PSA, Dongfeng et l'Etat français sont parvenus à un accord

 |   |  582  mots
Usine de PSA avec Dongfeng en Chine
Usine de PSA avec Dongfeng en Chine (Crédits : DR)
PSA serait parvenu à un accord avec Dongfeng Motor et l'Etat français sur les modalités d'une augmentation de capital pouvant aller jusqu'à quatre milliards d'euros. L'accord sera présenté le 18 février au conseil de surveillance.

PSA Peugeot Citroën serait parvenu à un accord avec Dongfeng Motor et l'Etat français sur les modalités d'une augmentation de capital pouvant aller jusqu'à quatre milliards d'euros, a-t-on appris ce mercredi de sources proches du dossier. Un protocole d'accord non contraignant ("Memorandum of Understanding") sera présenté mardi prochain, 18 février, au conseil de surveillance du constructeur tricolore.

Il devrait être signé le même jour, ont indiqué trois sources citées par l'agence Reuters. PSA se bornait à indiquer jusqu'à présent qu'il espérait faire une annonce le 19 février, lors de la publication de ses résultats annuels 2013.

14% pour chacun des trois grands actionnaires

Selon les sources, la plupart des modalités de l'accord de principe sont établies. Chacun des trois actionnaires détiendra environ 14% de PSA à l'issue de l'augmentation de capital, qui verra la présence de la famille Peugeot diluée. Celle-ci détient actuellement 25,4% du capital et 38,1% des droits de vote du groupe. PSA lèvera trois milliards d'euros à travers une  augmentation de capital réservée à Dongfeng et à l'Etat français, à un prix de 7,50 euros.

S'ensuivra une augmentation de capital avec droits préférentiels de souscription pour les actionnaires existants. Ceux-ci disposeront de "warrants" leur permettant d'acheter des titres supplémentaires, ce qui, a précisé mercredi une des sources, pourrait aboutir à lever un milliard d'euros supplémentaire.

Un volet industriel sera inclus dans l'accord. Il visera à approfondir la coopération existante entre PSA et Dongfeng en Chine, avec le développement commun de technologies PSA, comme celle de la voiture "propre" "Hybrid Air", mais aussi la construction d'une quatrième usine dans l'ex-Empire du Milieu. Les deux groupes exploreront également en commun d'autres marchés en Asie-Pacifique, alors que PSA y est aujourd'hui très faible..

Problèmes de gouvernance à régler

Le choix d'une personnalité indépendante pour la présidence du conseil de PSA est le principal point à régler en termes de gouvernance. Qui sera à sa tête? Ce poste est aujourd'hui occupé par Thierry Peugeot, qui ne veut pas laisser sa place. "Au regard du deal et du fait qu'ils ne mettent que très peu d'argent, les Peugeot ne peuvent pas avoir la présidence », expliquait dernièrement une source à la Tribune. L'Etat a fait son choix et veut imposer Louis Gallois, l'ancien président d'EADS, aujourd'hui à la tête du commissariat général à l'investissement, et membre du conseil de PSA.

Certains acteurs de ce dossier, font remarquer toutefois que Louis Gallois, « outre son manque de connaissance de l'automobile et de la Chine, aura du mal à être considéré comme un indépendant en raison de ses liens avec l'Etat». Philippe Varin, l'actuel président du directoire, doit en ce qui le concerne, céder prochainement la direction opérationnelle du consortium automobile français  à Carlos Tavares, ex-bras droit de Carlos Ghosn chez Renault.

Un million de voitures en France

Histoire de rassurer les sceptiques et les détracteurs, PSA a assuré en tous cas  ce mercredi qu'il s'engageait "à produire 1 million de véhicules en France en 2016", ce qui représente tout simplement le  maintien des niveaux des deux dernières années.

Le groupe affirme également s'engager "au lancement d'ici à 2016 d'au moins un nouveau modèle dans chacune de ses usines de montage en France". Il rappelle également qu'il compte  "investir 1,5 milliard d'euros en France sur la période 2014 - 2016 et y réaliser plus de 75% du volume d'activité en recherche et développement à l'horizon 2016".

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2014 à 7:46 :
L’état Français devrait arrêté de placer ces petits copain diplômé mais incompétent, il n'y a pas de cadre d'envergure a Peugeot!
Réponse de le 13/02/2014 à 11:32 :
Carlos Tavares me semble pourtant tout a fait competent
a écrit le 12/02/2014 à 22:41 :
Thierry Peugeot a raison.
Ce plan profite beaucoup trop à Dongfeng, qui à terme avec le retournement du marché va réaliser une très forte plus-value - en plus de récupérer les technologies et les brevets (dont PSA est le premier déposant en France).
Ce n est que justice d aider PSA qui a conservé 40% de sa production en France, plus que les 25% de Renault, où l Etat est pourtant actionnaire. Et ce d’autant plus que ses difficultés sont la conséquence d une crise sans précédent du marché européen (en baisse de six années consécutives) et de sa sortie imposée du marché iranien par GM, le groupe étant bien géré par ailleurs.
D autre solutions - indépendamment de l appel direct au marché - sont préférables:
- Pourquoi ne pas plutôt faire monter davantage l État au capital de PSA via le FSI et obliger au rapprochement avec Renault par prises de participations croisées ?
- Ou encore pour 3 milliards (0,3% de la dette publique), l Etat aurait pu parachever le redressement de PSA sans même prendre de risque pour le contribuable – rien par rapport aux sommes engagées pour les banques ...
Réponse de le 13/02/2014 à 9:35 :
Le groupe est peut-être bien géré, mais il avait une stratégie catastrophique.
a écrit le 12/02/2014 à 21:56 :
sont un nouveau groupe automobile à part entière ? Ca fait combien de voitures à eux deux en 2013 ?
a écrit le 12/02/2014 à 20:36 :
Champagne ce soir, champagne, un magnum, un ...!!!
Réponse de le 12/02/2014 à 20:45 :
Et vase.line demain car les Chinois ont inventé le commerce international et ne sont pas des tendres
Réponse de le 12/02/2014 à 23:57 :
C'est une blague ? Et les américains sont des tendres ? Et les russes ? Et les français ? Regarde la poutre dans ton oeil.
Réponse de le 13/02/2014 à 6:46 :
Ah les Francais, oui ce sont des extra tendres avec un coeur moelleux quand on voit le deficit commercial depuis 20 ans !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :