A partir d'aujourd'hui, les humains vident la planète de ses ressources

Pour satisfaire la consommation moyenne mondiale sans épuiser les ressources, il faudrait désormais 1,6 planète, pointent les ONG. Pour chaque Français, il en faudrait trois.
Giulietta Gamberini
Le Global Footprint Network mesure les émissions de gaz à effet de serre (GES) ainsi que la consommation mondiale en aliments, eau, bois, énergie, terrains d'habitation ou consacrés aux transports... Le tout est rapporté aux nombre d'hectares de terrain nécessaires pour les produire.
Le Global Footprint Network mesure les émissions de gaz à effet de serre (GES) ainsi que la consommation mondiale en aliments, eau, bois, énergie, terrains d'habitation ou consacrés aux transports... Le tout est rapporté aux nombre d'hectares de terrain nécessaires pour les produire. (Crédits : © Nacho Doce / Reuters)

Très peu de commerces le pratiquent désormais. Pourtant, le crédit est une habitude enracinée des relations humains/planète, à l'origine d'un "marronnier" de la presse quotidienne. Cette année, le "Overshoot Day", à savoir la date à partir de laquelle la consommation de ressources naturelles par l'humanité dépasse l'offre planétaire, tombe ce lundi 8 août. L'année dernière, elle survenait le 13 août.

La situation ne fait en effet que s'aggraver, accroissant chaque année le nombre de jours où l'humanité vit à crédit. La nature n'ayant plus le temps de se régénérer, cela implique une accélération dans l'épuisement des ressources. L'année "zéro", celle où consommation et offre ont atteint l'égalité, et où l'Overshoot survenait donc le 31 décembre, remonte à 1986.

La consommation française en augmentation

Pour déterminer cette date, le Global Footprint Network mesure les émissions de gaz à effet de serre (GES) ainsi que la consommation mondiale en aliments, eau, bois, énergie, terrains d'habitation ou consacrés aux transports... Le tout est rapporté aux nombre d'hectares de terrain nécessaires pour les produire ou -dans le cas des GES- les absorber.

Le niveau de consommation et le nombre d'habitants de la terre actuels font ainsi que pour ne pas vivre à crédit une partie de l'année, il faudrait multiplier la surface terrestre par 1,6. Mais ce n'est qu'une moyenne: pour satisfaire chaque Australien, le facteur de multiplication devrait être de 5,4, alors que pour chaque Philippin, il suffirait de 0,6 -ce qui signifie que les Philippin consomment moins que la planète aurait à leur offrir... laissant des ressources aux autres. La France est 6e dans le classement mondial, avec 3 planètes virtuellement nécessaires par habitant: un bilan qui a été multiplié par 1,5 depuis 2005. Dans l'Hexagone, 53% de cette consommation de ressources est provoquée par les gaz à effet de serre, et 24% par les cultures alimentaires non-animales.

Giulietta Gamberini

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 09/08/2016 à 9:51
Signaler
Depuis quelques jours, nous avons passé notre date de "libération fiscale"; maintenant, nous marchons au crédit écologique...

à écrit le 08/08/2016 à 16:45
Signaler
CETELEM et consorts doivent êtres ravis !

à écrit le 08/08/2016 à 13:47
Signaler
Merci beaucoup pour cet article. Mais comme les ressources appartiennent surtout à des gens qui veulent faire le plus d'argent possible dessus notre situation n'est pas prête de s'arranger. Le problème est que nous n'avons pas confié l'économ...

le 08/08/2016 à 14:46
Signaler
Comment faire confiance à des personnes qui font des calculs avec des incertitudes à 1000% et qui ont envie de trouver ce qu'ils trouvent...

le 08/08/2016 à 17:05
Signaler
C'est cuit d'avance ... autant se marrer... la COP 21, du pipi de chat rien de plus ... et j'en passe ! Avec un peu de bol , D.TRUMP comme comme président aux USA ... 3 ième guerre mondiale assurée !

le 08/08/2016 à 18:34
Signaler
En effet à moins d'une explosion de l'europe qui peut-être obligerait nos politiciens à travailler plus pour le peuple et moins pour les financiers, comme il semblerait que cela commence à se passer pour les anglais, nous courrons à la catastrophe et...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.