Carlos Ghosn à la tête du conseil d'administration du fabricant russe des Lada

 |   |  398  mots
Usine Avtovaz de Togliatti   Copyright Reuters
Usine Avtovaz de Togliatti Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le double PDG de Renault et Nissan prend la tête du conseil d'administration du premier constructeur russe Avtovaz. Renault et Nissan ont créé fin 2012 une co-entreprise avec la société publique russe Rostekhnologuiï lui permettant de prendre le contrôle du fabricant des Lada.

Carlos Ghosn prend la tête du conseil d'administration du premier constructeur russe Avtovaz. "Le conseil est désormais composé de 15 membres, contre 12 auparavant, dont 8 sont issus de l'alliance Renault-Nissan", affirme un communiqué de Renault publié ce jeudi. Le PDG de Renault et Nissan remplace donc Serguey Chemezov, qui devient vice-président du conseil d'administration du fameux fabricant des voitures Lada. Renault et Nissan ont créé fin 2012 une co-entreprise avec la société publique russe Rostekhnologuiï lui permettant de prendre le contrôle d'Avtovaz, dont Renault détenait déjà 25% des parts. L'Alliance Renault-Nissan détiendra, d'ici à la mi-2014, 67,13% de cette co-entreprise baptisée Alliance Rostec Auto BV,  laquelle possèdera à son tour 74,5% d'Avtovaz. Renault devrait in fine détenir 50,1% de la société-commune  et Nissan 17%. Au total, l'alliance franco-japonaise doit y investir par étapes 23 milliards de roubles (577 millions d'euros).

Ventes en chute

Avtovaz a plus que quadruplé son bénéfice net en 2012, malgré un recul de ses ventes en Russie. Le fabricant des Lada a enregistré l'an dernier un bénéfice net de 29,2 milliards de roubles (720 millions d'euros), contre seulement 6,7 milliards de roubles (165 millions d'euros) en 2011. Son chiffre d'affaires a bondi de 8,5% à 190 milliards de roubles (4,7 milliards d'euros). Avtovaz avait toutefois enregistré une baisse de 7% de ses ventes en Russie l'an dernier, à 537.625 unités. Le constructeur écoule près de 90% de ses véhicules  dans son pays d'origine. La firme continue 'ailleurs de voir ses ventes chuter. Elles ont encore dégringolé de 18% sur cinq mois en Russie selon les statistiques de l'AEB (Association européenne des affaires), alors que le marché recule de 12%. Avtovaz, qui renouvelle progressivement une gamme naguère obsolète avec l'aide de Renault,  détient 16,6% du marché russe, Renault 8,1% et Nissan (avec Infiniti) 4,8%. Les trois constructeurs visent ensemble 40% du marché russe d'ici à 2016.

Renault en plein boom

Indépendamment d'Avtovaz, Renault, qui dispose d'une usine à Moscou, poursuit pour sa part son extraordinaire boom... en Russie. La  firme au losange a encore accru de 13% ses ventes (sur cinq mois) à 85.784 unités, selon l'AEB. Soit la plus forte progression du marché avec les spécialistes allemands du haut de gamme nettement plus petits en Russie que le français. Renault, qui fabrique sur place des Logan, Sandero et Duster à succès,  devance nettement  les coréens Hyundai et Kia ainsi que l'américano-coréen Chevrolet, mais aussi, et de loin, Volkswagen et Toyota. 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/06/2013 à 21:52 :
... qui au contraire de PSA poursuit son déploiement à l'international.
L'alliance Renault-Nissan devrait bientôt produire plus de 10 millions de véhicules et peser autant que VW, Toyota et GM
a écrit le 28/06/2013 à 17:25 :
En Russie il y a surtout un boom sur les grosses voitures allemandes car les gens aises sont toujours en plus grand nombre dans ce pays et achetent du Made in Germany il suffit de se renseigner.Les autres consommateurs s'actroyant un peu de tout, vehicules asiatiques ,Dacia et autres. A moyen terme il y aura en Europe de l'Est comme partout ailleurs du "haut de game" que seuls les allemands savent faire.
Réponse de le 29/06/2013 à 11:43 :
La production et plus particulièrement automobile est ancrée au plus profond des gènes Allemands.Malgré une obédience écologiste forte, les Allemands ont et construisent des usines à la campagne. Près de Leipzig une usine BMW de 400 Millions d'Euros avec 1,3
Milliards d'Euros d'équipement machine a été construite en 2009 ou 2010 et rendue opérationnelle en deux ans avec 5000 salariés qui y travaillent. Que construit-on en France ou plutôt que peut-on construire à part des bureaux, des écoles, des bibliothèques des piscines, des terrains de foot synthétiques. Dès qu'on parle d'usine c'est le branle bas de combat mené une population gavée par l'Etat-providence et qui marche au carburant "vert". Meme des éoliennes en mer à 10 kms des cotes, avec quelques centaines d'emplois à la clé et on se triture les méninges à faire réunions sur réunions en se demandant quelle Terre on va laisser à nos (chomeurs d')enfants. Et tout ce brun et ces pertes de temps et d'argent parce qu'on est trop heureux et qu'on n'a rien d'autre à foutre
a écrit le 28/06/2013 à 11:48 :
Sacre Carlos comme si on avait que lui, les autres sont ils tous des incapables( des cons)????? C'est un peu comme no politiciens en somme... irremplaçables.
Réponse de le 28/06/2013 à 14:25 :
Là, ce n'est pas le cumul des mandats, mais le cumul des LADA
a écrit le 28/06/2013 à 10:24 :
...et une casquette en plus et les $/? qui vont avec. Il est fort ce type, et sans burn-out! On a aussi compris que les Renault russes étaient des Dacia rebadgées. Après les moches Samsung rebadgées Renault (Latitude, Koleos), j'espère ne pas aussi voir en France des Lada rebadgées Renault.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :