Avec la nouvelle Peugeot 308, l'usine Stellantis de Mulhouse achève sa mue

Le plan de transformation lancé en 2017 avec une enveloppe de 300 millions d'euros touche à sa fin. L'usine a flexibilisé sa production au point d'être capable de produire plusieurs familles de modèles (version classique et version break) sur une même ligne. Le niveau de performance de Mulhouse pourrait devenir la référence du groupe Stellantis qui doit désormais intégrer et rationaliser les usines Fiat réputées obsolètes.

4 mn

L'usine Stellantis de Mulhouse va recruter une deuxième équipe pour fabriquer la Peugeot 308 et sa version break.
L'usine Stellantis de Mulhouse va recruter une deuxième équipe pour fabriquer la Peugeot 308 et sa version break. (Crédits : NB)

Mulhouse passe la troisième... Avec l'arrivée de la nouvelle Peugeot 308, l'usine alsacienne de Stellantis (ex-PSA après la fusion avec FCA) accueille une troisième famille de modèles. Pas n'importe laquelle... La 308 est un important pourvoyeur de volumes, davantage en tout cas que la DS7 Crossback et la Peugeot 508 actuellement en production dans la première métropole du Haut-Rhin. La génération précédente de la berline de segment C s'est vendue à 160.000 voitures en moyenne par an. Pour Mulhouse, c'est un soulagement après l'annonce du départ de la nouvelle génération de Peugeot 2008 sur le site de Vigo en Espagne.

Qualité et compétitivité

L'arrivée de la 308 achève l'ambitieuse transformation engagée en 2017 et qui avait vocation à faire du site de Mulhouse, le pôle haut de gamme du groupe PSA. « Nous savions que le site rencontrerait un creux de production entre les deux modèles. Nous avons beaucoup travaillé pour améliorer la performance de ce site sur deux critères : la qualité de la production et sa compétitivité », souligne Thierry Robert, directeur de l'usine, interrogé par La Tribune.

Avec une enveloppe de 300 millions d'euros, l'usine fondée en 1963 pour alimenter le site historique de Sochaux en boîtes de vitesse, s'est largement modernisée et réorganisée. Elle a ainsi mis fin aux deux systèmes de production afin d'instaurer une seule ligne capable d'assembler plusieurs silhouettes, pourvues qu'elles aient la même plateforme, l'EMP2, y compris sa version améliorée l'EMP2 V3 (celle de la 308 mais également de la future DS4 qui sera produite à Russelsheim).

La zone "kitting", pièce maîtresse de la nouvelle organisation

L'une des clés de la performance du site repose sur la grande flexibilité de la ligne de production. Il y a effectivement autant de pièces, de références qu'il y a de silhouettes. Or ici, on compte trois familles de modèles, c'est-à-dire qu'en sus de la DS7 Crossback, de la 508 et la 308, il faut également compter également sur leur version break. Un vrai casse-tête pour les ingénieurs et les opérateurs. Pour contourner les effets de cette complexité sur la qualité et la productivité, le site a totalement réorganisé l'approvisionnement des pièces en bord de ligne avec une nouvelle zone dite de "kitting". Une véritable usine logistique dans l'usine : une cinquantaine d'opérateurs, 18.000 m2 de surface et un ballet incessant d'une multitude de robots-chariots (les AGV). Ces opérateurs préparent les kits de pièces pour chaque modèle qui arrivent ensuite en bord de ligne pour les opérateurs qui n'ont plus qu'à se servir.

Un système « pick to light » permet de guider via un faisceau lumineux les opérateurs sur les bonnes pièces à installer dans les bonnes alvéoles du chariot. Il s'agit de faciliter les tâches tout en abaissant la charge cognitive des opérateurs car une erreur de pièce peut-être fatale à toute la chaîne de production. D'après les ingénieurs, les erreurs sont dérisoires, mais des vélos sont toutefois disponibles s'il est nécessaire de récupérer une pièce manquante.

« L'enjeu de la zone kitting c'est de compacter les surfaces pour maximiser le rendement de la zone logistique. Auparavant, les opérateurs disposaient d'imposantes armoires où étaient rangées les pièces, mais c'était alors impossible de diversifier la production », explique Sven Vasseur, un ingénieur en charge de l'organisation industrielle du site.

Vers une nouvelle famille de modèles ?

C'est ainsi qu'il est possible de monter trois familles de modèles sur une seule ligne de montage avec un haut niveau de performance industrielle et de coûts. Pour les ingénieurs, la zone kitting est loin d'être saturée et l'arrivée d'une autre famille de voitures est envisageable. Une perspective qui n'est pas à l'ordre du jour d'après la direction de l'usine qui préfère se concentrer dans l'immédiat sur la montée en charge de la 308.

L'usine de Mulhouse produit actuellement 53 voitures par heure pour une capacité maximale de 60. Pour produire la 308, l'usine va accueillir une deuxième équipe, soit 750 emplois supplémentaires (essentiellement venus d'autres sites mais complétés par des intérimaires) qui s'ajouteront aux 4.850 salariés que compte déjà le site.

Sochaux à plein régime va aussi se transformer

On est encore loin des niveaux de production atteints à Sochaux qui a fonctionné, au plus haut de la demande de la 3008, en trois équipes (le fameux « trois huit ») et les week-end compris (le « VSD »).  Ce qui en avait fait le plus important site du groupe PSA en Europe avec 400.000 voitures par an. Mais l'usine de Sochaux n'a pas encore entamé sa transformation. Celle-ci commence à peine avec le plan « Sochaux 2022 » qui doit lui permettre de monter également en performance et d'acquérir les process industriels en cours de rodage à Mulhouse.

L'avance de compétitivité prise par ces sites historiques est cruciale dans le nouveau schéma industriel de Stellantis qui doit organiser une très importante phase d'intégration industrielle des deux anciennes structures. Les usines italiennes de l'ancien Fiat Chrysler sont notoirement en sous-production, et Carlos Tavares privilégiera les sites les plus performants pour allouer de nouveaux modèles. L'arrivée de nouvelles marques dans cette structure, mais également sur la plateforme EMP2, pourrait ainsi élire Mulhouse comme point de chute d'un nouveau modèle. Evidemment, ce sera un modèle haut de gamme...

4 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.