Les ventes de Renault et PSA chutent fortement au premier trimestre

 |   |  664  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le chiffres d'affaires du groupe Renault a fléchi de 8,6 %, à 9,53 milliards d'euros au premier trimestre. Et PSA recule de 7 %, à 14,3 milliards. Les équipementiers tricolores, eux, vont bien.

Les constructeurs tricolores ne se portent pas bien. Les deux groupes automobiles ont annoncé ce mercredi des chiffres d?affaires en chute au premier trimestre. Celui du groupe Renault a fléchi de 8,6 %, à 9,53 milliards d?euros. Et PSA Peugeot Citroën recule de 7 %, à 14,3 milliards. Pis, les seules activités automobiles sont en baisse de 9,6 % chez Renault, de 14 % chez PSA.

Les ventes du constructeur au losange (en nombre d'unités) se sont effritées de 7,9 %, à 638.498 unités. PSA dégringole de 14,2 %, à 790.100. Sur le Vieux continent, où le marché baisse de 8,1 %, Renault plonge carrément de 20 %. Hors d'Europe, l'ex-Régie affiche en revanche des scores en hausse de 12,3 % au premier trimestre. PSA ne donne pas ces détails.

Structure de marchés défavorable

La structure des marchés est effectivement défavorable aux constructeurs français. Puisque ce sont les pays d'Europe du sud et la France, où ils détiennennt de fortes positions, qui dégringolent le plus. Mais, cela n'explique pas tout. L'absence de Renault en Chine et celles des deux constructeurs français aux Etats-Unis les empêchent de profiter des deux plus grands marchés du monde, particulièrement porteurs. 

Le vieillissement des gammes et une moindre attractivité de certains modèles par rapport à la concurrence expliquent aussi en partie ces mauvaises performances. Notons que, si le "mix" des ventes (prix de vente moyen) croît chez Renault de 2,2 points, il recule de 0,9 % chez PSA. 

Perspectives maussades

"La faiblesse du marché européen, et notamment français, a été plus importante que prévu. Cette baisse du marché européen devrait s?atténuer progressivement au deuxième trimestre", assure Renault dans son communiqué. Le groupe attend pour l?année 2012 une "croissance du marché mondial de 4 %, avec un marché européen en baisse de 3 à 4 % et un marché français en baisse de 7 à 8 %".

Dans ce contexte, l'ex-Régie "maintient son objectif d?un flux de trésorerie positif pour l?année 2012 (activités automobiles)". Sans s'engager sur un résultat opérationnel. Renault a affiché en 2011 un profit net de 2,14 milliards d'euros, essentiellement grâce à l'apport de son allié Nissan. Son profit opérationnel était demeuré positif de 330 millions pour ses activités automobiles. 

PSA en perte opérationnelle pour l'automobile

Philippe Varin, patron de PSA, qui a affiché l'an dernier un profit net de 588 millions d'euros mais un résultat opérationnel de sa division automobile négatif de 92 millions, avait affirmé laconiquement, à la mi-février, qu'il faudrait "améliorer d'un milliard d'euros les comptes de résultats en 2012", sans s'engager plus avant. Il n'a pas donné plus de précisions ce mercredi.

Les équipements en bonne santé

En revanche, les grands équipementiers automobiles français se portent bien. Bien mieux en tous cas que les constructeurs hexagonaux. Valeo annonce ce mercredi une hausse de 14 % de son chiffre d'affaires au premier trimestre à plus de 3 milliards d'euros. Faurecia, contrôlé par PSA, affiche un volume d?affaires consolidé en progression de 8,4 %, à 4,29 milliards (+ 6 % à périmètre et taux de change constants).

Le fabricant de pneus Michelin a pour sa part engrangé des ventes nettes en augmentation de 5 %, à 5,3 milliards. En fait, les fabricants d'équipements ou de pneus français profitent de leur plus grande "intercontinentalisation". Valeo explique ainsi notamment ses bonnes performances trimestrielles par le "renforcement du positionnement géographique sur l?Asie, qui représente 25 % du chiffre d?affaires première monte", mais aussi "l'accroissement du poids des clients allemands et asiatiques dans le chiffre d?affaires première monte, respectivement à 28 % et 29 %". Or, l'Asie comme les constructeurs germaniques sont en croissance.

Optimisme

Valeo confirme du coup "une poursuite de la croissance, supérieure à celle des marchés, dans les principales régions de production" et un "montant de marge opérationnelle (en millions d?euros) du même ordre de grandeur que celui réalisé en 2011". Michelin renouvelle pour sa part "son objectif pour 2012 d?un résultat opérationnel en nette croissance". Tout le monde n'est donc pas malheureux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2012 à 14:49 :
quand on fabrique qui ne plaisent pas ou peu fiables...
Voilà le résultat
a écrit le 26/04/2012 à 14:27 :
A cause de la mentalité néolibérale qui a envahi le monde, les gouvernements successifs, les intermédiaires, profiteurs et «passagers clandestins», qui déplacent les richesses plutôt que de les créer, ont proliféré en France, ils jouent à court terme, irrationnellement aux dépens du long terme, comme les accros du casino. Les consommateurs d?abord, combien d'employés et décideurs d'entreprises françaises, combien d'employés et décideurs de collectivités locales ou de l'Etat, combien de retraités achètent étranger, ils ont déjà fait fortement diminuer la production industrielle française qui fournit pourtant salaires, impôts et cotisations qui les font vivre. Dans la vie des entreprises, les managers, financiers et intermédiaires font des coups et spéculations à court terme, pour lesquels ils attribuent des salaires ou intérêts exorbitants, au détriment des salariés qui créent la richesse, de l'actionnariat stable et des investissements de progrès technique, ainsi ils démolissent à long terme les sociétés où ils oeuvrent, ici PSA, Renault et la société française.
a écrit le 26/04/2012 à 11:32 :
Quel contraste qui met en évidence de GRAVES FAUTES de stratégies industrielles. Volkswagen a annoncé ce 26 avril 2012 un bénéfice net de 3,2 milliards d?euros pour le 1er trimestre 2012. Son chiffre d?affaires a progressé de 26% à 47,3 milliards d?euros. Les liquidités de VW sont de plus 15 Milliards d'euro après le rachat de MAN, de DUCATI, etc ... Tant que des Ghosn Pelata Tavarez Varin et leurs amateurs prétentieux ne seront paqs virés manu militari, les autres constructeurs ont debeaux jours devant eux !!!
a écrit le 26/04/2012 à 10:58 :
Hélas les français sont accros à la bagnole; alors les pouvoirs publics font comme pour le tabac, ils taxent.
a écrit le 26/04/2012 à 10:52 :
Voilà pourquoi une prime à la casse est contraproductive et en plus coûte très cher à l'Etat et augmente encore plus sa dette.
Chaque crise "nettoie" le marché des entreprises inefficaces et mal adaptées. Les entreprises doivent apprendre à s'adapter au marché, autrement elles doivent disparaître lors de la prochaine crise.
De nombreuses entreprises auraient dû disparaître les de la dernière crise et ainsi laisser la place aux entreprises compétitives. Si l'Etat doit aider à chaque fois on en finira jamais et continuera à trainer des boulets.
a écrit le 25/04/2012 à 20:17 :
Décidément, on parle davantage de l'industrie automobile que des automobilistes et de leur ressenti face aux augmentations de carburant, de pièces, des assurances , et des contraventions...
pour traiter un problème, il faut analyser ses racines. Il en est de même pour la crise en général
Réponse de le 26/04/2012 à 9:42 :
Effectivement il y a des casseurs de l'industrie automobile au plus haut niveau de l'Etat français. Fillon le collaborateur de Sarkozy es qualité de 1er ministre à très courte vue se charge de casser le tissus industriel de l'automobile comme le reste d'ailleurs. Derrière les chutes vertigineuses de PSA et Renault, il y a un tissus industriel de sous-traitants qui se délabre, se délite. Pour Renault il faut ajouter que GHosn Pelata et Tavarez ne sont pas particulièrement doués et compétents, mais que voulez vous ils enfument et le "fume" on aime ça dans les rangs des administrateurs. Pour PSA peut être que la famille Peugeot préfère laisser ses deniers exhilés fiscaux en Suisse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :