FagorBrandt, peut-on encore y croire ?

 |   |  1958  mots
Les salariès de FagorBrandt lors dela manifestation du 5 novembre dernier / Reuters
Les salariès de FagorBrandt lors dela manifestation du 5 novembre dernier / Reuters (Crédits : Reuters)
Le fabricant d’électroménager, en redressement judiciaire, est à la recherche d’un repreneur. L’inventeur de la table de cuisson à induction et le spécialiste du froid et du lavage compte sur sa technologie et sur ses marques pour séduire. Et tournerait bien la page d’une tutelle espagnole trop atypique.

L'occasion d'un nouveau départ. Mercredi 6 novembre, à l'issue du CCE qui vient d'entériner la demande de cessation de paiement de FagorBrandt, c'est plutôt l'espoir qui domine au siège du fabricant d'électroménager, à Rueil-Malmaison.

Pourtant, la situation est préoccupante. Le 16 octobre, le groupe coopératif Mondragon, qui fédère plus de 250 sociétés réalisant 14 milliards d'euros de chiffre d'affaires avec 80.000 personnes, a refusé d'octroyer 170 millions d'aide à l'une de ses coopératives, Fagor Electrodomésticos, écrasée par une dette de 859 millions d'euros.

Dès lors, le sort de la filiale française est scellé. Les fournisseurs ont cessé leurs livraisons, entraînant l'arrêt des quatre usines, et des chaînes du site de Gerland, près de Lyon, cédé en 2011 à la société SITL mais qui produit encore des lave-linge pour FagorBrandt. Une sous-traitance qui devait aller en s'amenuisant, avec le transfert progressif de la production vers la Pologne, mais qui assure encore 85% du chiffre d'affaires et occupe 160 des 409 salariés, selon Pierre Millet, le PDG de SITL.

Lequel s'étonne de ne pas avoir été alerté : « J'avais des relations régulières avec la direction de FagorBrandt qui, à aucun moment, n'évoquait l'hypothèse d'un dépôt de bilan », assure-t-il.

Le 7 novembre, le tribunal de commerce de Nanterre prononce la mise en redressement judiciaire de FagorBrandt, avec une période d'observation de six mois, et donne jusqu'au 13 décembre aux éventuels repreneurs pour se déclarer. Sur les neuf premiers mois de 2013, le chiffre d'affaires a baissé de 12%, à 382 millions d'euros, et les pertes, de 32 millions au premier semestre, sont estimées à 15 millions pour le troisième trimestre.

Les moyens de redémarrer

À court terme, l'entreprise va tenter de trouver les « 25 à 35 millions d'euros nécessaires pour faire redémarrer les usines, au moins partiellement », expliquait Thierry Léonard, le directeur général, à l'issue du CCE.

Selon lui, le carnet de commandes de FagorBrandt s'élève à 82 millions d'euros hors taxes. Et « nous avons plusieurs dizaines de milliers d'appareils en stock sur nos centres logistiques de Meung-sur-Loire et Saint-Quentin-Fallavier, si bien que certaines familles de produits restent approvisionnées normalement. Cela nous donne les moyens de redémarrer ». La procédure de redressement judiciaire a gelé les créances.

Et « nous essayons de maintenir nos relations avec nos partenaires stratégiques, explique Thomas Raffegeau, le directeur marketing. Pour la logistique, par exemple, Norbert Dentressangle nous accompagne ».

À moyen terme, les dirigeants de FagorBrandt veulent croire à l'avenir de leur entreprise.

« La décision de Mondragon nous donne la possibilité d'ouvrir de nouvelles pistes, assurait Thierry Léonard le 6 novembre. Nous allons profiter de la période d'observation pour mener des négociations avec des partenaires financiers, qu'il s'agisse de fonds d'investissement ou de tiers, acteurs du domaine ou de domaines connexes. »

La longueur de la période d'observation les rassure aussi.

« Les juges pensent donc que l'entreprise a un avenir, commente Thomas Raffegeau. Ils estiment que nos marques, nos sites, nos technologies… ont une valeur. »

FagorBrandt

Des marques et un savoir-faire porteurs

« FagorBrandt peut miser sur son savoir-faire dans les appareils encastrables, le segment le plus porteur du marché, poursuit le directeur marketing. Et l'entreprise est un acteur incontournable dans le domaine de la cuisson, avec ses marques De Dietrich et Sauter. »

C'est elle, en particulier, quand elle s'appelait encore Thomson Électroménager, qui a inventé en 1990 les tables de cuisson à induction. Une technologie qui représente désormais 48% des ventes, selon les chiffres du Gifam, le syndicat des fabricants d'électroménager. Au printemps dernier, FagorBrandt a mis sur le marché une table à induction dite « à zone libre » : l'utilisateur peut poser sa casserole, sa poêle ou sa poissonnière sur n'importe quel endroit de la zone de cuisson. Dans le froid et le lavage, c'est sur les économies d'électricité et d'eau que l'accent a été porté.

« Nous avons mis au point pour nos lave-vaisselle et nos lave-linge une technologie dite ''Watersaver'' consistant à récupérer l'eau du dernier rinçage dans un réservoir, puis à la réinjecter dans la machine au moment du lavage suivant. Cette technologie a obtenu un prix de l'innovation à la Foire de Paris 2012. »

Les cinq années de crise subies par Fagor Electrodomésticos ont certes amputé la capacité d'innovation du groupe. Paul Briglia, délégué syndical central CGT de FagorBrandt, qui travaille sur les lave-linge au centre de R&D, maintenu à Lyon, dénonce cette « baisse de l'innovation. Car, dans le métier de l'électroménager, les marques doivent faire parler d'elles ». Mais Thomas Raffegeau nuance un peu.

« Depuis 2009, Fagor a investi plus de 150 millions d'euros en R&D, explique-t-il. Sur ce total, 62 millions ont été investis en 2009, puis les dépenses ont un peu baissé. La crise nous a obligés à hiérarchiser nos investissements pour les porter sur les produits les plus stratégiques. » Et, selon lui, « le groupe possède aujourd'hui un portefeuille de plus de 1.300 brevets, répartis sur les différents pôles d'innovation et de compétences ».

Quant aux marques (Brandt, Vedette et Sauter dans l'Hexagone, Fagor et De Dietrich à l'international), elles constituent aussi un point fort de l'entreprise, rappellent les dirigeants de FagorBrandt.

« Notre succès en France, où nous détenions 14,2% de parts de marché à fin 2012, vient surtout de la notoriété de Brandt », indique Thomas Raffegeau.

Ces marques, la filiale française n'en est pas propriétaire. Elles sont détenues depuis longtemps, et pour des raisons fiscales, par une filiale irlandaise (simple coquille juridique) de Fagor Electrodomésticos. Ce qui inquiète certains élus. Mais le directeur marketing se veut rassurant.

« Ces marques sont hébergées dans une filiale du groupe, mais leur utilisation est régie par des contrats. Et nous sommes donc protégés par un cadre légal. » « En imaginant même le pire, à savoir la liquidation judiciaire de Fagor, les marques seraient récupérées par les banques créancières. Et quel serait leur intérêt à ne pas les louer à FagorBrandt, quels que soient les repreneurs ? », observe Paul Briglia, à la CGT.

Non, décidément, les FagorBrandt ne veulent pas se laisser abattre. D'autant que les difficultés actuelles ne sont pas les premières pour l'ex-Thomson Électroménager. Vendu à l'italien Elfi en 1992, il se retrouve fusionné en 2000 avec Moulinex, alors mal en point, et l'ensemble fait faillite en 2001. L'activité de gros électroménager est alors reprise par l'israélien Elco qui la cédera, quatre ans plus tard, à Fagor Electrodomésticos pour 162 millions d'euros.

« La stratégie de cette coopérative consistait alors à s'agrandir pour compenser la faiblesse de la demande espagnole », explique Jacques Prades, maître de conférences en sciences économiques à Toulouse, qui étudie depuis dix ans le fonctionnement de Mondragon. « Fagor avait pris 10% du capital aux côtés d'Elco, avant de reprendre complètement l'entreprise, rappelle Paul Briglia. Et cela nous a rassurés, car ce sont de vrais professionnels du secteur. »

Mais, aujourd'hui, certains salariés de FagorBrandt ne cachent pas leur soulagement de sortir de l'orbite du groupe basque à l'occasion du redressement judiciaire de la filiale.

« Nous n'appartenons plus à Fagor et le patron de FagorBrandt, désormais, c'est l'administrateur judiciaire », insistait Philippe Bréger, délégué CGT de l'usine de La Roche-sur-Yon, à l'issue du CCE tenu à Rueil. Visiblement satisfait d'avoir retrouvé une certaine autonomie.

four

Une critique forte du management espagnol

Pourquoi ce désamour envers une maison mère dans laquelle les employés sont propriétaires et responsables de leur entreprise ? Parce que Fagor Electrodomésticos a modifié son modèle originel.

« Jusqu'en 1971, tout coopérateur travaillant chez Fagor est apporteur de capital, explique Jacques Prades. Il ne touche pas de salaire, mais une avance sur travail, dont le montant est voté en début d'année par les coopérateurs eux-mêmes. Mais, en 1971, la règle a été modifiée pour permettre l'embauche de salariés, dans la limite de 25% des effectifs. »

Lorsque l'entreprise se lance dans la croissance externe, les employés des sociétés acquises, comme Brandt en France, ne deviennent pas des associés, mais restent des salariés.

Et « lorsque Brandt a été repris, en 2005, il y existait une culture d'entreprise, qui était une culture du conflit, avec marquage de classe, poursuit Jacques Prades. Alors que les coopératives de Mondragon se sont créées autour de la culture du collectif, qui est leur vraie marque de fabrique ».

Entre les « socios » (associés) de Fagor et les salariés de Brandt, le courant passe mal. Et l'aggravation de la crise en Espagne, qui fait s'effondrer les ventes d'électroménager, n'arrange rien.

Chez Fagor, « l'emploi ne constitue pas une variable d'ajustement, insiste Jacques Prades. Toutes les astuces ont donc été mises en oeuvre pour faire face, par exemple l'annualisation du temps de travail, le passage des salariés d'une coopérative à l'autre, la réduction volontaire des rémunérations ».

Et Mondragon elle-même « a fait tout ce qu'elle a pu tant qu'elle y a cru, indique Guy Babolat, président de l'Union des sociétés coopératives de Rhône-Alpes. Elle a dépensé beaucoup d'argent ».

De fait, Mondragon a apporté 300 millions d'euros au total à la coopérative d'électroménager avant de dire non à sa dernière demande. En France, les efforts de rationalisation de Fagor sont mal vécus.

« Les Espagnols ont cassé l'organisation. Ils ont rapatrié certaines fonctions comme le marketing, le design ou l'informatique », accuse Philippe Breger.

Son usine de La Roche-sur-Yon a aussi vu partir vers l'Espagne certaines lignes de lave-vaisselle, donnant aux salariés l'impression que régnait le « chacun pour soi ». La stratégie est également critiquée :

« Dès 2007, le groupe est entré dans une guerre des prix sur les appareils non encastrés, regrette Paul Briglia. En fait, il a appliqué à la France la politique mise en oeuvre en Espagne pour remporter les appels d'o"res des promoteurs immobiliers. »

Et les salariés reprochent aux Espagnols leur manque de réactivité.

« Les instances de décision sont plus nombreuses, ce qui explique cette lenteur, reconnaît Jacques Prades. Mais c'est aussi grâce à cette lenteur, aboutissant à des décisions plus mûries, que les coopératives ont résisté. »

La craintye de l'effet domino

Et maintenant ? Salariés et dirigeants espèrent un repreneur. Mais ils savent que le marché européen reste difficile. Indesit, le rival italien, est lui aussi à vendre.

FagorBrandt a des atouts, mais les petites usines maintenues en France à tout prix peuvent-elles faire le poids face aux unités géantes montées par les concurrents en Europe de l'Est ? Et l'argument du « fabriqué en France » suffira-t-il à convaincre ?

Quant au modèle coopératif, il montre là ses limites.

« En Espagne, ce modèle a servi d'amortisseur à la crise, mais cela ne peut durer que si l'activité repart », estime Jacques Prades, qui a publié récemment un livre intitulé Tous en coopératives (éditions Le vent se lève).

Et de s'inquiéter pour l'ensemble de Mondragon, notamment pour la caisse de sécurité sociale Lagun Aro ou la coopérative bancaire, Caja Laboral, qui irriguent toutes les structures du complexe coopératif de Mondragon.

« Il faut espérer qu'il n'y aura pas trop d'effet de domino », soupire-t-il. Selon Sergio Trevino, le patron de Fagor Electrodomésticos, une liquidation de sa coopérative se traduirait par un trou de 480 millions pour Mondragon.

À Lyon, enfin, où la reconversion progressive du site Brandt par SITL était vue comme un vrai test de réindustrialisation, on s'interroge. Autant dire que la défaillance de FagorBrandt et de son atypique maison mère fera l'objet, dans les prochains mois, de toutes les attentions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2013 à 16:46 :
FAGOR BRANDT c'est fini. Les syndicats croient au père Noel ! Ecrasé par les dettes et une mauvaise gestion le groupe Español MONDRAGON n'a pas souhaité réinjecter de l'argent dans sa propre entreprise.
1,3 milliards d'Euros c'est la dette de FAGOR BRANDT.
Peut être Bernard TAPIE pourrai étudier un plan de sauvetage.....
Allez Nanar, regardes ce que tu peux faire !
a écrit le 20/11/2013 à 23:48 :
FagorBrandt n'a aucune chance de survivre seul parce qu'ils sont trop petits. 500 millions de chiffre d'affaires ne font pas le poids comparé aux Electrolux, Whirlpool ou Bosch-Siemens qui font 10 milliards ou plus. On voit mal comment ils pourraient tenir le rythme pour le budget de R&D et les économies d'échelle. La notoriété des marques est aussi toute relative, Brandt, Sauter et Vedette n'existent qu'en France.
a écrit le 20/11/2013 à 20:43 :
Fabriquer en France c'est bien
Il manque juste des consommateurs et surtout des distributeurs
Merci à tous
a écrit le 20/11/2013 à 18:18 :
Une plaque induction SAUTER tombée en panne après 1 an: intervention sous garantie.
Une hotte aspirante SAUTER tombée en panne 1 semaine avant fin de garantie: intervention après maintes relances au bout de 3 mois. MAIS de nouveau en panne pour la même raison après 6 mois.
Dans les 2 cas un problème de carte électronique: conception ou qualité des composants ou qualité de fabrication (je suppose made in asia)?
Bref, pour le prix ce n'est pas sérieux.
Réponse de le 21/11/2013 à 10:57 :
ce qui n'est pas sérieux, c'est de constater que plusieurs consommateurs tirent sur l'ambulance. ce groupe représente rien qu'en france 2000 salariés (hors prestataires), demain ceux là disparaissent, je pense que la consommation française sera obligatoirement impactée, et donc peut être vous, dans vos métiers. les marques allemandes sont fortes, mais leurs consommateurs sont protectionnistes, pas la même philosophie en france.
Réponse de le 25/11/2013 à 22:44 :
Machine laver Thomson Brandt nickel. Lave linge Brandt le plus économique du marché : nickel: Dans toutes les masoins de campagne, regardez les vieux Frigos Brandt toujours présents et fonctionnels.
Regardez dans la presse la semaine passée, le communiqué de BOSH et plus dans la presse d'info, sur le risque d'incendie des Lave Vaisselles et linge BOSH ( 500 000 unités concernées !!! )
Dans le communiqué, BOSH recommande de ne pas les faire tourner la nuit ( parfait pour les tarifs bleus EDF :-) ) ou alors de dormir à coté ? Alors cessez de cracher sur les productions de vos compatriotes Français.
a écrit le 20/11/2013 à 16:31 :
J'ai un lave linge Vedette . J'en suis trés content . J'ai chois cette marque uniquement pour la mère Denis , mon choix était donc purement sexuel . je ne regrette rien ..
a écrit le 20/11/2013 à 9:40 :
Brandt bradée par Thomson pourrait retrouver sa place par l'action d'un investisseur français pourquoi pas SEB leader mondial du petit électro-ménager , il y a de l'avenir dans ce créneau, c'est un secteur où les innovations sont nombreuses et les cartes rebattues alors Arnault t'a plus d'idée...?
a écrit le 20/11/2013 à 3:14 :
Il faut un chevalier blanc pour racheter cette entreprise, lancons un crowdfunding !
a écrit le 19/11/2013 à 22:56 :
Ce n'est pas Thomson qui à inventé la table de cuisson à induction. Le principe est connu depuis des décennies, et AEG par exemple en a sortie en 1987 avant Thomson.
a écrit le 19/11/2013 à 21:32 :
Tout l'électroménager que j'ai acheté de marque Brandt m'a toujours donné satisfaction. Si la marque continue de fonctionner, c'est certain j'achèterai cette marque. Elle représente pour moi le vrai made in France.
a écrit le 19/11/2013 à 17:08 :
12 avril 2013: j'achète un lave-linge neuf de marque Brandt.
23 avril 2013: le lave-linge est livré et installé chez moi par des professionnels.
13 mai 2013: le lave-linge se vide dans l'appartement, endommageant parquet et meubles, et nécessitant l'intervention des pompiers.
16 mai 2013: le technicien Brandt vient, diagnostique un décrochage de la durite entre la cuve et la pompe, et ne peut pas réparer sur le moment.
29 mai 2013: n'ayant aucune nouvelle, je téléphone à Brandt. On me promet de me rappeler le lendemain, j'attends encore.
6 juin 2013: n'ayant toujours pas de nouvelles, j'envoie un email menaçant à Brandt. On me rappelle 50 minutes plus tard.
10 juin 2013: mon lave-linge est réparé. Il aura fallu 4 semaines, 2 appels téléphoniques, 1 email et 2 visites du technicien.

Mes 2 précédents lave-linges avaient duré 15 ans chacun, sans aucun problème.

Si Brandt doit survivre, ce sera sans moi.
Réponse de le 19/11/2013 à 18:25 :
On peut faire le meme recit en citant Samsung, Miele, LG, Electrolux et toutes autres marques. Le 0 défaut n'existe pas!
a écrit le 19/11/2013 à 15:45 :
12 avril 2013: j'achète un lave-linge neuf de marque Brandt.
23 avril 2013: le lave-linge est livré et installé chez moi par des professionnels.
13 mai 2013: le lave-linge se vide dans l'appartement, endommageant parquet et meubles, et nécessitant l'intervention des pompiers.
16 mai 2013: le technicien Brandt vient, diagnostique un décrochage de la durite entre la cuve et la pompe, et ne peut pas réparer sur le moment.
29 mai 2013: n'ayant aucune nouvelle, je téléphone à Brandt. On me promet de me rappeler le lendemain, j'attends encore.
6 juin 2013: n'ayant toujours pas de nouvelles, j'envoie un email menaçant à Brandt. On me rappelle 50 minutes plus tard.
10 juin 2013: mon lave-linge est réparé. Il aura fallu 4 semaines, 2 appels téléphoniques, 1 email et 2 visites du technicien.

Mes 2 précédents lave-linges avaient duré 15 ans chacun, sans aucun problème.

Si Brandt doit survivre, ce sera sans moi.
Réponse de le 20/11/2013 à 3:13 :
Ayant plusieurs fois ouvert les lave linges pour reparer moi meme les pompes cassees par les pieces de monnaie ou obstruees par les pelotes de fibres, je peux dire que le decrochage du tuyau de siphonage entre la pompe et la cuve est tres rare et benin. A moins d'avoir un tuyau mal concu, trop court, je vois mal comment le technicien n'a pu vous le remettre en place immediatement. C'est la mauvaise volonte du tecos qu'il faut denoncer. Sinon, je vous conseille d'acheter un appareil garanti par le revendeur, une garantie constructeur est toujours tres penible a faire valoir, que cela soit chez Siemens, Miele ou autre...

(feu) Thomson, Brandt et Vedette sont des marques fiables et pas trop chers.
a écrit le 19/11/2013 à 15:13 :
C'est le type-même d'entreprise qu'il faut maintenir en France, à tout prix!
Mais,7 sites distincts et 382 personnes au siège et R&D, pour 1464 productifs (20%), est-ce justifié et rationnel?
a écrit le 19/11/2013 à 15:07 :
J'ai depuis 4 ans un Lave-Linge Brandt, Fabriqué en France, dont je suis parfaitement satisfait. J'espère que tout sera fait avec la plus grande détermination et intelligence, pour que cette belle industrie et son grand savoir-faire, ne disparaisse pas de France, comme tant d'autres qui n'existent plus sur le sol Français. J'espère que Mr Montebourg Ministre, travaille à fond ce dossier.
Réponse de le 21/11/2013 à 21:42 :
merci bcp pr votre confiance j y travaille et dur dur de savoir que sa va peut etre fermer.cdt.
Réponse de le 21/11/2013 à 21:42 :
merci bcp pr votre confiance j y travaille et dur dur de savoir que sa va peut etre fermer.cdt.
Réponse de le 21/11/2013 à 21:42 :
merci bcp pr votre confiance j y travaille et dur dur de savoir que sa va peut etre fermer.cdt.
Réponse de le 21/11/2013 à 21:42 :
merci bcp pr votre confiance j y travaille et dur dur de savoir que sa va peut etre fermer.cdt.
a écrit le 19/11/2013 à 14:31 :
j'ai decouvert il y a seulement quelques mois que Brandt etait un des rares constructeurs d'electromenager a produire en France. J'ai meme achete un lave-vaisselle chez eux et a pris egale avec d'autre marques fabriquees ailleurs. J'espere de tout coeur que l'entreprise va se relever et continuer a produire en Vendee!
a écrit le 19/11/2013 à 14:30 :
j'ai decouvert il y a seulement quelques mois que Brandt etait un des rares constructeurs d'electromenager a produire en France. J'ai meme achete un lave-vaisselle chez eux et a pris egale avec d'autre marques fabriquees ailleurs. J'espere de tout coeur que l'entreprise va se relever et continuer a produire en Vendee!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :