Le salon auto indien de New Delhi est une foire de petites voitures pas chères

 |   |  1036  mots
Renault Kwid: ce concept se veut une illustration de ce que pourrait être la prochaine voiture à très bas coûts de la marque française. / DR
Renault Kwid: ce concept se veut une illustration de ce que pourrait être la prochaine voiture à très bas coûts de la marque française. / DR (Crédits : Reuters)
Pas «glamour » ce salon de l’auto indien ! Les voitures sont petites, rustiques, économiques. Et les présentations sont sobres, voire austères. Pas de superbes hôtesses ou de sportives ultra-puissantes à faire rêver ! Mais l’Inde sert de laboratoire mondial pour concevoir et produire à très bas coûts.

Le 12ème salon de l'automobile de Delhi, qui se tient depuis le 5 février dernier jusqu'au mardi 11, est incontestablement le salon de la petite voiture pas chère. Logique : la co-entreprise indo-nippone Maruti Suzuki, spécialiste des mini-véhicules, détient 43% du marché indien et le coréen Hyundai, qui ne vend quasiment dans le pays que des micro-voitures de la catégorie fiscalement favorisée des moins de 4 mètres de long, en occupe 15,3%. La seule Maruti Alto, la plus vendue ici, s'écoule à 250.000 exemplaires par an à un tarif imbattable, puisqu'inférieur à 4.000 euros.

Outre les concepts de voitures à très bas coûts présentées par l'Alliance Renault-Nissan comme la Renault Kwid et la Datsun Redi-Go, lesquelles préfigurent les futurs modèles de 3,60 mètres de long à moins de 4.500 euros qui seront produits à Chennai et lancés l'an prochain, l'indien Tata a dévoilé deux petits modèles de série : les Bolt et Zest.

datsun redi go
Datsun Redi-Go: voilà le concept, proche du modèle définitif, de ce que sera la Nissan à très bas coûts, cousine de la Renault / DR

Ford a pour sa part présenté sa Figo, une future petite voiture à quatre portes avec un coffre séparé, une carrosserie classique très prisée sur place et qui se veut flatteuse. Mais, la Ford restera évidemment sous la barre fiscale fatidique des 4 mètres. Ce sera le pendant indien de la prochaine mini-Ka à cinq portes déjà dévoilée il y a quelques semaines et plutôt destinée, elle, au Brésil. Pour comprendre à quel point les véhicules sont de taille réduite, notons qu'une Renault Clio IV serait ici trop grosse !

ford figo
Ford Figo Concept: lignes sages, quatre portes et un coffre séparé... en moins de quatre mètres de long. Ford fait dans le classique indien. / DR

Un salon au milieu… de nulle part

Petites voitures pas chères rime avec … petit salon où les présentations se font à l'économie. Pas d'architectures compliquées pour les stands, de grands « shows » ou d'hôtesses dévêtues, non. Tout est sobre et plutôt austère, avec d'ailleurs très peu de monde. Ca change des grands salons de Genève, Francfort, Paris, Detroit, Shanghai ou Pékin. Et, pour fantasmer, pas de présentations non plus de grosses voitures « bling-bling » pour milliardaires ou faire rêver tous les autres ! Si les constructeurs allemands de haut de gamme étaient bien présents au salon de New Delhi, leurs stands étaient d'ailleurs bien moins démonstratifs, voire arrogants, qu'à Francfort, Detroit ou en Chine. Et les voitures haut de gamme de Jaguar Land Rover (propriété de l'indien Tata) étaient exposées dans le même hall que les rustiques poids-lourds du groupe.

Certains halls semblent d'ailleurs carrément improvisés avec des toits de toile ! Durant la journée du 5 février réservée aux professionnels où nous l'avons visité, ce drôle de salon arborait en effet des stands souvent pas finis. Il y a visiblement eu du retard. Salon assez « pauvre » dans ses aménagements, l' « Auto Expo » se déroule en outre… au milieu de nulle part, dans le nouveau quartier des affaires excentré de Greater Noida, à une trentaine de kilomètres du centre de Delhi, qui est lui aussi en construction.

Changements des mentalités en cours

Alors, pas sexy l' « Auto expo » où se mêlent allègrement voitures, deux-roues, camions, cars, bus et triporteurs ? Pas très, non ! Mais, si la plupart des voitures restent minuscules, ternes, avec des intérieurs rustiques et tristes, les choses évoluent. « Il faut des voitures expressives, avec désormais des attentes fortes des clients en matière de qualité », explique Patrick Lecharpy, responsable du design Renault pour l'Asie-Pacifique, lors de notre visite au centre de recherche et développement Renault-Nissan de Chennai. Ce centre est du reste très fier de son concept de micro-« crossover » Kwid, dont l'intérieur coloré et original a été dessiné par les designers indiens. Le design extérieur est, lui, l'oeuvre du centre de design Renault du Brésil. Chez Renault, on affirme d'ailleurs que la prochaine voiture à très bas coûts de la marque ne sera ni lugubre ni dépourvue de charme…

Habitués à une très forte croissance, les constructeurs ont été en tous cas confrontés à une chute de 9,5% du marché indien l'an dernier à 1,8 million d'unités - la taille du gâteau français -, la première baisse depuis une dizaine d'années. Si le marché ne devrait pas repartir avant les prochaines élections législatives, le potentiel reste toutefois formidable, l'Inde ne compte que 15 voitures pour 1.000 habitants à peine, ce qui est dérisoire. Du coup, les investissements se multiplient.

Près de 4 milliards d'euros ont été déboursés ces deux dernières années dans de nouvelles capacités de fabrication et 3,5 milliards devraient l'être au cours des deux prochaines, selon l'association des constructeurs indiens SIAM.

Les constructeurs comprennent d'ailleurs que leurs véhicules pas chers spécifiques pour l'Inde peuvent leur donner des atouts ailleurs. Maruti-Suzuki exporte ainsi son Alto vers l'Europe. Même pour chose pour la petite Nissan Micra fabriquée à Chennai. Et la future voiture à moins de 4.500 euros de l'Alliance Renault-Nissan, si elle a été étudiée prioritairement pour l'Inde, ne devrait pas moins être ensuite proposée en Amérique du sud, voire en Europe. Quitte à lui mettre des équipements en plus.

Les centres de recherche et développement locaux se multiplient aussi. « C'est un centre d'ingénierie frugale pour pays émergents », indique Karim Mikkiche, directeur du centre technique Renault-Nissan de Chennai chargé de développer la plate-forme à très bas coûts « CMF-A ». Une plate-forme aussi économique n'aurait pu être développée nulle part ailleurs. Techniciens ou ingénieurs compétents mais aux salaires sans aucune mesure avec ceux de l'Europe et tissu de fournisseurs eux-mêmes à bas coûts forment un cocktail hyper-compétitif, utilisable pour d'autres marchés du monde. C'est ce qu'on fait au sein de l'Alliance Renault-Nissan. Après la voiture à bas coûts (Logan), vive donc celle à très bas coûts !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2014 à 9:54 :
et oui, retour vers le monde réel... la vraie vie qui nous montre bien les différences entre les pays... dans nos pays soi-disant "riches..." le succès des Logan montre bien la réalité des choses (d'ailleurs même le constructeur fait des bénéfices sur de type de véhicule à bas coût)
une voiture à 5000 EUR est surement moins sexy qu'une voiture à 45kEUR mais la demande existe aussi dans l'Europe en crise; le marché répond à la demande tout simplement...
a écrit le 09/02/2014 à 11:32 :
N'ayant pas les moyens de m'acheter une voiture Française neuve, j'attends avec impatience la sortie d'une dodoche, 4L, méhari ou d'une rodéo, je n'ai pas besoin de lève-vitre électrique, de vérin pour ouvrir un coffre de voiture, non je veux d'une voiture simple, sobre et fonctionnel, aujourd'hui aucun constructeur ne me propose ce simple fait, mais il est vrai que se ne sont pas des critères pour faire du fric!!!
Réponse de le 09/02/2014 à 20:28 :
Il y a de nombreuses occasions très intéressantes sur le bon coin, par exemple. Il faut faire attention et se documenter un peu, mais on y trouve assez facilement des rapports qualité/prix assez imbattables.
Réponse de le 10/02/2014 à 1:02 :
@Rvé: dans ta gamme, y a le pousse-pousse avec mémère comme moteur principal :-) si tu la pousses pas trop, elle devrait faire du 2 litres (d'eau) aux cent :-)
a écrit le 09/02/2014 à 10:45 :
Marre des salons d'auto OU ça sent le channel 5, mater les filles...j'y Vais pour voir des voitures mettre les mains dans le cambouis, sentir le cuir et l'essence!
Réponse de le 10/02/2014 à 1:07 :
@Gub: on te croit sur parole, rien de mieux que de réparer une ruine plutôt que de s'attarder sur le chassis d'une vénus aux contours incontournables :-)
a écrit le 08/02/2014 à 18:28 :
Je dirai qu'en Europe nous sommes tous des pays immergents plutôt. LOL Peu de fois j'ai vu un salon auto tellement moche que celui-là en Inde, bravo à Citroën, vous avez réussi à créer la plus mauvaise copie d'une Mini Cooper déjà vue !
a écrit le 08/02/2014 à 14:22 :
Nous sommes tous des pays émergeants entre ceux qui ne peuvent investir plus de 5000 Euros dans une voiture et les jeunes générations qui souhaitent ne plus en acheter.
D'où la sortie de véhicules fun et pratiques comme cette Renault et son drone ou la Citroën C4 Cactus . Il va vraiment falloir faire preuve d'imagination . Si les constructeurs veulent vendre il faudra donner envie aux très jeunes du moins ceux qui auront un vrai salaire et n'habitant pas un centre ville .
Cela dit il y aura toujours des passionnés .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :