FAO : les prix alimentaires mondiaux au plus bas depuis 2009

 |   |  437  mots
Si les cours du blés sont soutenus par des conditions météorologiques favorables, ceux du riz continuent de baisser.
Si les cours du blés sont soutenus par des conditions météorologiques favorables, ceux du riz continuent de baisser. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012.)
En juillet, la chute du cours des produits laitiers et des huiles végétales n'a pas été compensée par l'augmentation des prix des céréales et du sucre, relève l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture. Seule la viande a maintenu une valeur constante.

Dégringolade record pour les prix alimentaires mondiaux. Ces derniers sont tombés en juillet à leur plus bas niveau depuis près de six ans, en raison, notamment, de la chute des cours des produits laitiers et des huiles végétales, a annoncé jeudi 6 août l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

>>LIRE: Pourquoi les prix de l'alimentaire vont baisser

L'indice des prix alimentaires de la FAO, qui mesure mois après mois l'évolution d'un panier rassemblant céréales, oléagineux, produits laitiers, viandes et sucre, est ainsi tombé à 164,6 points le mois dernier, en recul de 1,0% par rapport à juin.

Une forte baisse pour les produits laitiers et les huiles végétales

Les prix des produits laitiers ont notamment chuté de 7,2% en un mois, en raison surtout de la baisse de la demande en provenance de la Chine, du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord et de l'abondance de la production de l'Union européenne. Il y a deux semaines, les éleveurs français avaient manifesté contre les faibles prix du lait et négocié un maintien de ceux-ci avec le gouvernement. Une décision qui avait provoqué la colère de leurs confrères allemands.

Les prix des huiles végétales ont reculé de 5,5% par rapport à juin, tombant au plus bas depuis juillet 2009. Ce mouvement s'explique, en grande partie, par le repli des cours de l'huile de palme, sous le double effet de la croissance de la production du sud-est asiatique et d'un ralentissement des exportations.

Une hausse pour les céréales et le sucre

Les prix des céréales ont, eux, augmenté de 2% en juillet, mais restent inférieurs de 10,1% à leur niveau de juillet 2014. Les cours du blé et du maïs sont actuellement soutenus par des conditions météorologiques défavorables en Amérique du Nord et en Europe, tandis que ceux du riz continuent de baisser.

>>LIRE: La crise ukrainienne pèsera sur le marché mondial des céréales

Quant au sucre, il s'est établi en moyenne à 181,2 points en juillet, en hausse de 2,5 % par rapport à juin 2015, en grande partie liée aux conditions de récolte plutôt mauvaises dans la principale région productrice du Brésil.

Le prix de la viande reste stable

Seul l'indice de prix de la viande demeure pratiquement égal à celui de juin, avec une moyenne à 174,1 points en juillet. Les prix internationaux de la viande de bovins ont augmenté, compensant la baisse subie par ceux du porc et des ovins. Les cours de la volaille sont, quant à eux, restés stables.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/08/2015 à 10:36 :
A noter que depuis deux semaines les producteurs de lait en Grande-Bretagne manifestent
aussi contre des prix trop bas et comme ailleurs disent que beaucoup des supermarches refusent un prix rentable aux producteurs.
a écrit le 11/08/2015 à 20:36 :
LES PRIX NE REFLETTENT PAS LA REALITE ? LA CANICULES MONDIALE RISQUE DE CHANGE LES PRIX DANS LES ANNES A VENIR? LES GENS RAISONNABLES DEVRONS GARDEZ DES STOKS ?CAR JE CROIE QUE LES PRIX DE CERTAIN PRODUITS VONT FLANBES?LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ET UNE /// R E A L I T E ///???
a écrit le 08/08/2015 à 0:59 :
Manque de chance, nous ne pouvons plus bruler du café dans les locomotives comme dans cette magnifique période 1929-1939. Mince... Peut-être pour alimenter les clims..??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :