Des baguettes de pain au coeur d'une affaire d'espionnage industriel

 |   |  371  mots
Du pain en vente 24h/24, c'est ce que proposent les sociétés Pany Vending et Elodys / Reuters
Du pain en vente 24h/24, c'est ce que proposent les sociétés Pany Vending et Elodys / Reuters (Crédits : AFP)
Le créateur du distributeur automatique de baguettes de pain Pani Vending va poursuivre son nouveau concurrent Elodys pour "espionnage industriel". Ce dernier se défend en affirmant que leurs technologies sont "complétement différentes".

Il n'y a pas que les grandes entreprises qui portent plainte pour espionnage industriel. Lundi 8 juillet, Jean-Louis Hecht, le créateur de Pani Vending a annoncé son intention à l'AFP de poursuivre son premier et seul concurrent Elodys pour espionnage industriel. Le créneau de ces deux entreprises? La vente de baguettes de pain en distributeur automatique.

Une idée simple et fructueuse à laquelle il fallait tout de même penser. C'est ce que fit en premier Jean-Louis Hecht qui a lancé, il y a un an Pani Vending, un distributeur qui permet aux clients d'aller acheter leur pain 24h/24, 7 jours/7.

Cinquante emplois à la clé

Jeudi 4 juillet, Jean-Pierre Ferrante a inauguré à son tour son premier distributeur... un peu plus sophistiqué à Pompey (Meurthe-et-Moselle). Son avantage ?  Sa machine, baptisée "Compagnon du boulanger", finalise la cuisson des baguettes précuites. Résultat : le pain sort tout chaud des "fourneaux" jusqu'aux paniers des consommateurs.

Une nouvelle technologie qui devrait créer une cinquantaine d'emplois. La société porteuse du projet, Elodys, prévoit en effet de construire un site d'assemblage pour ces machines, en 2014, à Void-Vacon (Meuse).

Elodys vise à terme "une production de 20 machines par semaine, soit jusqu'à 1.000 par an" pour un chiffre d'affaires annuel "de 30 à 40 millions d'euros", a déclaré son patron à l'AFP. Bien plus que les 500 000 ? déjà dégagés par Pani Vending.

"Nos technologies sont complètement différentes"

"M. Ferrante nous a dépossédé de notre bébé", a critiqué Jean-Louis Hecht. "Il nous avait approché, disant qu'il aimerait bien travailler avec nous (...). Il devait nous faire des propositions pour nous fournir de la tôle. Nous lui avions fait visiter notre bureau d'études au Portugal et il avait même signé un document de confidentialité. Mais il s'est littéralement assis dessus", a-t-il dénoncé.

Son concurrent a rejeté en bloc ses accusations : "Nos technologies sont complètement différentes, nos brevets aussi (...). Des gens ont travaillé sur cette idée depuis les années 1990, ils ont tous échoué à produire une machine rentable. M. Hecht a lui-même copié d'autres prédécesseurs (...) Ils ont tous abordé le problème en tant que boulangers, pas en tant qu'industriels", a-t-il ajouté. La guerre des baguettes ne fait que commencer. 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2013 à 15:58 :
Cela fait des années que des distributeurs de pizza chaudes existent. On a freiné la problématique des distributeurs automatiques toutes catégories confondues pour éviter un écroulement de l'emploi. En effet les clients se limiteraient d'après les études faites sur le sujet aux produits de base en évitant le plus possible de se rendre dans un hyper pour échapper aux achats d'impulsion. Il était prévu que les prix changent automatiquement au cours de la journée : Plus cher la nuit, les jours fériés... Il est possible également avec sa carte et maintenant son téléphone de commander par lot suivant les promotions disponibles et de se faire livrer le reste de la commande le lendemain. Les produits confectionnés sur place échappant à cette règle non écrite, les boulangers en ont profité, d'autres suivront. Déjà les distributeurs du métro théoriquement limités aux boissons fraîches y dérogent. On considère que ce sont les deux tiers du personnel de la grande distibution qui sont ménacés ainsi que l'équilibre des enseignes. Toutefois d'autres (parmi les économistes) y voient un moyen nouveau utilisé par le gouvernement pour leur faire augmenter les prix -tout en en combattant le principe- la TVA étant celle la plus forte, et éviter ainsi la déflation qui guette.... Nos boulangers ennemis arrivent à point !
a écrit le 09/07/2013 à 14:52 :
Ne le prenez pas trop mal mais je vous recommande d'éviter de vous nourrir avec ces produits ! Ex boulanger viennois dans toutes les sortes de types de production et à de multiples endroits du monde ; je vous le dis : évitez la panification industrielle (et surtout celles ou les produits sont congelés et livrés pour réchauffe et cuisson sur terminaux.). Abstenez vous ou préférez la boulangerie de qualité quitte à congeler les produits achetés pour cause d'éloignement ou de temps!( Be smart be Clever ), soyez plus malins que ces empoisonneurs de la santé humaine....
Réponse de le 23/08/2013 à 7:59 :
à quand l'affichage de la composition des ingrédients des farines industriel , vous seriez surpris de voir ce qu'il y a dedans pour recréer une pseudo baguette qui n'en n'est pas une hélas on ne leur oblige pas et pourquoi devinez ?et s'il vous plait ne parlez pas de pain ce n'en est pas c'est un mélange de farine de poudre à perlimpinpin de la levure et d'eau en quelque sorte c'est une copie de ce que fait un vrai boulanger à déconseiller de donner cette merde au enfants

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :