11.214 postes en moins au total chez PSA Peugeot-Citroën

La restructuration du constructeur automobile français annoncée en juillet 2012 fait peser un lourd tribut sur l'emploi. La fermeture du site d'Aulnay-sous-Bois représente à lui seul 2.500 suppressions de postes.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Des ouvriers d'Aulnay-sous-Bois ont eu beau se mobiliser durant des semaines, le site de PSA dans lequel ils exercent devrait voir sa fermeture entérinée le 19 avril prochain, et programmée pour début 2014. Conséquence : 2.500 salariés se retrouvent sur le carreau, et au total à travers les différents sites du constructeur ce sont 11.214 emplois qui sont supprimés dont une partie sous forme de départs naturels non remplacés. L'usine PSA de Rennes voit disparaitre 1.400 emplois.

Une majorité des élus du Comité central d'entreprise de PSA (15 des 20 élus, représentant 76% des salariés) ont donné leur feu vert aux plans sociaux prévus pour Aulnay et Rennes, le 18 mars dernier. La CGT, qui mène le mouvement de grève paralysant l'usine d'Aulnay depuis la mi-janvier, avait voté contre, tout comme deux élus CFDT. Les plans sociaux, qui doivent formellement être signés le 19 avril par les syndicats et la direction, sont assortis de mesures d'accompagnement pour les salariés qui souhaiteraient rejoindre une entreprise venue s'installer sur le site d'Aulnay dans le cadre de sa "réindustrialisation", pour ceux qui iraient travailler sur d'autres sites du groupe, ainsi que des mesures pour les seniors, les salariés les plus fragiles ou ceux souhaitant créer leur entreprise.

Selon la direction, 3.750 "solutions de reclassement" ont été trouvées pour les salariés d'Aulnay, et 1.700 pour ceux de Rennes. La société ID Logistics, qui espère s'implanter en 2015 sur l'immense site de Seine-Saint-Denis (plus de 170 hectares), pourrait embaucher plusieurs centaines d'ouvriers, qui subiront toutefois une perte de salaire. La RATP, la SNCF et Aéroports de Paris ont également signé un partenariat pour accueillir des ouvriers d'Aulnay, ce qui représente environ 300 postes au total.

Lire aussi :

>> Les agences de notation financière dégradent successivement PSA

>> Comment PSA Peugeot Citroën peut-il s'en sortir ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 28/05/2013 à 22:31
Signaler
la famille Peugeot, exilée fiscale en Suisse, coule des jours heureux...

à écrit le 12/04/2013 à 21:29
Signaler
Vive la grève !!!!!!

à écrit le 12/04/2013 à 16:21
Signaler
Voila une preuve de plus pour que ce gouvernement saute car il a fait dix fois de plus de personnes chomeurs que l en avait fait SARKOZY aussi on peut éspèrer qu il ne sera plus la et que notre SARKOZY reprenne les renes.

le 12/04/2013 à 19:32
Signaler
arretons de rever-laissons le nain dans son placard ,quand a psa il sait ce qu'il faut faire pour redresser la barre( augmentation de parts de marché en chine et platforme modulaire)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.