PSA : l'entrée de Dongfeng avalisée par la famille Peugeot

L'État et le groupe chinois vont investir chacun 800 millions d'euros pour entrer au capital du constructeur automobile français. Carlos Tavares, nouveau patron du groupe, devrait prendre les rênes d'ici fin mars. Le conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën a validé ce mardi le protocole d'accord.
La famille Peugeot pourrait perdre le contrôle de la société, fondée en 1810. (Photo : Reuters)
La famille Peugeot pourrait perdre le contrôle de la société, fondée en 1810. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)

L'avenir de PSA se joue mardi. Le conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën a validé un protocole d'accord ouvrant la voie à une entrée de l'Etat et du chinois Dongfeng  dans son capital, selon une source proche du dossier. L'État français et le chinois Dongfeng devaient signer ce mardi le protocole d'accord (MoU) sur l'augmentation de capital du groupe automobile français.

À Paris, des sources proches du dossier ont indiqué  lundi soir à Reuters que les conseils d'administration d'Etablissements Peugeot Frères et de FFP, la holding de la famille Peugeot, avaient voté lundi soir en faveur de ce protocole d'accord non contraignant.

1,6 milliard d'euros investis 

Aux termes du MoU, Dongfeng et l'Etat français vont injecter chacun 800 millions d'euros pour acquérir une participation de 14% dans PSA, a précisé la source de Dongfeng sous le sceau de l'anonymat.

L'opération pourrait être portée à près de quatre milliards d'euros par le biais de bons de souscription d'actions (BSA). Ces bons donnent droit de souscrire, pendant une durée déterminée, à des titres dont le prix est fixé à l'avance.

      >> Lire aussi l'enquête sur les dessous de l'opération de sauvetage

 La famille Peugeot, qui détenait jusqu'alors 25% du capital et 38% des droits de vote, va voir sa participation ramenée à 14%, au même titre que Dongfeng et l'Etat français, et perdra de ce fait le contrôle de la société fondée en 1810.

Carlos Tavares, nouveau patron du groupe

Un autre point à l'ordre du jour sera la date de prise de fonction de Carlos Tavares comme patron du groupe, attendue fin mars. L'ex-numéro deux de Renault a fait son entrée début janvier au directoire pour pouvoir boucler le budget 2014.

Il doit être nommé mercredi à la tête de la branche automobile, prenant ainsi officiellement en main la gestion de l'opérationnel, tandis que Philippe Varin se concentrera sur le bouclage des négociations avec l'État et Dongfeng.

Louis Gallois pourrait quant à lui occuper le poste de président du conseil de surveillance, poussé par l'État français, comme nous le révélions la semaine dernière.

Accord final en mars

Le protocole d'accord devrait être soumis mardi matin au conseil de surveillance de PSA et devrait être signé dans la foulée avant sa présentation publique, mercredi, en même temps que les résultats annuels du groupe.

L'accord final quant à lui doit être signé fin mars lors de la visite du président chinois Xi Jinping à Paris et une assemblée générale extraordinaire est attendue ensuite pour pouvoir déclencher l'opération

La cotation du titre Dongfeng a été suspendue mardi à la Bourse de Hong Kong en attendant une annonce officielle. L'action avait clôturé en baisse de 1,6% lundi, à 10,96 dollars de Hong Kong.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 22/02/2014 à 12:37
Signaler
5.5 milliards de pertes en 2012, 2.3 milliards de pertes en 2013, pour 2.8 millions de véhicules vendus dans le monde, soit plus de 800 euros perdus par véhicule, contre 1900 euros un an plus tôt. Y'a pas à dire, y'a du mieux chez PSA !!!

à écrit le 19/02/2014 à 11:01
Signaler
Brevets !!! Brevets de quoi ? Nos fusées Longues Marche , notre alunissage , notre industrie automobile les possèdent déjà. La Chine produit ses propres Jets de combat , qui surpassent les équipements japonais provenant de l'Occident. Tous ces brev...

le 19/02/2014 à 11:25
Signaler
Je suis sûr que si j'y donne un coup de pied , y'en aura au moins 30 000 000 qui vont tomber sur leur tête.

à écrit le 19/02/2014 à 8:47
Signaler
Si j'ai bien compris, on a bradé des bijoux de famille (payés par nos impôts) comme les autoroutes à des mafias privées sous prétexte que l'état n'a rien a faire dans le domaine concurrentiel ... et on s'en va claquer du pognon dans un constructeur a...

à écrit le 19/02/2014 à 8:41
Signaler
La famille Peugeot n'est elle pas installée en Suisse ??????

à écrit le 19/02/2014 à 6:50
Signaler
Enfin Peugeot va pouvoir démarrer les projets sérieux et se développer. Il est vrai que sans la famille ce sera plus facile, tant les résultats sont catastrophique faute d'avoir eu un plan de développement à l'international et de sérieuses alliances ...

le 19/02/2014 à 8:35
Signaler
le probleme de peugeot c'est d'avoir voulu faire du "made in france"

à écrit le 18/02/2014 à 22:15
Signaler
Les socialistes oseront-ils demander l'avis des français par référendum concernant cette entrée au capital de PSA avec leurs impôts qui ne cessent d'augmenter?

à écrit le 18/02/2014 à 20:09
Signaler
Donc Peugeot détient autant de capital que de droit de vote ?

à écrit le 18/02/2014 à 15:03
Signaler
Adieu le MADE IN FRANCE

le 18/02/2014 à 17:56
Signaler
Qui va acheter des voitures MADE IN FRANCE ? Vous peut etre ? Quelle est votre voiture ? Et seriez vous pret à payer le double du prix pour achter MADE IN FRANCE ?

à écrit le 18/02/2014 à 13:25
Signaler
Voilà encore...une réussite Made In France , de l'invention bluffante du ministère du redressement productif.....

à écrit le 18/02/2014 à 12:36
Signaler
Je pense qu'il y a confusion sur le terme MoU. Un protocole d'accord c'est MoA (Memorandum of Agreement) un non un MoU (Memorandum of Understanding). En jurisprudence française et dans presque tous les pays, le MoA a la valeur légale d'un acte contra...

à écrit le 18/02/2014 à 10:21
Signaler
C'est la fin en France de Peugeot. D'ici peu le centre de production le plus important de l'entreprise française se situera en Chine. Avec ses 14% l'état ne sert qu'à (tenter de) contrebalancer politiquement la présence de Dongfeng.

le 18/02/2014 à 10:28
Signaler
Quel français achèterait une voiture totalement fabriquée en france, donc à un prix élevé à cause du salaire des ouvriers français ? Très peu !

le 18/02/2014 à 10:51
Signaler
Il faut ajouter: Les entreprises françaises ne sont pas capables toutes seules de fabriquer une voiture aux standards actuels. Beaucoup de brevets sont tenus par les entreprises étrangères.

le 18/02/2014 à 11:28
Signaler
@fin Il faut surtout éviter volkswagen, gros problèmes de qualité, audi le dernium audi classé 19 ème sur 20 au classement fiabilité d'Auto plus du 10 01, corroborant le classement des anglais du car Reliability Index, une imposture, d'ailleurs ça ba...

le 18/02/2014 à 12:44
Signaler
Quels brevets ? Sur des moteurs hyper electroniques de malades qui se cassent au moindre bobo ? Sur des gadgets electoniques comme ipod ipad, iphone et autres trucs ? On peut faire une voiture de base, et simple, pas besoin de brevet sur le dernie...

le 18/02/2014 à 13:17
Signaler
Si une voiture même simple, mais respectant les normes en vigueur, notamment en ce qui concerne la consommation, peut se faire sans brevet recent et souvent étranger, j'en doute. A part ça, oui, on peut faire une voiture de base et simple. Ça s'appe...

le 18/02/2014 à 17:58
Signaler
Ben voyons, l'excuse des brevets maintenant, des dizaines de sociétés dans le monde font des totomobiles, et sans brevets. L'autre il nous sort la trabant, et pourquoi pas la charrue et les boeufs pendant que ty es ?

le 18/02/2014 à 20:32
Signaler
Et sinon, le brevet sur les engrenages à double chevron que toutes les marques utilisent, a qui appartient-il?

à écrit le 18/02/2014 à 10:16
Signaler
Les Chinois sont aux commandes. Les choses sérieuses vont commencer.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.