Fin de Mia Electric, l'entreprise fétiche de Ségolène Royal

 |   |  329  mots
La voiturette électrique de Mia Electric
La voiturette électrique de Mia Electric (Crédits : reuters.com)
Le tribunal de commerce de Niort a décidé de ne pas retenir les offres de reprise du fabricant de voiturettes électrique Mia. La société fétiche de Ségolène Royal sera vendue aux enchères. Mia avait été placée en liquidation judiciaire en mars dernier,

L'enfant chéri de Ségolène Royal n'a reçu aucune offre de reprise viable. Le tribunal de commerce de Niort a décidé en effet de "ne pas retenir les offres qui lui ont été soumises" et de "faire vendre aux enchères les actifs de l'entreprise" de voiturettes électriques Mia, placée en liquidation judiciaire en début d'année, a-t-on appris ce jeudi au greffe. La vente aux enchères de Mia devrait avoir lieu en septembre prochain. Cette annonce sonne le glas des minces espoirs de sauvegarde de l'emploi pour une partie des 200 ex-salariés licenciés en mars.

"La marque est morte"

La décision du tribunal de commerce, même si elle était pressentie, "est très symbolique: la marque Mia est morte", a-t-on réagi de source syndicale. La justice, mi-mai, avait remis à plat la liquidation judiciaire de Mia Electric, l'entreprise de Cerizay (Deux-Sèvres) qui était le chouchou de l'ex-présidente de la région Poitou-Charentes, aujourd'hui ministre de l'Ecologie, laquelle en avait fait une cause personnelle. La justice considérait qu'il s'agissait d'une cession d'actifs et non d'activité, un contexte moins favorable pour l'emploi.

Avant cette décision de la mi-mai, trois offres étaient pendantes, dont une contenait un engagement à reprendre 76 emplois. Depuis, les offres avaient évolué, mais l'une au moins, Mia Generation, se proposait de "relancer la construction du véhicule" avec pour cible une voiture électrique à 10.000 euros, selon son président Gwenaël Cottais.

La région a 12% des parts

Le dossier Mia était emblématique pour la région Poitou-Charentes. Elle avait bénéficié d'importants fonds publics. La région détient 12% des parts de Mia Electric, une société créée en 2010 pour concentrer les activités voitures électriques de l'ancien carrossier Heuliez.

En 2012, 337 voiturettes à peine ont été vendues. Très, très loin des 12.000 unités totales chaque année naguère escomptées officiellement, non sans un manque total de réalisme !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2014 à 13:25 :
sego et les écolos sont bornés .'.qui vas acheter une bagnoles qui a 100km ou 2 h maxi d autonomie ,si au moins ils avaient prévus une turbine gpl pour recharger la batterie ou reprendre le relais ...
Réponse de le 20/08/2014 à 22:17 :
En tant qu'ancien salarié, je peux vous expliquer pourquoi cette voiture n'a pas marché. Le premier souci et de taille: elle n'était pas rentable. Il aurait fallu selon notre direction en vendre 12000 par ans. Il en a été fabriqué 1200 en 3 ans. Cherchez l'erreur. Et en plus quasiment aussi chère que la Zoé... En plus, elle ne plaisait pas et n'était pas fiable (je pourrais vous énumérez plein de défaut). Je pense avoir été clair...
a écrit le 02/08/2014 à 8:04 :
Combien d’artisans aurait ont pu sauver avec tous ces millions gaspillés. il est facile de dilapider l'argent des autres.
a écrit le 01/08/2014 à 17:07 :
L'affaire MIA est une nouvelle illustration de l'incompétence économique des Enarques. C'est aussi, soit l'incompétence, soit le manque d'autonomie des banques qui ont participer au gaspillage, en finançant cette entreprise. Une entreprise produit pour satisfaire (ou créer ) un besoin. Fabriquer des bandes molletières, n'est plus d'actualité. Fabriquer des produits sans clients est aussi imbécile.
a écrit le 01/08/2014 à 9:53 :
nos politiciens s éclairent a la lanterne....breff
a écrit le 01/08/2014 à 9:13 :
C'est une leçon qu'aucun de nos politique (noblesse moderne) ne sera capable de tirer : qu'ils restent dans leur domaine (d'incompétence ?) et surtout qu'ils ne s'occupent pas du fonctionnement des entreprises, en bref, qu'ils foutent la paix aux entreprises (tiers état moderne) et ne les empêchent pas de travailler avec leur diarrhées législatives incessantes.
Réponse de le 01/08/2014 à 9:36 :
Jusqu'à présent, les socialistes dilapidaient l'argent que d'autres arrivaient à gagner. Après avoir trop chargé la mule, celle-ci est en train de trépasser, mais ils continuent à dilapider...
a écrit le 01/08/2014 à 8:00 :
l'ecologie demago est passée par Mia malheureusement , les politiciens écolos et leurs séides n'ont pas vu l'évidence , quand la demande n'est pas là on peut faire de l'offre pour rien et donc l'entreprise coule .. logique .. en plus meme sans permis ces voitures étaient quand meme couteuses étant écolos , c'est triste pour les salariés et les contribuables qui eux paient la note de la démagogie écologiste une fois de plus , une fois de trop , le marché ? certains ne savent décidément pas ce c'est que le marché de l'offre et de la demande , alors les décisions actuels autour de l'offre .. au secours ..
a écrit le 01/08/2014 à 7:02 :
Google devrait racheter pour faire ses googlecar sans chauffeur et équiper nos centre ville.
a écrit le 01/08/2014 à 4:43 :
Il en est ainsi lorsque des modèle industrielles repose uniquement sur la commande publique.
Si les dirigeants de cette entreprise sont aussi mauvais visionnaire que nos politiques - et Mme Royale en fait partie - alors je comprends l'issue.
a écrit le 01/08/2014 à 0:45 :
337 voitures "vendu" en 2012. Qui, aux collectivitees et communes, tous sur commande du PS.
a écrit le 01/08/2014 à 0:16 :
et vous croyez que les grands entrepreneurs reussisent toujours tout ??
Mon propos n'est pas de defendre qui que ce soit, hormis ceux qui tentent des choses.
Derriere un clavier, et apres coup, ceux qui savaient tout depuis toujours sont toujours là ;-))
a écrit le 31/07/2014 à 21:48 :
Critiquer une entreprise fétiche de Ségolène, c'est du sexisme ?
a écrit le 31/07/2014 à 21:39 :
La laideur en voiture ne se vendra jamais pour plus révolutionnaire quelle soit.
a écrit le 31/07/2014 à 19:27 :
Pour les gens qui la fréquentent il est connu qu'elle ne paie jamais rien et que lorsqu'elle n'est pas contente elle fait faire un contrôle fiscal a ceux ci. Ne sachant pas compter ni ce qu'est une entreprise elle n'est pas prête de participer a l'amélioration de la situation economisue française. La preuve en est qu'elle va déjà "claquer" 10 milliard pour rien alors que la dette de la France est de 2.000 milliards
a écrit le 31/07/2014 à 17:35 :
337 voiturettes vendues, l'état en a acheté combien???? 335??
Réponse de le 01/08/2014 à 8:03 :
la voiture électrique est une ineptie a l'heure actuelle , seules les systèmes hybrides sont intéressants , les autres faudra penser a installer moults centrales pour pouvoir recharger ces véhicules , quand a la revente les 337 ont du soucis a ce faire , une belle pièce de collection a terme , ils auront gagné le prix de la démagogie des écolos .. chapeau bas
a écrit le 31/07/2014 à 17:21 :
On ne l'entend pas beaucoup notre chère ministre de l'écologie Ségolène Royale !
Combien à t-elle fait injecter d'argent public dans ce fiasco Poitou Charentais. L'ex Madame a toujours de bonnes idées avec l'argent du contribuable mais elles sont toujours complétées de visions économiques de taupe... Tiens, encore une "énarque"...
a écrit le 31/07/2014 à 16:31 :
Ca a coûté combien à la Région ?? Ségo elle s'en tire avec un poste de ministre écolo !!!!!!
Réponse de le 31/07/2014 à 19:08 :
Normal! L'échec est toujours récompense !
a écrit le 31/07/2014 à 16:07 :
Étonnant non ? Qu'une personne qui n'a jamais travaillé de sa vie dans une société commerciale se plante complètement en investissant dans une activité commerciale !
Payez braves gens, payez !
a écrit le 31/07/2014 à 16:05 :
Royal dehors !
a écrit le 31/07/2014 à 15:58 :
Voiturettes, vous êtes sûr ?
a écrit le 31/07/2014 à 15:55 :
c'est pas grave , Ségolène a un nouveau joujou, la transition énergétique.
et cette fois, c'est 10 milliards d'euros qu'elle va claquer !!
a écrit le 31/07/2014 à 15:54 :
bien sûr personne en France ne demandera des comptes à Ségolène pour avoir investi des millions dans un puits sans fond...
Plutôt que de booster les entreprises prometteuses on passe notre temps à "sauvegarder" l'emploi dans des boites non compétitives. tout cet argent gâché et tous les français s'en moquent, trop occupés à essayer de profiter eux-mêmes de cette gabegie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :