Soldes : les Français boudent les magasins mais pas Internet

 |   |  410  mots
Le président des Galeries Lafayette, Philippe Houzé a déclaré lundi à la revue spécialisée LSA que depuis les événements, notre fréquentation a subi une baisse à deux chiffres.
Le président des Galeries Lafayette, Philippe Houzé a déclaré lundi à la revue spécialisée LSA que "depuis les événements, notre fréquentation a subi une baisse à deux chiffres". (Crédits : reuters.com)
La chute est plus que notable concernant la fréquentation et les chiffres d'affaires réalisés en cette première semaine de soldes d'hiver, dont la deuxième démarque démarre ce mercredi.

A l'heure où débute la deuxième démarque des soldes, lancés mercredi dernier - et qui s'annonçaient déjà moroses - les premiers chiffres confirment un mauvais démarrage. La chute serait même vertigineuse à en croire un sondage Toluna/LSA réalisé le week-end du 10 janvier, selon lequel moins d'un Français sur deux serait allé à la chasse aux bonnes affaires ces derniers jours, très marqués par les attentats de la semaine passée.

Concrètement, cela représente une baisse de 3,8 points par rapport à la même période en 2014. La baisse de fréquentation est particulièrement notable en Ile-de-France, avec un recul de 10 points sur samedi et dimanche et de 7 points depuis mercredi. "Au total, la baisse de fréquentation et des dépenses moyennes aboutit à un chiffre d'affaires du weekend d'ouverture en chute de 8,3% au niveau national", note Toluna.

Une baisse à deux chiffres

Le président des Galeries Lafayette, Philippe Houzé a déclaré lundi à la revue spécialisée LSA que "depuis les événements, notre fréquentation a subi une baisse à deux chiffres". Côté centres commerciaux, la chute a été particulièrement importante sur l'Ile-de-France: -12% sur les cinq premiers jours des soldes, contre -5% sur la périphérie et la province, selon les chiffres du Conseil national des centres commerciaux (CNCC).

L'impact des attentats et de la marche républicaine parisienne s'est très clairement ressenti: le trafic a ainsi chuté de 18% vendredi en Ile-de-France (-12% sur l'ensemble de la France) et 17% dimanche. L'ensemble des commerçants parisiens a également constaté d'importants reculs de fréquentation. "Partout, on observe des baisses de trafic à deux chiffres. Il n'y avait vraiment personne dans les magasins ces derniers jours. Certains ont même subi des reculs de -75% par rapport à l'an dernier", note Julien Tuillier de la Chambre de commerce et d'industrie Paris Ile-de-France. Cela dit, les soldes d'hiver s'annonçaient incertains bien avant les tragiques événements.

Si les Français n'ont pas la tête au lèche-vitrine, cela va-t-il pour autant booster le commerce en ligne ? Notons que la tendance est à la hausse depuis plusieurs années déjà. A ce sujet, la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) révélait le 6 janvier, à la veille du lancement des soldes, que 69% des e-acheteurs déclaraient avoir l'intention d'utiliser Internet pour effectuer ou préparer leurs achats à cette période.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2015 à 0:21 :
Le problème est le manque d'argent des ménages. Pas d'argent, pas de dépenses.
a écrit le 14/01/2015 à 10:27 :
Voilà ce qui se passe lorsque l'offre ne correspond pas à la demande. Qu'en est-il des armureries?
a écrit le 14/01/2015 à 8:32 :
Toujours l'effet Charlie....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :