La France durcit le ton sur les OGM

 |   |  209  mots
La demande d'exclusion concerne 9 maïs OGM déjà autorisés ou en cours d'autorisation au niveau européen.
La demande d'exclusion concerne 9 maïs OGM déjà autorisés ou en cours d'autorisation au niveau européen. (Crédits : reuters.com)
Une directive européenne adoptée cette année permet aux Etats membres de l'UE d'exclure leurs territoires de l'autorisation européenne de mise en culture d'OGM. Le gouvernement français a fait valoir cette prérogative.

Le gouvernement avance dans la mise en oeuvre du moratoire décidé par la France sur la culture de maïs OGM. La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, et le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, "ont décidé de demander à la Commission européenne l'exclusion du territoire national pour les 9 maïs OGM déjà autorisés ou en cours d'autorisation au niveau européen", ont-ils indiqué jeudi 17 septembre dans un communiqué commun.

La France tente d'imposer un moratoire depuis 2009

Afin d'accorder aux Etats membres davantage de souplesse en matière de culture d'OGM (organisme génétiquement modifié) sur leur territoire, le Parlement européen et le Conseil ont en effet adopté le 11 mars 2015 une directive qui leur permet d'exclure leurs territoires de l'autorisation de mise en culture en Europe d'OGM, demandée par les groupes d'agrochimie qui les ont fabriqués. Le gouvernement français a donc fait valoir cette prérogative.

Depuis 2009, la France a tenté d'imposer un moratoire pour les cultures OGM sur son sol. Après avoir déclenché la clause de sauvegarde en 2008, invalidée trois ans plus tard, Paris a pris des arrêtés interdisant la culture de maïs OGM à deux reprises en 2011 et 2013.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2015 à 21:59 :
De raisons pour lesquelles de cultures OGM ne sont pas désirées : http://bit.ly/1HwJbQD
a écrit le 18/09/2015 à 16:58 :
Va se poser à terme l'accès à des variétés compétitives, notamment pour le sud France , et le sud de l'Europe, le matériel génétique utilisé étant essentiellement américain. Ainsi que l'accès à des fins de recherche prévu par l'Upov. Nous préparons notre dépendance...
a écrit le 17/09/2015 à 19:14 :
Toutes les institutions scientifiques et agences sanitaires du monde qui ont étudié la question affirment que les plantes OGM ne présentent pas plus de risques, tant pour la santé que pour l'environnement, que les plantes non-OGM.

Donc, la décision du gouvernement Français est purement politique et ne repose sur aucun motif scientifique.

Cette décision ne me gène pas spécialement. Je le précise simplement pour que personne ne s'imagine que si les plantes OGM sont interdites en France, il y aurait une raison de santé publique ou d'atteinte à l'environnement. Il n'y en a aucune.
Réponse de le 17/09/2015 à 21:57 :
Toutes les institutions scientifiques et agences sanitaires du monde qui ont étudié la question??? vous parlez des mêmes qui font qu'on en est là ou on en est aujourd'hui: pollution des sols, appauvrissement des sols, confiscation des semences et appauvrissement de ces dernières (car mére Nature fait bien plus fort que nous et depuis bien plus longtemps dans ce domaine), appauvrissement des agriculteurs avec le surcout que representent les fameuses "pilules miracles" ......et j'en passe!!
Réponse de le 18/09/2015 à 7:51 :
D’accord avec WIMPS.
Tout ceci relève de l’écologisme intégriste.
Il y aura bientôt plus de cultures OGM sur Terre que de culture à l’ancienne.
Il ne restera plus aux écolos qu’à rester chez eux, et, surtout ne pas voyager.
a écrit le 17/09/2015 à 17:18 :
La France ne cultivera pas des OGM sur son sol ,soit .Mais qu'adviendra t il si un pays européen cultive des OGM et veut les exporter vers la France !Notre pays pourra t il s'y opposer ? Que dit le droit européen la dessus !
Réponse de le 18/09/2015 à 17:01 :
Rien du tout. Nous connaissons depuis 20 ans cette situation avec les sojas américains...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :