L'équipementier tricolore Valeo séduit les allemands et chinois

 |   |  589  mots
Jacques Aschenbroich, DG de Valeo, affiche un beau bilan semestriel
Jacques Aschenbroich, DG de Valeo, affiche un beau bilan semestriel (Crédits : reuters.com)
Le fournisseur français d'équipements de haute technologie pour l'automobile fait 30% de son chiffre d'affaires avec les constructeurs allemands. Au premier semestre, il a accru de 25% ses commandes et sa marge opérationnelle atteint 7%.

"Il n'y pas beaucoup d'entreprises dans l'automobile et même ailleurs qui aient une telle croissance". C'est rare que Jacques Aschenbroich, Directeur général de l'équipementier automobile Valeo, habituellement modeste dans ses déclarations, se laisse aller au triomphalisme. Il est vrai que la réussite du founisseur d'équipements automobiles tricolore, lequel a intégré le CAC 40, mérite un tel enthousiasme. 

Hausse de 25% des prises de commandes

Alors que Renault et surtout PSA sont empêtrés dans d'énormes difficultés, les grands équipementiers français triomphent. Après les excellents résultats semestriels de Plastic Omnium jeudi, c'est au tour de Valeo de présenter les siens ce vendredi.

Valeo annonce au premier semestre une "hausse de 25% des prises de commandes à 9,1 miilliards d'euros. C'est ce qu'on faisait en une année pleine il y a cinq ans", souligne Jacques Aschenbroich.. Un chiffre-clé puisqu'il conditionne... les ventes des années à venir. Le résultat opérationnel de la firme a progressé de 15% à 442 millions d'euros, soit une marge de 7% d'un chiffre d'affaires en progression de 10% à 6,3 milliards.

Le bénéfice net a progressé de 21% à 278 millions, soit 4,4% du chiffre d'affaires. Le résultat net par action est, lui, en progression de 19%. Pour l'année 2014, "nous visons une marge opérationnelle un peu supérieure celle du premier semestre", pronostique Jacques Aschenbroich. Avec "une croissance supérieure à celle du marché dans les principales régions de production".

Investissements et efforts de recherche-développement

Quand on lui demande les raisons de sa bonne santé, qui contraste avec la situation des constructeurs tricolores eux-mêmes, le dirigeant de Valeo répond laconiquement : "quand, en 2009, on était en crise, nous avons pris la décision courageuse de ne pas sacrifier les investissements ou la recherche-développement. Au contraire, on les a fortement accrus. C'est ce qui explique que nous ayons ensuite aussi fortement augmenté nos commandes". Jacques Aschenbroich martèle:  "la croissance, c'est la clé. On investit 5% de notre chiffre d'affaires et on a 10% de croissance en moyenne".

Comme pour Plastic Omnium, la réussite de Valeo s'explique par la qualité et la haute technicité réconnues des produits auprès des meilleurs constructeurs mondiaux, de forts investissements  hors de France et la diversification des clients. "il y a trente ans, Valeo faisait 100% de son chiffres d'affaires avec les constructeurs français. Aujourd'hui, les clients allemands en représentent 30% (ndlr: en première monte, c'est-à-dire les ventes directes aux constructeurs), les asiatiques 26%, les américains 22%, les français 17%".

Cap sur l'Asie, surtout la Chine

Indépendamment de la nationalité d'origine elle-même des clients, le repositionnement géographique est en cours. Il n'est d'ailleurs pas terminé. Aujourd'hui, Valeo fait 51% de son chiffre d'affaires (en première monte) en Europe, 26% en Asie - dont 13% en Chine. Si  l'on prend le carnet de commandes, qui augure des ventes dans deux ou trois ans, l'Europe occidentale et orientale redescend à 40% et l'Asie monte 41% - dont 27% pour la Chine. 

En Chine, Valeo livre ainsi des constructeurs français, allemands, américains, mais aussi des marques locales comme Chery. Valeo "a finalisé au premier semestre 5 nouveaux sites et deux extensions d'usines". Il a en cours "cinq autres sites et huit extensions".

Le fournisseur tricolore est spécialiste d'un côté des systèmes et équipements permettant la réduction du CO2 ainsi que, de  l'autre, du développement de la voiture autonome et intuitive. Entreprise de plus en plus tournée vers les hautes technologies, elle emploie 78.600 personnes dans le monde et  dispose de 123 usines.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/07/2014 à 20:19 :
Benh oui, Valéo, Faurecia, Montupet, Michelin innovent et les teut's vendent leurs grosses bagnoles qui polluent
a écrit le 26/07/2014 à 9:34 :
Valeo? cette societe n'a pas bonne presse en europe au niveau du personnel: allez plutot travailler chez ZF Continental Faurecia.. Valeo travaille pour ecrire ce genre d article et pour que la facade soit belle. Valeo n est pas connu pour bien traiter ses employes (compris ouvriers cadres etc.).
Réponse de le 28/07/2014 à 7:03 :
J'y travaille depuis un quart de siècle et j'y suis resté volontairement. Evidemment beaucoup préfèrent les entreprises endormies où rien ne bouge où on va au travail en pensant surtout à la cafetaria. Valeo comme Dassault , comme Gemalto , comme Airbus rendent jaloux les incompétents
a écrit le 25/07/2014 à 18:48 :
Il y a de l'avenir pour l'industrie française, notamment l'automobile !
a écrit le 25/07/2014 à 14:57 :
S'il y a lieu d'être satisfait, il n'y a pas de raison d'être triomphant puisque cette réussite résulte d'accords pris sur tapis vert. Les équipementiers français étaient en effet dispersés, mélangés avec des fabricants d'outillage et voulant embrasser toute activité sans avoir la masse à produire leur permettant d'être bons. Le retard sur les allemands, toujours existant, était immense. Une négociation macro-économique a pointé les faits : les allemands travaillaient peu avec les équipementiers français alors que nos constructeurs le faisaient majoritairement avec eux. On a laissé le nombre des équipementiers français fondre à vue d'oeil et les survivants se sont spécialisés tandis que la demande des constructeurs elle aussi se faisait de plus en plus par gros modules. Les constructeurs ont alors pointé l'écart injustifiable dont étaient victimes les groupes français et il a été décidé un équilibrage de la balance jusqu'à présent faussée par des actes de concurrence déloyale. Bien entendu nos voisins freinent le mouvement mais il s'applique. Lorsque Valéo sera à 70 milliards de dollars, à moyen terme, nous pourrons considérer le processus terminé pour cette entreprise. Par rapport à l'état actuel, il lui faudra tripler son chiffre d'affaire.
a écrit le 25/07/2014 à 13:41 :
Bravo voilà qui change de la sinistrose et qui montre que le marché n'est plus en France heureusement et que cela ne plaise à des destructeurs de valeurs économiques comme M. Mélenchon les grandes entreprises du CAC et les ETI novatrices sont encore dans la course. Merci à toutes ces entreprises peu loquaces mais efficaces et rentables et souvent une rentabilité à 2 chiffres.
Réponse de le 25/07/2014 à 13:54 :
@ samiranda,
vous parlez des destructeurs économiques ... Sans vouloir le défendre, Mélenchon ne peut en aucun ca être responsable,
les vrais responsables ce sont ceux qui dirigent et pillent en même temps la France depuis 15 ans, c'est à dire les élus RPR UMP Nouveau Centre et PS réunis comme une grande famille soudée et de jumeaux dont la cupidité et la malhonnêteté sont leurs 2 seuls caractéristiques remarqués.
Réponse de le 25/07/2014 à 15:03 :
Oui mais M. Mélenchon est un pilier de la politique il a eu droit à user son pantalon dans un fauteuil de ministre et ses discours et sa fascination pour M. Chavez montrent tout ce qui est le plus anti économique. 15 ans votre chiffre est un mini je pense plus à 40 ans cela a commencé avec le premier choc pétrolier mal évalué par le politique et le refus pour des questions de bassesses électorales de prendre les décisions qui s'imposaient et qui s'imposent encore aujourd'hui le retard des actions sera de plus en plus douloureux. bonne journée.
a écrit le 25/07/2014 à 13:26 :
Cet article est-il censé nous faire acheter plus de voitures étrangères ? ou faire dans le politiquement correct nian-nian, du genre, les produits n'ont pas de nationalité... Les deux, mon capitaine ! Bravo pour Valeo ! et peu importe la nationalité des clients, on n'est pas raciste.
Réponse de le 25/07/2014 à 15:02 :
Valeo travaille avec les clients qui lui passent des commandes. Et il se trouve que les constructeurs allemands, Toyota, Nissan, Honda (hors d'Europe), Hyundai-Kia fonctionnent mieux que les français en ce moment. Pourquoi déverser votre bile une fois de plus et voir des arrière-pensées? Le gnan-gnan, c'est vous
Réponse de le 25/07/2014 à 17:39 :
Kia vient d'annoncer une baisse de 13,3% de son bénéfice net au 2ème trimestre 2014.
Réponse de le 26/07/2014 à 14:11 :
C'est guère mieux pour l'autre constructeur coréen. Au deuxième trimestre, le bénéfice ne de Hyundai a chuté de.6,9%
a écrit le 25/07/2014 à 13:06 :
Les champions français de l'industrie équipementiers automobile Vale, Faurecia, Plastic Omnium et une centaine d'autres moins médiatiques démontrent tous les jours que l'innovation et l’investissent industriel est porteur de croissance et de profits très honorables,
et alors
personne ne peut comprendre que PAS et Renault perdent de l'argent et ferment des usines, sauf à ce que les dirigeants et leurs subalternes de PSA et Renault soient les plus mauvais minables de la planète automobile
Réponse de le 25/07/2014 à 15:50 :
@Champions Un peu comme il nous est à priori- difficile de comprendre que l'ensemble des marques du groupe VAG soient les moins fiables des constructeurs européens avec BMW, mais à la réflexion nous savons pourquoi..., moteurs hongroises chez Audi, pièces de l'est et ou chinoises et hop, bye bye la deutsches Qualität...!!!
Réponse de le 25/07/2014 à 18:42 :
Les voitures allemandes sont très fiables, économiques en carburant et sont très prisées à la revente.
Les balivernes de l'ex godrev ne changent rien à la réalité,
peut être que les Peugeot Citroen de Slovaquie, les Renault de Turquie Roumanie Maroc posent de graves problèmes de sécurité, leurs certificats d'immatriculations devraient leur être rétirés,
les Renault et Nissan d'Espagne Grande Bretagne aussi
pour les Renault de Corée du Nord, c'est fait les clients les ont rejetées massivement
Réponse de le 25/07/2014 à 20:20 :
La Golf 7 est moins bonne à la revente que la 308.

Et en terme de fiabilité, Volkswgaen/Audi/Skode c'est la pire offre en Europe.
Réponse de le 25/07/2014 à 23:18 :
Fiable devrait apprendre à mieux maîtriser le français...il cache mal son origine germanique, et cela ne suffit pas a rendre les voitures allemandes...plus fiables... J'en ai l'expérience !!! Camelote est un mot d'origine allemande et la finition (bonne) ne fait pas la fiabilité (mauvaise).
Réponse de le 26/07/2014 à 0:03 :
ja, Fiable est un bon compatriote allemand ou collaborateur, et comme tous les allemands il est un peu nationaliste. Hihihi.
Réponse de le 26/07/2014 à 7:24 :
C'est un fait, Renault est devenu un importateur massif de carrioles et de tombereaux sous la marque Dacia, des bagnoles qui sont en retard de 10 ans sur la sécurité des passagers et avec des moteurs d'un autre age qui polluent et consomment beaucoup avec leurs vieilles boites de vitesses dépassées.
Rnault impote de Turquie, de Corée, du Maroc, de Slovénie, d'Angleterre avec Cameron qui déteste la France, d'Espagne ou les salariés ont subit un chantage aux baisses de salaires pendant que Ghosn et ses subalternes se gavent avec des hausses de salaires astronomiques ...
tout cela est très très malsain
Réponse de le 26/07/2014 à 15:26 :
il n'y a pas de Renault importé d'Angleterre.
Arrêtez de raconter les mêmes balivernes pour Dacia.
Réponse de le 28/07/2014 à 10:28 :
Reno malsain porte bien son nom. Les Dacia sont réputées pour leur rapport qualité/prix. Les composants sont fiables et les moteurs tout à fait économes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :