Toyota a recruté 520 personnes pour son usine française

 |   |  581  mots
La Yaris française en version hybride
La Yaris française en version hybride
La firme nippone démarre une troisième équipe à Valenciennes. Elle a recruté 520 personnes dans le Nord. 220.000 petites Yaris devraient être fabriquées cette année en France.

Lundi soir, Toyota a démarré la troisième équipe dans son usine française de Valenciennes. Pour cela, la firme nippone a recruté 520 personnes, qui ont suivi une formation de quatre semaines, avec des contrats de six mois renouvelables deux fois. À ce jour, 4.057 personnes produisent la petite citadine Yaris sur le site du Nord.

"En moins de quatre mois, plus de 11.000 candidats ont postulé et plus de 8.000 personnes ont participé au processus de recrutement", affirme le constructeur nippon.  "Près de 1.100 Yaris seront ainsi produites par jour, contre 840 en deux équipes", sopuligne le premier groupe automobile mondial. L'usine prévoit de produire 220.000 Yaris en 2014.

On sera encore loin de l'année record pour le site tricolore du japonais (262.000 unités en 2007). Mais très au-delà également du point bas de 2011 (150.000). Toyota a démarré son activité à Valenciennes le 31 janvier 2001. Le site produit des Yaris à essence, diesel et hybrides, pour les marchés européen mais aussi nord-américain. Il a fabriqué plus de 2,4 millions de Yaris à ce jour, exportées à 84%. Les investissements s'élèvent à plus d'un milliard d'euros.

Les clés de la réussite

Mais, comment fait donc Toyota? Il est vrai que la firme nippone bénéficie d'une usine récente, créée selon les circuits de logistique les plus modernes, avec du personnel relativement jeune. Ce qui n'est forcément pas le cas pour les vieux sites de Renault à Flins ou de PSA à Aulnay, qui a arrêté la production en octobre dernier, ou à Poissy.

Quels sont donc les fameux ingrédients qui permettent à Toyota de produire contre vents et marées des petits véhicules dans l'Hexagone, en gagnant de l'argent ? C'est essentiellement un problème de "conception de l'usine. La main d'oeuvre, c'est 8 à 15% des coûts totaux d'une voiture selon les modèles. Mais 8 à 15% proviennent du coût d'amortissement des machines. Ca, c'est lié au niveau d'investissement. 2 à 3% sont générés par les coûts de l'énergie. Il y a donc beaucoup de paramètres", nous expliquait récemment Didier Leroy, président de Toyota Europe et "créateur" du site de la firme nippone à Valenciennes.

Or,  l'usine a été conçue comme un site "maigre" avec des "outils plus simples et moins chers. Cela tient à la conception plus simple de nos voitures. Nous avons aussi un taux de fiabilité supérieur des robots, car nous faisons en interne un certain nombre de développements. Tout ça génère des économies", assurait Didier Leroy.

Beaucoup moins de retouches

Dans les ateliers de peinture, "nous avons prévu de la place pour 37 voitures en stock, contre 250 à 500 chez les concurrents. Nous faisons plus compact, donc moins cher", plaide le dirigeant, un ancien de Renault. Autre exemple: quand on "fait bien du premier coup, on retouche moins les modèles en bout de chaîne. Nous avons à Valenciennes une zone de retouches de 45 places à peine, contre 450 dans une usine standard. Vous faites là de sacrées économies de place, donc vous réduisez à aussi vos coûts",  soulignait le dirigeant, un ancien de Renault.

Et les pièces, d'où viennent-elles? "Nous avons une cinquantaine de fournisseurs français, plus d'une quarantaine de fournisseurs britanniques. Contre une vingtaine en Europe de l'est, une quinzaine en Turquie. 150 sur 200 fournisseurs ne proviennent pas de pays à bas coûts", répondait Didier Leroy, écartant la légende de composants importés massivement d'Europe de l'estLa Yaris a d'ailleurs obtenu en 2013 le label "Origine France Garantie" (OFG).

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2014 à 11:21 :
Petite précision pour les détracteurs de psa et renault.
Toyota renoue avec les bénéfices aprés plusieurs années de pertes grace .....aux hybrides !!!! qui ne sont fabriqués ni en France ni même en Europe .....et n'oubliez pas que Toyota a perçu 30.000 euros de subvention par emplois créés !!! multiplié par 4.000 = 120.000.000 euros
a écrit le 19/06/2014 à 11:14 :
" en gagnant de l'argent " Toyota comme d'autres constructeurs peine à gagner de l'argent en europe malgré les subventions reçues .
Mais les créations d'emplois sont les bien venues .
a écrit le 19/06/2014 à 9:07 :
une bonne nouvelle quand meme pour plus de 500 personnes qui seront plus a poil emploi meme si c'est pour 2 ans au minimum , tant mieux pour eux , par contre sur le plan industriel Toyota a beaucoup investi dans les machines , robots et dans la R&D qui sont la clé de voute de réussite de ses produits mais également un marketing a l'export qui est efficasse .. d'autres constructeurs devraient en prendre de la graine .. produire des véhicules qui se vendent c'est possible sans pour autant les produire dans des pays au dumping social et monétaire
a écrit le 19/06/2014 à 0:37 :
Toyota n'est le seul à embaucher. Peugeot vient d'annoncer le recrutement de 600 employés à Sochaux pour s'occuper des 60 000 commandes de la 308 à partir du mois de juin.


Et puis la marque japonaise produit en France un seul et unique modèle de sa gamme.

La Prius modèle phare de la marque est elle produite en Chine, au Japon et en Thailande.
La nouvelle Auris n'est pas non plus assemblée en France. Toyota a préféré le faire en Angleterre et en Turquie..
a écrit le 18/06/2014 à 23:15 :
Les yaris s'exportent... Les Renault et autres PSA ne se vendent qu'en France... C'est probablement un des facteurs...
a écrit le 18/06/2014 à 22:42 :
Toyota exemplaire recrute en France pour produire des citadines ;
Audi, BMW, PORSCHE, VW exemplaires, augmentent les capacités de leurs usines historiques en Allemagne et construisent de nouvelles usines neuves et supplémentaires en Allemagne.
Les piètres dirigeants et leurs cadres imbus d'eux mêmes subalternes de Renault et PSA font ainsi l'unanimité de leurs incompétences notoires... et cela dure depuis 15 ans... sacré record.
Réponse de le 19/06/2014 à 13:35 :
95% des Toyota ne viennent pas de France. Audi fait fabriquer ses carioles dans les usines Seat. du low cost déguisé en premium !
a écrit le 18/06/2014 à 22:04 :
Preuve que le problème de compétitivité de la France tient plus à l'incompétence de certains dirigeants d'entreprise. Ce que réussit à faire Toyota est une gifle pour les patrons français. Avec les mêmes couts de production, mais en misant sur l'innovation, les Japonnais arrivent à augmenter leur production en France!
Réponse de le 19/06/2014 à 11:36 :
N'oubliez pas que l'usine française a été construite avec des subventions ....françaises !!!!
a écrit le 18/06/2014 à 21:49 :
C'est que les firmes japonaises ont des patrons compétents eux. Les nôtres ne connaissent rien à l'industrie et ne se prennent pas la tête à organiser une production : ils ne regardent que le coût de la main d'oeuvre. C'est tellement plus facile de ne pas réfléchir...
Réponse de le 19/06/2014 à 11:30 :
Didier Leroy actuel pdg de Toyota europe est un ingénieur français ancien de chez renault et s'il occupe les fonctions actuelles c'est qu'il a une bonne formation de base ajoutée à son expérience acquise chez renault que ses employeurs actuels aprécie egalement !!!
a écrit le 18/06/2014 à 21:34 :
Voilà l'exemple de ce qu'il faut faire mais il y en a beaucoup d'autres (Michelin par exemple)...seulement voilà il faut peut être que la France retrouve des équipes dirigeantes compétentes comme au siècle dernier, plus tournées vers l'ingénierie que vers le powerpoint...
a écrit le 18/06/2014 à 21:19 :
Rien ne dit qu'ils gagnent de l'argent avec la Yaris. De mémoire, Toyota Europe perd de l'argent. Qui plus, un site très récent comme Onaing est optimisé (en terme de surfaces notamment), ce qui n'est pas le cas des vieilles usines de Renault et PSA Peugeot Citroën, ces derniers subissent donc des coûts fixes plus importants.
Réponse de le 18/06/2014 à 21:36 :
Ils ne recruteraient pas s'ils perdaient de l'argent...
Réponse de le 19/06/2014 à 9:10 :
si au moins des constructeurs qui se plaignent et qui viennent quémander l'aide étatique seraient plus enclin a faire de la R&D que du design copié collé et que leurs sites productifs soient plus de notre époque que des années 80 , le manque de competivité n'est pas du aux salariés sur les sites mais souvent de la vétusté des outils de production et c'est pas le seul secteur concerné helàs .. les allemands aussi l'ont compris et depuis longtemps ..
Réponse de le 19/06/2014 à 11:41 :
Théophile et balzac toyota renoue avec les bénéfices en europe aprés plusieurs années de pertes malgré les subventions reçues !!! et grace aux hybrides fabriqués hors d'europe !!!! vous avez donc tout faux dans vos résonnements .
a écrit le 18/06/2014 à 20:49 :
Quelqu'un peut-il m'expliquer comment il font alors que Renault, Peugeot et Citroën partent produire à l'étranger?
Réponse de le 19/06/2014 à 13:13 :
En Iran il y a des subventions et un cout de travail tres bas. Puis exporter vers l europe pour multiplier les profits:) C est la formule gagnante

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :