BMW, Porsche ou l'équipementier Continental affirment vouloir embaucher des salariés d'Opel

BMW, Porsche, Continental, s'affirment intéressés par l'embauche de salariés de l'usine Opel de Bochum, promise à la fermeture. Le site de la filiale germanique de GM emploie 3.200 personnes.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

Il ne faut pas désespérer... Bochum. De nombreux constructeurs automobiles germaniques répondent aux angoisses des salariés de l'usine allemande d'Opel menacée de fermeture.  "Nous cherchons en permanence des employés qualifiés et expérimentés qui puissent travailler chez nous", affirme en effet  le responsable du recrutement chez BMW, Michael Albrecht, dans le journal populaire allemand Bild paru ce lundi. "Nous sommes toujours intéressés par des salariés qualifiés", souligne de son côté le responsable du personnel de Porsche, Thomas Edig. Même son de cloche de la part de l'équipementier Continental: les salariés d'Opel sont des "gens sur lesquels on peut compter, qui ont le savoir-faire et la mobilité nécessaires", affirme la directrice du personnel, Elke Strathmann.

3.200 salariés menacés

"Les salariés d'Opel sont parmi les meilleurs constructeurs de voitures automobiles dans le monde et en Allemagne (...) Ne vous faites pas de souci, on va avoir besoin de vous", surenchérit le ministre allemand de l'Economie, Philipp Rösler. Début décembre, Opel, la filiale malade du conglomérat américain General Motors, avait décidé de sacrifier le site de Bochum, histoire de réduire des surcapacités chroniques. La direction d'Opel assure vouloir "sauvegarder un nombre significatif d'emplois" sur ce site, où travaillent environ 3.200 personnes. Mais nombre de postes du site sont tout même en danger.

Quatre usines

La filiale allemande de GM,structurellement déficitaire, emploie plus de 40.000 salariés en Europe, où elle compte quatre sites de production outre-Rhin: Bochum, Rüsselsheim, Kaiserslautern et Eisenach. Mais, malgré des plans à répétition, le constructeur est victime de surcapacités chroniques à l'instar de son allié PSA. Opel a déjà annoncé du chômage partiel sur tous ses sites en Allemagne. Et ce n 'est pas la valse des patrons qui va contribuer à l'assainissement. Gros consommateur de PDG, Opel  devrait se voir désigner un nouveau président, le cinquième en trois ans!

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 24/12/2012 à 13:56
Signaler
que vont devenir les 8 000 personnes licenciées par PSA à Aulnay ? triste pour eux tout ça...

le 24/12/2012 à 16:29
Signaler
Certains profils de psa pourraient postuler en germanie , il suffirait de se bouger le popotin , se mettre à la langue , apprendre la rigueur car fabriquer du premium ce n'est pas fabriquer du tout venant pijot ou rinot et en plus ils gagneraient bea...

le 25/12/2012 à 21:52
Signaler
tout à fait d'accord avec columb54 arrêtons de nous gaver avec l'allemagne, la qualité de vie est bien meilleure en France et la misère n'est pas plus supportable en allemagne. La France fabrique de bons produits, les admirateurs de volkswagen et aut...

le 26/12/2012 à 9:59
Signaler
Pas vraiment bibi pour avoir fait les deux, c'est meilleur la bas, infrastructure de meilleures qualités, sentiment réels de sécurité pas de révolte de banlieue ou de tueries répétitives comme a Marseille ou Grenoble, qualité des soins identiques. B...

à écrit le 24/12/2012 à 11:53
Signaler
In fine cette fermeture est une bouffée d'oxygène pour le premium allemand car ils ont du mal à recruter des ouvriers qualifiés ... par contre il va falloir leur inculquer la culture maison car fabriquer une Porche ce n'est pas fabriquer une astra !

le 26/12/2012 à 15:59
Signaler
http://www.vauxhall.co.uk

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.