Rumeurs de rapprochement entre Fiat et PSA

 |   |  451  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Suite à un article dans la presse italienne, le patron de Fiat nie des discussions. Mais il ne ferme nullement la porte.

Alliance avec PSA ou pas ? PSA est prêt à discuter d'une possible alliance avec Fiat et Chrysler, affirmait ce mardi matin le journal italien Corriere della sera citant des sources "autorisées". Interrogé par La Tribune dans une table ronde en marge du salon de Detroit, Sergio Marchionne, administrateur délégué de Fiat et patron de Chrysler, a indiqué : "nous avons dîné avec Philippe Varin au sein d'une grande réunion annuelle... d'une quinzaine de dirigeants. Mais nous n'avons pas parlé de cela. Ce sont de pures spéculations".

Toutefois, quand nous avons insisté sur l'intérêt d'un tel rapprochement franco-italien, le dirigeant italo-canadien a marqué une longue pause... "Si la question se pose, c'est sûr que je regarderai". Sergio Marchionne est parti ensuite dans un long plaidoyer : "si on n'avait pas notre alliance avec Chrysler, on aurait été marginalisés".

"Je pense qu'il faut plus loin dans les consolidations, particulièrement en Europe". Sergio Marchionne a brossé un tableau plutôt noir de la situation des constructeurs généralistes sur le Vieux continent. "Il faut des économies d'échelle. Il y a des surcapacités en Europe. Les volumes sont ce qu'ils sont. Il y a une virulente guerre des prix. C'est très difficile de gagner de l'argent".

Vantant les économies générées sur les plates-formes communes avec son allié Chrysler, le dirigeant a poursuivi : "s'il y avait une association possible avec d'autres acteurs qui permette d'accroître la profitabilité, nous regarderions". Le groupe transalpin avait déjà essayé en 2009 de s'allier à l'allemand Opel, que GM voulait céder.

PSA et Fiat ont déjà eu des discussions à plusieurs reprises sur un possible rapprochement dans le passé. Fiat était demandeur, mais PSA toujours réticent. De fait, les deux groupes sont quasiment présents sur les mêmes marchés (Europe, notamment du sud, Amérique du sud). Ils sont en revanche tous deux faibles en Asie (Chine, Inde) et en Russie, Fiat nettement plus encore que le groupe français. Par ailleurs, ils sont plutôt forts dans les petits véhicules et les utilitaires, dont certains sont d'ailleurs réalisés en commun depuis de longues années en Turquie, en Italie et dans le nord de la France, mais très peu présents sur le haut de gamme. Bref, leur complémentarité éventuelle n'est guère évidente. En outre, une telle alliance entraînerait une casse sociale importante en Europe de l'ouest (France et Italie). Récemment, Fiat a d'ailleurs décidé de ne pas prolonger l'accord sur les utilitaires et monospaces produits sur le site français de Sevelnord à Hordain, mettant en question l'avenir de ce site.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2012 à 20:18 :
C'est avec Mitsubishi que PSA devait ou devrait s'allier, la complémentarité serait plus évidente ... Mais Mitsubishi qui vend deux fois moins de véhicules que PSA (et qui faisait des pertes et non des bénéfices) valait deux fois plus en bourse que PSA ... cherchez l'erreur ... La logique de certains investisseurs asiatiques ou anglo-saxons est parfois surprenante ...
Réponse de le 11/01/2012 à 18:43 :
PSA entretrient un partennariat technique avec BMW sur les moteurs essences. C'est ce partennariat que les deux marques doivent renforcer. Les moteurs diesels de BMW sont les meilleurs. De son côté Peugeot maitrise mieux l'hybridation et le système "stop and start". Et puis les gammes ne sont que marginalement concurrente (seules la série 1 et la 308 entrent en conccurence frontale). PSA maitrise les citadines et les monospaces, BMW les berlines et les 4x4.
a écrit le 10/01/2012 à 17:13 :
C'est évident face aux colosses VW, Toyota, GM etc.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :