Bolloré installera 16.000 bornes électriques d'ici 2019

 |   |  301  mots
L'installation se fera en deux phases d'égale ampleur, la première s'achevant le 31 décembre 2016 et la seconde, le 30 juin 2019.
L'installation se fera en deux phases "d'égale ampleur", la première s'achevant le 31 décembre 2016 et la seconde, le 30 juin 2019. (Crédits : reuters.com)
Les utilisateurs de voitures électriques disposeront d'ici quatre ans d'au moins une borne de recharge, avec accès Wifi, tous les 40 kms sur le territoire. Le projet de Bolloré a été reconnu de "dimension nationale" et sera donc "exempté de redevance d'occupation du domaine public".

Un projet de "dimension nationale". Le groupe Bolloré a annoncé vendredi 6 février avoir reçu l'agrément des ministères de l'Économie et de l'Écologie le désignant comme opérateur d'un réseau national de recharge pour véhicules électriques et hybrides. Avec son projet "16K", il prévoit d'installer 16.000 points de charge publics en France d'ici 2019, ce qui permettra aux utilisateurs de voitures électriques de disposer d'au moins une borne tous les 40 kilomètres.

"Ce réseau permettra aussi aux abonnés d'avoir accès à des services d'autopartage et à des hotspot Wifi", précise le groupe dans un communiqué.

Au moins la moitié de ces points de charge "se présente comme conforme par avance" à la directive européenne sur les carburants alternatifs, en particulier en matière d'"interopérabilité à l'échelon européen", précise la décision de la ministre de l'Écologie et de l'Énergie, Ségolène Royal, et de son collègue à l'Économie, Emmanuel Macron, publiée dans le Journal officiel.

Exonération d'impôt

Bolloré avait demandé la reconnaissance de la "dimension nationale" de son projet afin d'être "exempté de redevance d'occupation du domaine public" pour son projet représentant "un investissement de 150 millions d'euros sur quatre ans", avait indiqué Bercy début décembre.

L'installation se fera en deux phases "d'égale ampleur", la première s'achevant le 31 décembre 2016 et la seconde, le 30 juin 2019. "La totalité des départements voire des communes concernées a vocation à être couverte dès la première phase", ajoutent les ministres.

L'ensemble des opérations liées à ce projet sera regroupé sur le site de Vaucresson (Hauts-de-Seine) de Blue Solutions, la filiale de stockage d'électricité du groupe, qui prévoit la création de plus de 100 emplois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2015 à 10:21 :
Et les métaux rares et lourds pour fabriquer les batteries, on va les trouver où et les recycler où??
Réponse de le 08/02/2015 à 13:04 :
Même sans parler de ça; une borne tous les 40km... Surement en moyenne. Si vous habitez en campagne dommage et pour aller travailler en ville bientôt votre voiture y sera interdit. et même si c'est bien tous les 40km; il faudra faire la queue surtout avec une voiture neuve qui a une autonomie de 300km... L'avenir de la voiture électrique n'est pas dans ces bornes de recharge. Mieux vaudrais améliorer leur autonomies. Et après ils veulent sortir du nucléaire? D'où proviendra cette électricité? Il va falloir poser beaucoup d'éolienne et de panneau solaire pour compenser cette production supplémentaire nécessaire... Et tous ça pour les plus riches car lorsqu'on voit le prix des voitures électriques elles ne s'adressent pas à une famille de travailleurs lambda!
a écrit le 07/02/2015 à 10:19 :
rapide veut dire détérioration rapide de vos batterie. Belle fumisterie que cette voiture électrique qui n'atteindra jamais les performances ni l'autonomie d'une voiture thermique.
L'avenir est au diesel. Point barre.
a écrit le 07/02/2015 à 9:15 :
Aucun détail pratique: coût d'installation, de recharge, durée de recharge, nombre de places de stationnement qui vont disparaître, nombre de véhicules électriques concernés, ...Dans 4 ans, y aura-t-il environ 200 fois plus de bornes de recharge rapporté au nombre de véhicules concernés que de stations-service classiques par rapport au nombre de véhicules thermiques ?
a écrit le 06/02/2015 à 22:10 :
S'agit il vraiment de 1600 bornes de recharge rapide? Sinon ,autant dire que ce n'est pas une solution d'interet national de passer 4 heures pour recharger sa bagnole .
Réponse de le 07/02/2015 à 20:15 :
Les bornes prévues seront «semi-accéléré» (à 7,4 kW).
Réponse de le 25/08/2016 à 7:19 :
Prévoir plutôt 6 à 8h, donc un stationnement d'une journée pour quel prix la recharge? Une tromperie juste pour faire le buzz.
a écrit le 06/02/2015 à 22:03 :
La seule voiture électrique pertinente est celle dont la batterie se change par le dessous. Un seul pays l'a fait, et ça marche.
Réponse de le 06/02/2015 à 22:52 :
non ça ne marche pas. Better place à fait faillite. l'infrastructure est trop chère
a écrit le 06/02/2015 à 19:43 :
Les véhicules électro-solaires 2 à 4 places ont un avenir important, le chinois Harnergy partenaire de Tesla va sortir 3 à 5 véhicules électro-solaires cette année en complément de la presque quinzaine existante et estime a juste titre le marché des véhicules électro-solaires à 46 GW à horizon 2020. C'est beaucoup moins de batteries, beaucoup moins de bornes de recharges, beaucoup moins de pollution, nettement plus d'efficience par rapport aux véhicules électriques classiques. L'eVe Sunswift, la Suncruiser Solar, la Stella Solar et autres Solarworld GT, Calgary Solar etc l'ont largement prouvé depuis au moins 2009.
Réponse de le 06/02/2015 à 21:17 :
"véhicules électro-solaires" c'est quoi ? Avec un panneau sur le toit ? Sauf révolution, ça ne suffit pas pour recharger la batterie d'un vélo (disons faut patienter à l'arrêt). On avait construit une borne "vélo" il y a 5 ans, il y avait pas mal de surface avec des panneaux commerciaux modernes (on fabriquait des cellules mais en recherche/amélioration des rendements pas en production, les cellules chinoises avaient un rendement inférieur au flash-test que celui annoncé).
a écrit le 06/02/2015 à 17:10 :
Avec les primes à l'installation, on risque d'avoir à un moment plus de bornes ( au bon endroit?? ) que de véhicules électriques, car ce n'est pas le bonus de € 10,000 qui va inciter les propriétaires de vielles voitures diesel de plus de 15 ans ( on trouve aussi 12 ans - 1" ans dans la Presse ) à acheter une nouvelle voiture où dans le meilleurs des cas ils auraient à payer € 80 par mois pour la seule location des batteries.
Réponse de le 06/02/2015 à 17:22 :
Quelle solution préconisez vous pour diminuer la pollution liée aux particules fines émises par les automobiles ? Pour ma part j'ai troqué mon essence par une ZOE et je ne le regrette pas à tout point de vue, y compris financier. Au final ça me coûte moins cher.
Réponse de le 06/02/2015 à 21:19 :
Location de 170 euros/mois pour sais plus quel modèle. C'est mieux quand même que de payer 10 000 euros dans la voiture (le prix est hors batterie vu qu'elle est louée), et 10 000 quand elle est cuite et qu'il faut la remplacer.
C'est destiné au local, une borne peut dépanner, mais pas aller très loin (sauf aventurier).
a écrit le 06/02/2015 à 17:09 :
halte au développement du plus gros pollueur actuel dans le transport: les véhicules électriques rechargeables.
a écrit le 06/02/2015 à 13:14 :
CA VAS DANS LE BON SENS???
Réponse de le 06/02/2015 à 13:49 :
Quand les voitures à pile à combustible seront au point et pas trop chères (50 000€ le modèle japonais), elle ne serviront plus, mais bon, en attendant....
SI on fait 400km, il faut recharger 4 fois, à voir la durée çà chaque pause.
a écrit le 06/02/2015 à 10:57 :
Connait on la propostion de borne de recharge standard et de recharge rapide dans ces 16000 ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :