Bruxelles sanctionne un cartel de roulements automobiles, 953 millions d'euros d'amende

 |  | 273 mots
Lecture 2 min.
Il s'agit de la sixième amende cumulée la plus lourde infligée à ce jour par la Commission européenne à un groupe d'entreprises ayant participé à une entente. (Photo : Reuters)
Il s'agit de la sixième amende cumulée la plus lourde infligée à ce jour par la Commission européenne à un groupe d'entreprises ayant participé à une entente. (Photo : Reuters) (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Six entreprises étaient concernées par une entente sur les prix entre 2004 et 2011. La japonaise JTEKT a bénéficié d'une immunité pour avoir dénoncé les agissements du cartel auprès de la Commission européenne.

La Commission européenne a infligé des amendes d'un montant total de 953 millions d'euros à cinq entreprises européennes et japonaises, qui ont participé à une entente sur le marché des roulements automobiles, a-t-elle annoncé mercredi.

Il s'agit de la sixième amende cumulée la plus lourde infligée à ce jour par la Commission européenne pour une sanction de ce type.

Au total, six entreprises s'étaient entendues sur leur stratégie tarifaire de 2004 à 2011. La japonaise JTEKT a toutefois bénéficié d'une immunité pour avoir révélé l'existence de l'entente à la Commission.

Les entreprises européennes plus durement sanctionnée

La sanction individuelle la plus importante a été infligée à l'allemand Schaeffler, qui écope de plus du tiers de l'amende totale, soit 370,5 millions d'euros. Le suédois SKF s'est vu infliger une amende de 315,1 millions d'euros.

Les japonais NTN, NSK et NFC se sont vu infliger les sommes respectives de 201,3 millions d'euros, 62,4 millions et près de 4 millions.

L'UE en guerre contre les cartels

Le commissaire européen chargé de la Concurrence, Joaquin Almunia, cité dans le communiqué, commente une décision "clé" : 

"La décision d'aujourd'hui marque une nouvelle étape clé dans les efforts déployés actuellement par la Commission pour mettre un coup d'arrêt aux ententes sur le marché des pièces détachées automobiles, après les sanctions déjà infligées aux producteurs de fils électriques et de mousse utilisée dans les sièges des voitures",

"J'espère que les amendes infligées dissuaderont les entreprises de s'adonner à ces pratiques illégales et aideront à rétablir la concurrence dans ce secteur", a-t-il insisté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2014 à 2:36 :
pour le cartel des fondements immobiles de Bruxelles?
a écrit le 19/03/2014 à 17:46 :
à moi, on m'avait dit que les allemands, les suédois, les japonais se considéraient comme des gens très honnêtes, et même parmi les plus honnêtes du monde, les moins corrompus. M'aurait on menti ?
a écrit le 19/03/2014 à 17:01 :
SKF, c'est plus de 5 000 milliards d'euros de chiffre d'affaires, soit 35 000 milliards sur 7 ans (en supposant que l'entente n'ai pas produit d'effets avant, ni après...). 315 millions d'amende, ça fait moins de 1 %. Ils sont encore largement gagnant. Je doute que ça les dissuade de recommencer. Tout au plus d'être un peu plus prudent à l'avenir.
Réponse de le 20/03/2014 à 3:50 :
Pas sur que SKF ait un CA 3 fois superieur au PIB de la France.. Les profits 2012 etaient de l' ordre de 800 Millions de dollar. 315 millions d' Euros, c'est plus de la moitie des profits annuels de l' entreprise..
a écrit le 19/03/2014 à 14:41 :
Ils volent leur client et c'est l'Europe qui touche l'argent, super.
Réponse de le 19/03/2014 à 15:13 :
Ben... Il suffirait que les clients en question portent plainte pour pouvoir réclamer une due compensation... Et vu verdict de la Commission Européenne, ce ne devrait pas être trop compliqué de l'obtenir. Et pour le coup, ce serait réellement dissuasif...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :