Danone touché par un nouveau scandale laitier en Chine

 |   |  477  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Le groupe français a rappelé dans plusieurs pays d'Asie des lots de lait en poudre pour bébé de ses marques locales Dumex et Karicare, en raison d'un risque de botulisme dans certains produits laitiers fabriqués par un de ses fournisseurs, le néo-zélandais Fonterra.

Danone est concerné par le risque de botulisme dans certains produits laitiers fabriqués par un de ses fournisseurs, le néo-zélandais Fonterra. Le groupe français a en effet rappelé dans plusieurs pays d'Asie des lots de lait en poudre pour bébé de ses marques locales Dumex et Karicare. "A titre de précaution, des lots ont été rappelés en Chine, à Hong Kong, en Malaisie, en Thaïlande et en Nouvelle-Zélande mais aucune plainte de consommateur n'a pour l'instant été signalée", a indiqué lundi un porte-parole du géant agroalimentaire. Aucune indication sur le nombre de lots et le volume n'a toutefois été donnée. Pour autant selon le groupe néo-zélandais "douze lots de Dumex sont concernés, la moitié est dans ses entrepôts, l'autre moitié en cours de rappel". Ce lundi à la Bourse de Paris à 14h37, le titre Danone perdait 1,42%.

Coca-Cola et Wahaha concernés également
Ce week-end, Fonterra, l'un des fournisseurs majeurs de Danone en Asie, a révélé que trois lots de petit-lait, utilisé pour la fabrication de laits maternisés et de boissons pour les sportifs, contenaient une bactérie pouvant causer le botulisme, une intoxication susceptible de provoquer la paralysie, voire la mort.
Dans la foulée, l'Autorité chinoise de régulation pharmaceutique et alimentaire avait demandé dimanche aux trois entreprises agroalimentaires ayant utilisé ces lots de Fonterra de "cesser immédiatement de vendre" et de "rappeler tous les produits" pouvant contenir des éléments incriminés. Parmi les entreprises visées par les autorités chinoises pour avoir acheté les lots de lactosérum incriminés figurent, outre la filiale de Danone, l'américain Coca-Cola et le groupe chinois Wahaha dont les processus de fabrication auront tué la bactérie, selon Fonterra.

Méfiance
Cette affaire ravive les craintes des consommateurs chinois éprouvés par la succession d'affaires ayant terni ces dernières années l'industrie laitière chinoise. La méfiance est notamment de mise depuis un retentissant scandale du lait frelaté à la mélamine, qui, en 2008, avait tué six enfants et rendu malade 300.000. L'entreprise chinoise qui le commercialisait était contrôlée en partie par Fonterra. Aussi, des millions de familles à s'approvisionnent en lait maternisé à l'étranger - ou à défaut achètent les marques étrangères vendues en Chine, de loin le plus gros importateur de produits laitiers dans le monde.
Outre la Chine, d'autres pays destinataires des exportations de petit-lait de Fonterra ont également réagi. Singapour et la Malaisie ont rappelé certains des laits infantiles de marques clientes du groupe néo-zélandais, indiquant le faire par précaution. En Russie, les autorités ont annoncé l'interdiction des produits laitiers de Fonterra, tandis qu'en Arabie saoudite un lot de lait maternisé contenant la bactérie a été saisi avant qu'il ne soit distribué sur le marché.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/08/2013 à 16:20 :
Le scandale de la mélamine qui ne concernait en rien Danone était un trafic indépendant de la part de Fonterra. Sur le problème d'aujourd'hui il s'agit de l'éventualité d'une contamination de lots de lactosérum (donc un produit additif riche en acides aminés et non de lait) fournis par Fonterra à Danone suite à une analyse de résidus de fabrication. Il est possible qu'il n'en soit rien. Cependant par principe de précaution on à retiré tous les lots ayant pu être concernés comme il se doit. Danone qui a connu auparavant un différent commercial avec une entreprise chinoise qui le pillait n'est pas responsable de cette situation. Le groupe français a d'ailleurs été indemnisé indirectement en rachetant une société importante il y a peu. Ses analyses de contrôle sur le lactosérum n'ont rien décelé et l'essentiel des lots achetés qui étaient encore dans ses locaux s'avèrent sains. Fonterra s'est excusé auprès de la population et des autorités chinoises pour le risque potentiel encouru. Il s'agit bien d'un risque eventuel incertain alors qu'aucune plainte ni conséquence n'a été déclarée parmi les consommateurs. Les chinois ont appris à démêler les problématiques alimentaires qui concernent essentiellement les groupes chinois. Il est peu probable que Danone soit touché plus avant.
a écrit le 06/08/2013 à 10:25 :
cela on l'appelle " l'exception française " une question de culture et arnaque!!!
a écrit le 06/08/2013 à 9:29 :
Dans le viseur on peut mettre la commission Européenne sur les boues d'épandages autorisées dans la communauté Européenne qui pollue beaucoup de nappes d'eau souterraines et environnement aux métaux lourds et agents microbiens infectueux pathogènes et chimiques résidus de médicaments et polluent ainsi tout doucement la chaine alimentaire.
a écrit le 05/08/2013 à 21:17 :
Bravo Danone, qui ne sait que distribuer les produits de ses concurrents. Le pauvre Antoine doit se retourner dans sa tombe...
a écrit le 05/08/2013 à 17:12 :
Les producteurs de lait Français doivent rire jaune......mais avec un gout amère .
a écrit le 05/08/2013 à 16:16 :
Toujours le meme soucis : controler la qualité des produits. Le boeuf remplacé par le cheval n'a manifestement pas servi de leçon, sans doute que Danone se croit a l'abri des manipulations alimentaires (contaminations en tou genre comprises)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :