BMW et Toyota se lancent dans leur grande alliance technologique

 |   |  787  mots
Sinagture des accords BMW-Toyota le 24 janvier 2013
Sinagture des accords BMW-Toyota le 24 janvier 2013 (Crédits : Reuters)
Après avoir divorcé d'avec PSA, BMW resserre ses liens technologiques avec Toyota. Outre une collaboration sur les piles à combustible, les futures batteries pour voitures hybrides et électriques, le bavarois et le japonais vont produire une voiture de sport conjointe.

BMW, le premier spécialiste du haut de gamme automobile, et Toyota, le numéro un auto mondial, vont lancer d'ici à 2017 des voitures de sport  sur une plate-forme commune, affirme le quotidien économique Nikkei, habituellement bien informé. Ces véhicules, de carrosserie différente, seraient vendus, selon le journal des affaires nippon,  sous le nom de BMW Z4 et Toyota Supra. Les Z3 puis Z4 sont traditionnellement des roadsters et coupés sportifs chez  BMW. Le japonais a pour sa part fabriqué des coupés sportifs de haut de gamme sous le nom de Supra entre 1978 et 2002.

Plate-forme commune pour une sportive

Les deux constructeurs avaient annoncé en janvier 2013 qu'une étude de faisabilité était lancée sur une voiture de sport pour les deux marques.  Outre la plate-forme commune, les deux groupes envisagent une fabrication conjointe, d'après le Nikkei.."Nous nous sommes mis d'accord sur une architecture commune pour une voiture de sport", avait affirmé en décembre dernier Herbert Diess, Directeur du développement du constructeur bavarois, au quotidien Frankfurter Allgemeine. "Ce qui est important, c'est qu'il en résulte deux véhicules différents, qui représentent leur marque de manière authentique", avait-il ajouté.

BMW et Toyota entretiennent un étroit partenariat, lequel a hélas remplacé celui qui avait été noué  naguère entre l'allemand et... PSA. Ce dernier a été dissous à l'occasion de l'alliance ratée entre le français et General Motors.

Grande alliance technique en 2011

La voiture de sport n'est qu'un aspect mineur de la vaste coopération germano-japonaise. Le munichois et le japonais avaient signé des accords préliminaires à une grande alliance technique le 1er décembre 2011,  pour le "développement de la prochaine génération de véhicules et de technologies écologiques". Il avaient ensuite paraphé en janvier 2013 les "accords exécutoires prévoyant une collaboration de long terme entre les deux entreprises" sur les technologies du futur.

Les deux constructeurs doivent ainsi travailler ensemble sur "la technologie de la pile à combustible", qualifiée de "solution indispensable pour réduire à zéro les émissions", selon le communiqué commun.Toyota va lancer en 2015 sa première voiture de "série" à pile à combustible.

Les deux groupes doivent "partager leurs technologies et développeront conjointement les bases d'un système de véhicule à pile à combustible comprenant non seulement la pile elle-même et le système mais aussi le réservoir à hydrogène, le moteur électrique et la batterie, avec une réalisation prévue pour 2020".

Batteries nouvelles à l'étude

Les deux entreprises ont aussi "lancé la recherche conjointe sur le développement de batteries lithium-air d'une densité énergétique nettement supérieure à celles des batteries lithium-ion actuelles". Pour des véhicules hybrides, dont Toyota fut le pionnier en 1997, et électriques.

Autre volet de la collaboration: l'allègement des véhicules, pour moins consommer et réduire les émissions de CO2. L'accord porte  ici sur "les technologies de construction légère pour la carrosserie des véhicules en utilisant des matériaux de toute dernière génération comme les composites renforcés". Là, BMW est en avance comme il prouve sur sa toute dernière i3 électrique à carrosserie carbone.

En parallèle, BMW fournit d'ores et déjà à Toyota des moteurs diesel pour le marché européen. Le monospace compact Toyota Verso a ainsi reçu une mécanique à gazole allemande 1,6 de 112 chevaux, qui l'équipe depuis mars dernier. D'autres modèles du japonais suivront dans la foulée. Un excellent choix au demeurant, puisque BMW est un motoriste réputé, avec des mécaniques à la fois souples, agréables et sobres.

BMW et PSA ont divorcé

En 2012, BMW avait rompu avec PSA sur les hybrides du futur. L'allemand a  alors repris 100% de l'ancienne co-entreprise avec le français, détenue jusqu'alors à 50-50. La société BPCE avait commencé ses travaux en 2011. Plusieurs centaines de personnes (500) travaillaient aux études à Munich, siège de BMW.  BPCE avait pour objectif d'organiser des achats communs, de développer et mettre sur le marché des composants pour systèmes de traction de véhicules hybrides. La production desdits composants devait être assurée par le site PSA de Mulhouse (Haut-Rhin) à partir de la fin 2014. Dommage!

BMW et PSA fabriquent certes des moteurs à essence en commun depuis 2006. Mais à terme cette collaboration devrait s'arrêter. PSA affirme certes que la coopération  court jusqu'en 2017. Mais le constructeur allemand se détourne progressivement de ces mécaniques. Le bavarois a sorti en effet ses premiers moteurs modulaires développés en solo, sans le groupe français, et qui équipent la dernière Mini trois portes avant de prendre place sur le futur monospace compact de BMW. Ils remplaceront à terme les moteurs communs franco-allemands.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2016 à 17:39 :
Mes excuses d'abord pour un commentaire qui n'a rien à voir avec le sujet traité.Je veux signaler que les décideurs des contraintes qui pèsent sur les voitures utilisent ,un peu comme un supplice chinois de la goutte d'eau,toutes les mesures de restrictions : diesel,CO2,filtre à particules,réduction ou pénalisation des taxes,priorité aux électriques,anathèmes sur les down sizing,arrêt du diesel,bref une incohérence de projets qui toujours donné à penser qu'à l'Europe il existe une pétaudière de mauvais aloi.Il est certain que la pollution des mégalopoles est scandaleuse.Encore faudrait-il ne pas s.en prendre qu'aux' véhicules privés ;.les poids l'ours,les avions les chauffages domestiques,les bus diesels sont aussi concernés.Ce qui manque c'est une politique encadrée et à longs termes qui circonscrit clairement des normes...pour qu'un achat ne soit pas déclassé ou obsolète...et le client pénalisé.
a écrit le 11/07/2014 à 17:01 :
avant que l'un essaie de manger l'autre ...
a écrit le 11/07/2014 à 11:24 :
On voit tut de suite la combine de ces deux lascars. L'accord est uniquement sur une caisse avec des frais réduits de construction dite "sportive" que le gogo est prêt à payer cher sans rechigner (pas de cassage de prix) et donc tout bénef pour les deux.
Le reste c'est de la comm merdique sur les batteries et compte tenu des évolutions trop rapides de la technologie des batteries il n'est pas prudent de la figer dans un modèle qui risque d'être démodé très vite. Rien ne sortira de là dedans.
a écrit le 11/07/2014 à 10:34 :
BMW et TOYOTA vont prendre une avance considérable et PSA continuera à faire des moteurs ayant une à deux génération de retard : plus gourmands, plus polluants et moins fiables.
Je parle en connaissance de cause, j'ai eu une Peugeot, puis une BM, puis une Citroën et il n'y a pas photo entre ceux qui prétendent faire les meilleurs diesels du monde et ceux qui les font effectivement
a écrit le 11/07/2014 à 9:46 :
D'incompétence de la part des dirigeants de PSA qui ont foiré l'alliance pourtant naturelle avec BMW.A long terme , je ne serais pas autrement étonné que ces choix soient à l'origine de la disparition/ dissolution de cette belle entreprise.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :