Après KFC, McDonald's va livrer à Paris

 |   |  474  mots
Pour McDonald's, qui a du mal à plaire à une clientèle jeune et connectée qui lui préfère des burgers plus haut de gamme, la livraison à domicile représente un relais de croissance.
Pour McDonald's, qui a du mal à plaire à une clientèle jeune et connectée qui lui préfère des burgers plus haut de gamme, la livraison à domicile représente un relais de croissance. (Crédits : © Mike Blake / Reuters)
Le géant du fast food devrait entamer des tests dans les semaines à venir, selon Les Échos et La lettre de l'Expansion. Son concurrent KFC livre déjà dans la capitale parisienne depuis début avril.

Il ne sera bientôt plus nécessaire de se rendre dans un McDonald's pour pouvoir manger un BigMac. Après s'y être essayé aux États-Unis ces derniers mois et depuis quelques années dans d'autres pays - l'Australie, l'Autriche, Chypre ou Hong Kong notamment -, le géant américain du fast food devrait tester dans les semaines à venir la livraison à domicile à Paris et en Île-de-France, rapportent Les Échos et La lettre de l'Expansion.

La branche française de McDonald's a confirmé aux Échos "la mise en place d'un test de livraison à domicile dans trois restaurants à Paris intra-muros à compter de début juin", sans mentionner les restaurants en question. Tandis que La lettre de l'Expansion écrit qu'un test sera mis en place dès juillet dans deux établissements des Yvelines et dans un dans les Hauts-de-Seine.Tous trois seraient en association avec UberEATS, à l'image de ce qui s'est fait aux États-Unis. McDonald's n'a pas systématiquement choisi le service de livraison à domicile d'Uber pour effectuer l'acheminement de ses commandes : en Allemagne, ce sont ainsi le service local lieferheldLieferheld et Foodora qui se partagent le marché, tandis qu'en Espagne, c'est la startup espagnole Glovo qui a hérité du marché.

> Lire aussi: Uber et consorts tirent la création d'entreprises, mais pas l'emploi

La livraison comme relais de croissance

Pour McDonald's, qui a du mal à plaire à une clientèle jeune et connectée qui lui préfère des burgers plus haut de gamme, la livraison à domicile représente un relais de croissance, alors que les ventes, particulièrement aux États-Unis, avaient commencé à stagner. Depuis l'arrivée du nouveau Pdg Steve Easterbrrok à la tête du géant de la restauration, ce dernier a retrouvé des couleurs grâce à la multiplications d'initiatives nouvelles, à l'image de la livraison à domicile. Lors d'une rencontre avec investisseurs et analystes en début d'année, la directrice de la stratégie Lucy Brady a souligné que ce service attire une clientèle en dehors des heures de pointe, représentant un "marché à 100 milliards de dollars". La proximité des clients avec les restaurants de la marque - près de 75% de la population mondiale vit à moins de cinq kilomètres d'un McDonald's - devrait faciliter son arrivée tardive sur ce marché.

De fait, la période estivale semble propice aux tests pour les enseignes de fast food. Au Royaume-Uni, McDonald's testera ainsi, début juin, dans quelques restaurants choisis, la livraison à domicile. En France, un autre acteur majeur du secteur s'essaye depuis début avril à ce service: le "roi du nuggets" KFC, qui a signé un partenariat avec la joint-venture Allo resto by Just Eat. Pour l'heure, seuls quatre restaurants livrent, ce qui limite la zone couverte. Mais, en cas de succès, l'offre pourrait être étendue.

> Lire aussi: FoodTech : "Le potentiel en France est encore énorme"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :