ce point et surtout d'expliciter pourquoi au delà du manichéisme béat "il n'aime pas les restos du coeur, c'est un méchant". Les américains ont un proverbe que j'aime beaucoup et qui dit "Il n'y a aucun repas gratuit". Alors, méditez là dessus et on en reparlera.
Réponse de le 28/02/2013 à 18:41 :
Oui, oui
Réponse de le 28/02/2013 à 20:57 :
Bastien, vous êtes ridicule. Pourquoi voulez vous que vos collaborateurs ne payent pas tout ce qu'ils consomment plein pot? Est-ce que les clients de votre PME ne payent pas vos services ou vos produits plein pot? Votre raisonnement est d'une niaiserie affligeante. Tout le monde paye tout plein pot, mais il y a comme partout des personnes qui sont dans le besoin. Sortez de votre égocentrisme, les gens qui reçoivent les aides d'associations caritatives sont dans des situations difficiles et humiliantes. Croyez moi, ce n'est pas un plaisir d'aller manger aux Restos du Coeur. Quand aux américains, ils donnent beaucoup plus que les français. Alors vous, petit patron mesquin, suivez l'exemple de Warren buffet si l'Amérique doit vous guider, learn the meaning of philantropy...
Réponse de le 01/03/2013 à 0:20 :
@ Vinclondon

Je suis sans nul doute un petit patron mesquin, même si je crois que mes collaborateurs ne changeraient pour rien au monde et pas seulement parce que le chômage de masse frappe la France. Quant à la philanthropie américaine que vous citez, je me permets juste de rappeler qu'elle est le fait de patrons dont la charge fiscale ne dépasse jamais 14 %. Warren Buffet avait d'ailleurs demandé à Obama d'accroître le pourcentage d'impôts au delà d'une certaine somme. En comparaison des 61 % qui me frappent, j'estime avoir très nettement le coeur proche du porte-monnaie puisque l'on prend le fruit de mon travail au delà du nécessaire. Pour en revenir à Buffet, je signale seulement que son immense fortune est due à la spéculation pure. Cet homme n'a jamais rien créé ni produit pour le bien de l'humanité. Dans ces conditions, je comprends que sa glande morale le titille au point de devoir se donner bonne conscience. Moi, j'ai 60 personnes à faire vivre chaque mois dans ce pays. Donc, je vous confirme qu'en effet, une bonne part d'entre eux verrait d'un bon oeil l'octroi de nourriture gratuite puisque j'ai atteint le maximum des bénéfices distribuables pour ne pas mettre ma société en péril. Mais je me demande pourquoi j'ergote avec une personne qui méconnaît totalement les risques du petit patronat ?!
Réponse de le 01/03/2013 à 4:59 :
Je suis radin et je le reste, et dans le verbe et dans le geste.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :