Peugeot 3008 : un «monospace-faux 4x4» agréable et bien fait

 |   |  758  mots
Confort, qualités routières, prestations mécaniques, sont d'excellent niveau. Et la finition a fait de réels progrès. Peugeot est sur la bonne voie.

Etrange: Peugeot a du mal a définir son nouveau véhicule. Pour qu'on ne le prenne surtout pas pour un vulgaire monospace compact comme le Renault Scénic, la firme au lion qualifie son 3008 de... «Crossover». Un vocable américain qui ne veut strictement rien dire en français et désigne d'ailleurs aux Etats-Unis des grands 4x4 à vocation routière. Or, le 3008 n'a rien d'un 4x4 sinon une vague apparence. Il reste en effet une stricte traction avant. C'est donc un mélange de faux 4x4 et de monospace compact avec un zeste de berline. Espérons que vendeurs et clients s'y retrouveront.

S'il est difficile de le qualifier, le 3008 n'en arbore pas moins une silhouette haute, compacte, assez sobre et élégante, voire chic. Ce qui change des récentes excentricités un rien clinquantes de la marque. Bonne nouvelle: après la mode idiote des pare-chocs peints ultra-fragiles, les bourrelets protecteurs reviennent à l'avant, à l'arrière et sur les portières pour éviter d'abîmer la jolie carrosserie. Enfin du bon sens !

A l'intérieur, la luminosité surprend grâce au grand pare-brise et au toit panoramique en verre (à partir de la finition Premium Pack). La qualité de fabrication a fait un sacré bond en avant chez Peugeot. Le constructeur au lion nous offre désormais ici une planche de bord agréable, cossue et bien assemblée. Seul le plastique noir laqué de la console, adopté par la plupart des constructeurs ces derniers temps en lieu et place du faux alu, nous a déçus. A quand le retour du (vrai) bois, autrement plus classe ? Nous sommes aussi réservés sur la poignée de maintien pour le passager sur ladite console, qui ne sert à rien tant elle est mal placée. Par ailleurs, à trop vouloir singer Audi, la marque a concocté une console beaucoup trop large et encombrante, qui empiète sur l'espace du conducteur et de son passager avant. Dommage, l'habitabilité comme l'accessibilité étant par ailleurs très correctes. Mais, globalement, le résultat est quand même satisfaisant et flatteur. Et l'ambiance gris bleuté, que nous recommandons, permet d'échapper au noir sordide en vogue chez la plupart des concurrents.

Le moteur diesel HDi de 110 chevaux nous a enchantés, tant, malgré une puissance limitée, il accélère allègrement et reprend à bas régime en souplesse. Tout en consommant avec modération. La boîte de vitesses égrène ses rapport avec fluidité, sans que le levier accroche, contrairement à une solide et exaspérante tradition de la marque. Les qualités routières sont également de haut niveau. Le 3008 se conduit comme une berline compacte, avec précision et agilité. Quant au confort de suspension, il se révèle remarquable. A condition d'éviter les énormes roues de 18 pouces avec des pneus à flancs très bas de la version luxueuse Féline, qui durcissent inutilement les liaisons au sol. Peugeot démontre avec le 3008 un magnifique savoir faire en matière de suspensions. C'est, il est vrai, un des point forts historiques des produits de la marque.

L'équipement comprend par ailleurs quelques innovations intéressantes comme le frein de stationnement électrique avec aide au démarrage en pente (de série) ou l'affichage «tête haute» de la vitesse devant les yeux (à partir de la finition Premium Pack). L'option «Grip Control» à 200 euros est aussi attractive. Il s'agit en fait d'un antipatinage, qui permet d'optimiser la motricité sur la neige ou dans la boue.

Nous avons été séduits par ce véhicule homogène, plaisant et rigoureux. Les prix ne sont pas exagérés. Mais, il faut quand même monter en gamme et piocher dans les options pour profiter des innovations. Un version à boîte robotisée (option à 600 euros) arrivera en juin. Elle permettra d'abaisser les émissions de C02, donnant ainsi droit à un bonus de 200 euros, qui paiera le tiers de ladite option. Une version 4x4 hybride-diesel de 200 chevaux surviendra en 2011. Et, pour ceux qui veulent davantage d'espace intérieur et de modularité, un dérivé plus long de 15 centimètres sera lancé fin octobre.
 

Modèle d'essai: Peugeot 3008 1,6 HDi Premium Pack: 27.600 euros

Puissance du moteur: 110 chevaux (diesel)

Dimensions: 4,36 mètres (long) x 1,84 (large) x 1,64 (haut)

Qualités: ligne élégante, finition, ambiance lumineuse, confort, qualités routières, moteur souple

Défauts: console centrale envahissante, banquette arrière non coulissante

Concurrents: Citroën C4 Picasso 1,6 HDi 110 Pack Ambiance: 25.900 euros; Nissan Qashqai 1,5 dCi Tekna: 27.200 euros; Ford Kuga TDCi Titanium 4x2: 28.550 euros

Note : 14,5 sur 20
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :